ࡱ>  5@ yqbjbj22 F XX h#'NNN.|$4HHHhdLd_Wbc"cccr'l8WWWWWWW$bYR[V?W˃!{˃˃?WccsTWGGG˃pccWG˃WGG]^23>cb 0G!JH6hWjW0W6L \_ \3>3> \)?˃˃G˃˃˃˃˃?W?Wx ?dx 2009 LANNE O LON BRILLE Discussions en petits groupes pour la jeunesse adventiste Prpar par le Dpartement des ministres en faveur de la jeunesse Confrence gnrale des adventistes du septime jour Au sujet de ce manuel  Lanne 2009 a t dsigne par le Dpartement des ministres en faveur de la jeunesse de la Confrence gnrale comme lanne o lon brille (tmoignage). Ceci fait partie des thmes annuels destins la jeunesse dans le monde entier. Cette anne, lEglise adventiste du septime jour, au niveau mondial, se concentrera sur les joies et les privilges dun renouveau produit par le fait dtre un disciple ou un dirigeant, par lvanglisation et par le service. Les jeunes apprendront comment combler le foss qui existe entre la croyance et laction, entre la connaissance et la pratique. Ces discussions par petits groupes ont t mises au point pour tre utilises pendant les runions de jeunesse, lorsque les jeunes sont runis pour leurs programmes hebdomadaires. Il y a suffisamment de programmes pour couvrir une anne entire. Cest la prire de lquipe des Ministres en faveur de la jeunesse de la Confrence gnrale que ces discussions aident les jeunes crotre dans lamour avec Jsus-Christ et Lui ressembler. Table des matires  Au sujet de ce manuel 2 Briller (tmoigner) en 2009 4 Introduction (*) 13 Les disciples 13 Les dirigeants 16 Lvanglisation 18 Le service 20 Christ notre exemple 22 Le tmoignage 31 Allez! 41 Les opportunits 52 Lart de parler aux autres 61 Le sel 70 Les amis 79 La lumire 92 Le prochain 100 La manire de secouer la poussire de nos pieds 109 Etre dun commun accord 119 La vie quotidienne 129 (*) Note: chaque section est subdivise en quatre sous-sections portant ces mmes titres: (1) les disciples; (2) les dirigeants; (3) lvanglisation; (4) le service. 2009 Briller (tmoigner)  Que votre lumire brille ainsi devant les hommes, afin quils voient vos uvres bonnes, et glorifient votre Pre qui est dans les cieux. Matthieu 5:16 Dans lobscurit de la nuit, mme une petite chandelle peut se voir, mme une grande distance. Cette mme chandelle peut partager sa flamme avec une autre, et, ensemble, elles brillent plus fort et clairent une surface plus grande. Mais si cette chandelle essayait de se cacher pour tre vue moins facilement, elle naurait jamais loccasion de partager sa flamme. Nous sommes appels tre la lumire du monde; mais, trop souvent, nous ne nous laissons briller pleinement que lorsque nous sommes ensemble. Cette anne, notre objectif est dinviter nos jeunes briller tout le temps et diffuser et partager avec les autres la flamme de lesprance et de lamour de Dieu. Un renouveau par: Les disciples Les dirigeants Lvanglisation Le service Dans notre monde de solitude et de dsespoir, il y a un norme besoin dhommes et de femmes qui connaissent le cur de Dieu, un cur qui pardonne, qui aime, qui se tourne vers nous et qui veut nous gurir. Dans ce cur ne se trouvent ni soupon, ni esprit de vengeance, ni ressentiment, et aucune trace de haine. Cest un cur qui ne veut que donner de lamour et recevoir de lamour en retour. Cest un cur qui souffre immensment parce quil voit lampleur de la souffrance des humains et leur forte rsistance se confier au cur de Dieu, qui veut leur offrir la consolation et lesprance. Le dirigeant chrtien de lavenir est celui qui connat vraiment le cur de Dieu, devenu chair, un cur de chair (Ezchiel 36:26), en Jsus. Connatre le cur de Dieu signifie, de manire consistante, radicale et trs concrte, annoncer et rvler que Dieu est amour et que, chaque fois que la peur, lisolement ou le dsespoir commencent envahir lme humaine, ceci ne vient pas de Dieu. Ceci parat trs simple, et peut-tre mme banal; mais trs peu de gens savent quils sont aims sans aucunes conditions ni limites. En fait, la plupart dentre nous ne sont pas surpris par le jugement de Dieu; mais sa grce est vraiment tonnante, comme lillustre lauteur Max Lucado: Des clairs tombant sur Sodome et le feu sur Gomorrhe. Bon travail, Seigneur! Les Egyptiens avals par la Mer Rouge. Ils lont bien cherch! Quarante annes derrance dans le dsert pour assouplir le cou raide des Isralites? Jaurais fait pareil! Ananias et Saphira? Tu parles! Pour moi, la discipline est facile avaler; elle est logique assimiler; on sen accommode; elle est approprie. Mais la grce de Dieu? Elle est tout sauf Des exemples? Combien de temps avez-vous? David le psalmiste devient David le voyeur; mais, par la grce de Dieu, il redevient David le psalmiste. Pierre a reni Christ avant de prcher Christ. Zache, lescroc. La partie la plus propre de sa vie tait largent quil avait blanchi! Mais Jsus trouva tout de mme du temps lui consacrer. Le brigand sur la croix: un moment, en route pour lenfer et crucifi pour mourir; le suivant, en route pour le paradis et un sourire sur les lvres. Histoire aprs histoire. Prire aprs prire. Surprise aprs surprise. On dirait que Dieu cherche davantage comment nous ramener la maison que comment nous en exclure. Je vous dfie de trouver une seule me qui est venue Dieu la recherche de Sa grce et qui ne la pas trouve. Cherchez dans toute la Bible. Lisez ses histoires. Reprsentez-vous les rencontres. Essayez de trouver une personne venue chercher une seconde chance et qui est repartie avec un sermon svre. Je vous en dfie. Cherchez! Vous ne la trouverez pas. Vous trouverez une brebis gare de lautre ct du ruisseau. Elle est perdue. Elle le sait. Elle est coince et embarrasse. Que vont dire les autres brebis? Que va dire le berger? Vous trouverez un berger qui trouve sa brebis. Ma vieille, courbe la tte! Mets tes sabots devant tes yeux! Tu vas recevoir du bton! Mais, non, elle ne reoit pas de bton! Seulement des mains. De grandes mains ouvertes, qui la soulvent par dessous, la relvent, jusqu ce quelle soit allonge sur les paules du berger. Il la ramne dans le troupeau et organise une fte! Coupez lherbe et peignez votre laine! annonce-t-il. Nous allons faire la fte! Les autres brebis secouent la tte, incrdules. Exactement comme nous le faisons, au cours de notre fte, lorsque nous rentrons la maison et regardons le Bon Berger apporter sur ses paules au milieu de nous une me inattendue aprs lautre. On dirait que Dieu nous accorde beaucoup plus de grce que nous ne laurions jamais imagin! Nous pourrions faire pareil. Je ne suis pas en faveur de dlayer la vrit ou de faire des compromis avec lEvangile. Mais si quelquun qui a le cur pur appelle Dieu Pre, est-ce que je ne peux pas appeler cette personne Frre? Si Dieu ne fait pas de la perfection doctrinale une exigence absolue pour faire partie de la grande famille, dois-je le faire? Si Dieu peut tolrer mes erreurs, est-ce que je ne peux pas tolrer les erreurs des autres? Si Dieu peut fermer les yeux sur mes erreurs, est-ce que je ne peux pas fermer les miens sur les erreurs des autres? Si Dieu me permet, malgr mes faiblesses et mes checs, de lappeler Pre, ne dois-je pas accorder la mme grce aux autres? Dans Whats So Amazing About Grace? (Quy a-t-il de si tonnant dans la grce?), Philip Yancey crit: Mon tude de la vie de Jsus me convainc que quelles que soient les barrires que nous devons surmonter en traitant des personnes diffrentes, ces barrires ne peuvent se comparer ce quun Dieu saint a d surmonter lorsquIl est descendu pour Se joindre nous sur la plante Terre. Je suis merveill que Jsus ai eu la rputation dtre un ami des pcheurs (Matthieu 11:19). Comme la crit Helmit Thielicke: Jsus avait acquis le pouvoir daimer les prostitues, les brutes et les bandits. Il ne pouvait le faire que parce quIl voyait au travers de la salet et de la crasse de la dgnrescence, parce que Son il percevait loriginal divin cach en chaque homme! Lorsque Jsus aimait une personne charge de pch et venait son secours, Il voyait en elle un enfant gar de Dieu. Il voyait en elle un tre humain que Son Pre aimait et pour lequel Il souffrait parce que celui-ci avait pris le mauvais chemin. Il la voyait comme Dieu lavait originellement conue et comme Dieu voulait quelle soit, et voyait donc, au-del de la surface de boue et de salet, jusquau vritable homme cach au fond de lui-mme. Jsus nidentifiait pas la personne avec son pch, mais voyait plutt dans ce pch quelque chose dtranger, quelque chose qui nappartenait pas vraiment cette personne, quelque chose seulement qui lenchanait et la dominait et dont Il allait la dlivrer pour lui faire retrouver sa vritable personnalit. Jsus pouvait aimer les humains parce quIl les aimait au travers de la couche de boue qui les recouvrait. Nous pouvons tre des abominations, mais nous faisons encore la fiert et la joie de Dieu. Nous tous, dans lEglise, avons besoin davoir des yeux guris par la grce pour voir le potentiel, cach dans les autres, de recevoir cette mme grce que Dieu a si gnreusement rpandue sur nous. Aimer une personne, disait Dostoevsky, signifie la voir telle que Dieu voulait quelle soit. Un ami qui travaille pour les exclus de Chicago ma racont cette histoire vridique: Une prostitue est venue me trouver dans une situation atroce: sans foyer, malade, incapable dacheter manger pour sa fille de deux ans. Au travers de ses sanglots et de ses larmes, elle me raconta quelle prostituait sa fille de deux ans! des pdophiles. Elle gagnait plus en prostituant sa fille pendant une heure quelle nen gagnait elle-mme en une nuit. Elle devait le faire, me raconta-t-elle, pour sacheter de la drogue. Je pus peine supporter dentendre sa sordide histoire. Je navais aucune ide de ce que je pouvais dire cette femme. Je lui demandai enfin si elle avait dj pens se tourner vers une glise pour demander de laide. Je noublierai jamais lexpression de surprise pure et nave qui apparut sur son visage. Une glise! sexclama-t-elle. Pourquoi est-ce que jirais vers une glise? Je me sens dj si mal dans ma peau! On my ferait sentir encore pire! Ce qui me frappa dans lhistoire de cet ami est que les femmes comme cette prostitue se rfugient gnralement auprs de Jsus, au lieu de fuir loin de Lui. Plus une personne se sent mal, et plus elle considrera Jsus comme un refuge. A cause de Son tonnant amour pour nous, Dieu dsire que tous Ses enfants gars retournent Lui; et ainsi, Linvitation est lance, sur la grand route et dans les petits chemins. Oui, elle atteint mme le chemin si solitaire que seule une personne solitaire y marche. Mme l, linvitation parvient, et le plus facilement lorsquelle ramne le fugitif vers Celui qui lance cette invitation. Venez, vous tous, venez: toi, et toi, et toi aussi, toi qui es le plus solitaire. Cette invitation est lance la croise des chemins, l o la souffrance temporelle et terrestre a plant sa croix, et cest l quelle nous fait signe: Venez, vous tous les pauvres et les misrables, tous ceux qui sont mpriss et rejets, Venez! Cette invitation renverse toutes les distinctions, pour pouvoir rassembler tous les humains. Vous dont le cur est malade; vous tous qui avez t traits injustement, qui avez subi du tort, des insultes et des mauvais traitements; vous tous, les nobles de cur, vous qui avez montr de lamour, de labngation et de la fidlit, mais qui avez rcolt, sans lavoir mrite, la rcompense de lingratitude: Venez! Vous tous, les victimes de la ruse, de la tromperie, de la mdisance et de lenvie, Venez! Cette invitation est lance la croise des chemins, l o la route du pch se spare de la haie de linnocence. Venez, vous qui tes si prs, et pourtant si loigns! Venez, vous tous qui tre perdus et gars, quels que soient votre erreur et votre pch, que ceux-ci soient cachs ou dmasqus! Oh, faites demi-tour, faites demi-tour, et venez! Ne reculez pas, aussi difficile que ce soit! Ne craignez pas le chemin troit de la conversion qui mne au salut! Ne vous dsesprez pas pour chaque rechute! Dieu, dans Sa misricorde, a la patience de pardonner, et un pcheur doit avoir la patience de shumilier. Ne dsesprez pas! Celui Qui a dit Venez est avec vous chaque pas du chemin. Mais venez! Venez, vous tous! Auprs de Lui se trouve le repos. Il najoute aucun fardeau, il ne fait quouvrir les bras. Il ne vous demandera pas en premier, comme font les justes qui essaient daider, Nes-tu pas responsable de tes malheurs? Il est si facile de juger sur les apparences, de penser, si quelquun ne russit pas bien dans le monde, quil est mauvais, ou que cest une mauvaise personne qui a fait quelque chose de mal. Si vous ressentez votre besoin, Il ne vous posera pas de questions ce sujet. Il ne brisera pas le roseau froiss頻 (Mathieu 12:20), mais vous relvera lorsque vous Laccepterez. Il ne vous montrera pas du doigt, ce qui vous sparerait encore plus de Lui et rendrait votre pch encore plus terrible. Il vous offrira un refuge en Lui-mme, et, une fois que vous serez cach en Lui, Il cachera aussi vos pchs. Car Il est lami des pcheurs. Il ne se contente pas douvrir les bras en disant Viens! Non! Comme le pre du fils prodigue, Il recherche le pcheur, et, comme le bon berger, Il recherche la brebis perdue. Il marche non, Il court, mais infiniment plus loin quaucun berger ou quaucun pre ne le fera jamais. En fait, Il parcourt la distance infiniment grande entre tre Dieu et devenir homme. Et cest ce quIl a fait pour sauver les perdus! Celui Qui nous invite nattend pas que ceux qui sont fatigus et chargs (Matthieu 11:28) viennent Lui. Il nous appelle Lui-mme avec amour. Il vient Lui-mme. Oh, si vous pouviez seulement accepter linvitation Venez! Venez! Etonnant, nest-ce pas? Il ny a rien de spcialement tonnant quune personne en danger et ayant besoin daide se mette crier et, gnralement, il faut chercher la personne qui pourra vraiment aider; et, une fois quon la trouve, il est souvent difficile davoir accs elle. Mais Celui Qui Sest sacrifi Lui-mme est Celui Qui recherche ceux qui ont besoin daide; Il est Lui-mme Celui Qui va a et l et Qui, en appelant, presque en plaidant, nous dit: Viens! Il nattend pas quon vienne Lui. Il vient de sa propre initiative, car, en fait, cest Lui Qui appelle. Il nous offre Son aide et quelle aide! Venez moi! Etonnant, nest-ce pas? Certes, la compassion humaine peut faire quelque chose pour ceux qui sont fatigus et chargs. Nous donnons de la nourriture ceux qui ont faim, des vtements ceux qui sont nus, faisons la charit, crons des organisations charitables, et, si notre compassion est vraiment sincre, nous visitons aussi ceux qui sont opprims. Mais les inviter venir nous, cest quelque chose que nous ne faisons pas aussi facilement. Cette invitation ne peut tre faite quen changeant nos propres conditions, pour quelle soient en accord avec les leurs, condition que notre vie ne soit pas dj comme la leur, comme ctait le cas pour Celui Qui a dit Venez moi, vous tous qui tes fatigus et chargs. Cest ce quIl a dit; et ceux qui vivaient avec Lui voyaient quil ny avait pas dans Sa manire de vie la moindre chose qui puisse contredire ce quIl disait. Avec lloquence silencieuse et fidle de laction, Sa vie exprimait mme sIl navait jamais prononc ces paroles sa vie exprimait vraiment Venez moi, vous tous qui tes fatigus et chargs. Je vous donnerai du repos. Etonnant,nest-ce pas? Les paroles Venez moi doivent tre comprises dans ce sens: Restez avec Moi, car Je suis ce repos. Ce nest pas comme cela se passe gnralement, lorsque la personne qui aide dit Venez, puis Et maintenant, partez, en expliquant o trouver laide dont on a besoin. Non! Celui qui aide est Lui-mme laide. Oh, que cest merveilleux! Celui Qui nous invite tous et dsire nous aider tous traite Ses patients exactement comme Il avait lintention de le faire pour chacun individuellement, comme si chacun de ses patients tait Son unique patient. Gnralement, un mdecin doit partager son aide entre ses nombreux patients. Un mdecin, cest vident, ne peut pas passer toute sa journe avec un seul patient, et encore moins inviter tous ses patients chez lui en mme temps. Comment pourrait-il passer toute sa journe avec un seul patient sans ngliger les autres? Le patient a les mdicaments prescrits par son mdecin et les utilise chaque fois que cest ncessaire. Le mdecin vrifie occasionnellement, ou bien le patient peut rendre visite au mdecin. Mais lorsque Celui qui aide est aussi laide, Il reste avec son patient toute la journe. Est-il tonnant, alors, que Celui qui aide est Celui-l mme Qui nous invite tous rester avec Lui? Autre part, Kierkegaard a not ceci: Nous lisons quaprs Sa rsurrection, Christ est pass travers la porte ferme du lieu o les disciples taient assembls. Ceci est parfois utilis tort comme une image montrant avec quelle ardeur Christ recherche notre me, comment Il peut mme traverser la porte ferme des curs qui sont indiffrents ou endurcis. Mais ce nest pas exact. La vrit est quIl se tient la porte et frappe (Apocalypse 3:20). Une meilleure image est ce tableau reprsentant Christ debout devant une lourde porte de bois ferme et envahie par la vgtation et qui frappe. Si vous regardez attentivement, vous verrez que cette porte na pas de poigne extrieure. A cause de lamour infini de Dieu Qui nous a donn la libert de choisir, la porte ne souvre que de lintrieur. En nous concentrant, cette anne, sur le tmoignage, remercions Dieu pour linvitation que nous avons reue et pour lhonneur quIl nous fait en nous impliquant dans linvitation adresse aux autres et dans le partage de la Bonne Nouvelle que nous avons reue, pour que dautres puissent connatre le Seigneur par eux-mmes. Rendons-nous compte encore mieux que la seule vritable manire dapprendre tmoigner efficacement est de le faire. Je vous encourage rserver du temps chaque semaine pour partager vos expriences de tmoignage et apprendre delles ce qui a bien march et ce qui pourrait tre fait diffremment dans la semaine venir. Introduction Les disciples Article de fond Suis-je le gardien de mon frre, moi? Gense 4:9 Nul de nous ne vit pour lui-mme. Romains 14:7 Avez-vous dj rflchi que vous tes responsables spirituellement des autres devant Dieu? Par exemple, si je me permets de me dtourner de Dieu dans ma vie prive, tout mon entourage en souffre. Nous sommes assis ensemble dans les lieux clestes (Ephsiens 2:6). Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui (1 Corinthiens 12:26). Si vous vous permettez lgosme physique, le laisser-aller mental, linsensibilit morale ou la faiblesse spirituelle, chaque personne qui est en contact avec vous souffrira. Mais, demanderez-vous, qui peut vivre un niveau aussi lev? Notre capacit vient de Dieu, et de Dieu seul (2 Corinthiens 3:5). Vous serez mes tmoins (Actes 1:8). Combien dentre nous sont disposs dpenser chaque partie de notre nergie nerveuse, mentale, morale et spirituelle pour Jsus-Christ? Cest ce que Dieu veut dire en employant la mot tmoin. Mais a prend du temps. Soyez donc patients avec vous-mmes. Pourquoi Dieu nous a-t-Il laisss sur cette terre? Seulement pour y tre sauvs et sanctifis? Non! Cest pour que nous soyons occups Son service. Suis-je dispos ntre utile pour cette poque et pour cette vie que dans un seul but: servir transformer des hommes et des femmes en disciples du Seigneur Jsus-Christ? Ma vie de service pour Dieu est ma manire de Lui dire Merci! pour le salut inexprimable quIl ma donn. Souvenez-vous quil est tout fait possible pour Dieu de mettre de ct nimporte lequel dentre nous si nous refusons de Le servir: de peur, aprs avoir prch aux autres, dtre moi-mme disqualifi頻 (1 Corinthiens 9:27). Oswald Chambers, My Utmost for His Highest (Je fais le maximum pour le Trs-Haut) Moment de partage (en petits groupes) Discutez lide que vous tes responsables spirituellement des autres devant Dieu. Quest-ce que a signifie? Expliquez pourquoi vous tes daccord ou pas avec cette dclaration, en appuyant vos rponses par des textes bibliques. En groupe, que chacun voque ce quil associe avec le mot tmoin. Que lun dentre vous crive ces ides l o tous pourront les voir (par exemple, bloc de feuilles, tableau noir, tableau blanc). Utilisez un dictionnaire et une concordance pour combler ce qui peut manquer dans cet exercice de groupe. En rassemblant toutes ces ides, discutez en groupe ce que signifie tre un tmoin chrtien. En quoi ceci a-t-il chang/est-il rest le mme depuis lpoque o Actes 1:8 a t crit? Expliquez-vous. Textes bibliques Lisez Actes 17 et rpondez aux questions suivantes: De quelles manires Paul tmoignait-il? En quoi son tmoignage diffrait-il selon son auditoire? En quoi tait-il identique, quel que soit son auditoire? Quels dangers Paul rencontrait-il, et pourquoi? Quel rapport y a-t-il entre ce passage et le tmoignage lpoque moderne? Que pouvez-vous appliquer votre propre vie et votre propre tmoignage? Essayez de raconter ou de reconstituer ce passage comme il pourrait avoir lieu aujourdhui. Lisez Actes 20:1738. Quels taient les sentiments de Paul au sujet de ceux devant lesquels il tmoignait? Rflexion Examinez les plans de votre vie. Quelle place y occupe le tmoignage? Si nous considrons que la dclaration ci-dessus est vraie que notre utilit dans cette vie est de servir transformer des hommes et des femmes en disciples du Seigneur Jsus-Christ quest-ce qui doit changer dans votre vie? Aujourdhui, si nous voulons tre efficaces, nous devons tre capable de discuter la vrit aussi bien celle de lEcriture sainte que la vrit de nature philosophique au sujet de Dieu. Comment ferons-nous? Connaissez bien ce que vous croyez. Vous devez possder une connaissance de base du pch et du salut. Prenez le temps de dvelopper votre comprhension de ce quest la vrit頻. Soyez au courant de la pense contemporaine sur Dieu, la vrit, la religion, etc. Vous pouvez avoir un aperu de ces ides en surfant sur lInternet, en regardant la tlvision ou en lisant quelques revues qui parlent de ce qui se passe dans le monde. Le moyen le plus facile pour apprendre ce quest la pense contemporaine est surtout dcouter de quoi parlent vos amis non sauvs. Lexemple de Paul (dans Actes 17) est absolument clair. La vrit est trop importante pour quon lignore. La vrit prsente est trop importante pour quon la considre comme impie ou mauvaise. Nous devons connatre ce que nous croyons et lintgrer dans notre pense daujourdhui pour que nos amis puissent comprendre totalement ce que nous essayons de leur dire, et aussi pourquoi nous vivons comme nous le faisons. Aprs avoir examin la vrit et la manire dont Paul la prsentait, vous devez vous poser la question: Comment Jsus traitait-Il la vrit? PuisquIl tait la Vrit, tudier la personne de Jsus ne nous offre-t-il pas le meilleur exemple de la manire de prsenter la vrit aux autres? Certainement! Jsus tait un Matre dans lart de prsenter la vrit. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Introduction Les dirigeants Histoire Il y avait une fois un homme qui avait dfi Dieu de parler. Brle le buisson comme Tu las fait pour Mose, Seigneur, et je Te suivrai. Fais crouler les murs comme Tu las fait pour Josu, Seigneur, et je combattrai. Calme les vagues comme Tu las fait sur le Lac de Galile, Seigneur, et je Tcouterai. Lhomme sassit ct dun buisson, prs dun mur, proximit du lac, et attendit que Dieu parle. Dieu lentendit et lui rpondit. Il envoya le feu, non pour brler le buisson, mais pour enflammer une glise. Il fit crouler un mur, non de brique, mais de pch. Il calma une tempte, non sur le lac, mais dans une me. Puis Dieu attendit que cet homme ragisse. Il attendit attendit attendit. Mais parce que cet homme regardait des buissons, et non des curs; des briques, et non des vies; des lacs, et non des mes, il conclut que Dieu navait rien fait. Finalement, il regarda Dieu et Lui demanda: As-Tu perdu Ton pouvoir? Dieu le regarda et lui demanda: Et toi, as-tu perdu ton coute? Max Lucado Texte biblique Comparez et tablissez le contraste entre le texte ci-dessus et Jonas 4 et 1 Rois 19:11, 12. Lisez le reste de 1 Rois 19. Quelles sont les implications de lhistoire ci-dessus et des rfrences bibliques sur votre ministre/tmoignage? Lisez les textes bibliques suivants et dfinissez la position biblique sur le tmoignage: Matthieu 9:3738; Jean 4:2839 Jean 14:6; Actes 4:12; 1 Timothe 2:5 Actes 1:8 Romains 10:15 Actes 4:2, 31; 5:42; 8:4; 15:35 Actes 2:41, 47; 4:4; 11:18 Lisez les textes bibliques suivants et dcouvrez dautres raisons de tmoigner: Ezchiel 3:18; 33:9 Jean 15:8 Jean 15:16 Moment de partage (en petits groupes) Discutez quelles ides fausses vous dcouvrez dans ces textes. Quels en sont les dangers? Dcouvrez toutes les incomprhensions possibles dans votre ministre. Que pouvez-vous faire pour tre srs que vous entendez Dieu quand Il parle? Discutez le silence de Dieu. Dcouvrez dans la Bible autant de manires possibles et diffrentes dont Dieu parle. Quelles en sont les implications dans votre ministre? Partagez des manires par lesquelles Dieu vous a parl頻. Comment saviez-vous que ctait Dieu qui parlait? Discutez lide dattendre que Dieu agisse avant dagir vous-mmes. Utilisez les textes bibliques pour appuyer vos arguments. Dun ct, y a-t-il dj eu une poque o Dieu navait pas dj agi? Dun autre ct, y aura-t-il une poque o vous serez totalement prts aller tmoigner? Que faut-il faire? Introduction Lvanglisation Article de fond Il est trs facile de tirer des conclusions htives, de penser que nous sommes prts, puis de sortir et de nous couvrir de ridicule. Le tmoignage, en effet, peut se passer a: nous pensons tre prts, nous sortons pour parler nos amis de Christ, et ne russissons qu passer pour des imbciles. Ou bien, nous sommes sur le point de parler de Jsus quelquun, mais, la dernire minute, nous nous dgonflons et nous nous sentons compltement stupides. Il est facile de senthousiasmer pour une mthode de partager Jsus qui, nous le croyons, va marcher; mais a ne marche pas, ou bien cest une manire incorrecte de partager Jsus. En agissant ainsi, nous pouvons causer beaucoup de tort. Parler de Jsus vos amis, cest plus que se contenter de regurgiter toute la vrit apprise depuis lge de trois ans, ou tout ce que votre pasteur de la jeunesse vous a appris sur Dieu. Cest plus qutre capables de rpondre aux questions de vos amis, et cest plus qutre seulement capable de dfendre vos croyances. Partager Jsus avec nos amis peut tre plus difficile que nous limaginons. Et parce que cela implique tant dlments diffrents, nous commettons quelques btises en essayant de faire paratre la chose comme trs simple. Cest comme si nous omettions certaines choses importantes, ou mettions trop laccent sur des tapes faciles utiliser, pour pouvoir encourager davantage de personnes partager leur foi. Ce faisant, nous obtenons une image incorrecte de ce quest vraiment le tmoignage. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Moment de partage (en petits groupes) Discutez chacune des manires suivantes, identifies par Baker, par lesquelles nous essayons de transformer notre tmoignage, et, la fin, nous cassons tout. Donnez des exemples bibliques et actuels de chacune: 1. Dieu a besoin de votre aide! 2. Dieu na pas besoin de votre aide! 3. Vous devez tout savoir. 4. Vous devez rendre un tmoignage bouleversant. 5. Dieu compte les points. Textes bibliques Feuilletez le livre des Actes des aptres et cherchez-y les diffrents styles de tmoignage des personnages suivants: Pierre Etienne Philippe Ananias (Actes 9) Paul Dorcas/Ta-bitha Barnabas Jean-Marc Timothe Silas Priscille et Aquilas Apollos Discutez les styles de tmoignage dautres personnages de lAncien et du Nouveau Testament. Pouvez-vous dcouvrir une unique mthode de tmoignage? Quelle prparation, sils en ont reue une, ces tmoins bibliques ont-ils reue avant de commencer leur ministre? Quelles en sont les implications pour votre tmoignage? Lisez Actes 15:3640. Le Jean-Marc qui a abandonn Paul est le mme qui, plus tard, crivit lEvangile de Marc (et qui, de toute vidence, se rconcilia avec Paul, selon 2 Timothe 4:11 et Colossiens 4:10). Quelles implications ceci a-t-il pour le tmoignage? Serez-vous toujours prts? Ferez-vous toujours les choses comme elles doivent ltre? Le Seigneur peut-Il vous utiliser tout en travaillant encore dans votre cur? Quel rle important Barnabas (fils dencouragement) a-t-il jou? Vos erreurs (ou celles de vos guides spirituels) doivent-elles vous empcher de servir le Seigneur? Avec qui vous identifiez-vous le plus dans ce passage au point o vous tes arrivs dans votre vie spirituelle? Introduction Le service Note Chaque semaine qui met laccent sur le service inclura des ides possibles de projets de service et moins dtude. Les projets suggrs sont emprunts Everybody Wants to Change the World: Practical Ideas for Social Justice (Chacun veut changer le monde: ides pratiques pour la justice sociale). Vous souhaiterez peut-tre examiner davance les ides de futur service, car quelques-unes peuvent exiger une prparation considrable. Si votre groupe nest pas dj occup un service permanent, utilisez cette leon dintroduction pour explorer le rle du service dans la vie du chrtien et pour prvoir de futurs projets de service. Impliquez les jeunes dans la dcouverte de projets appropris et discutez le besoin de diffrents types de service, et combien lengagement et le suivi sont essentiels pour lancer tout projet de service. Citations Nos sommes connus par nos fruits, et non par notre absence de champignons ou de feuilles pourries. Marc Buchanan Le monde peut faire presque tout aussi bien ou mieux que lEglise. Il nest pas ncessaire dtre chrtien pour construire des maisons, nourrir des affams ou gurir des malades. Il ny a quune seule chose que le monde ne peut pas faire: cest doffrir la grce. Gordon MacDonald Textes bibliques Cherchez les textes bibliques suivants et notez ce quils nous rvlent sur lexemple donn par Jsus: Matthieu 4:2325 Matthieu 6:14 Matthieu 10:1, 7, 8 Matthieu 19:1315 Marc 1:3539 Marc 6:3134 Cherchez les textes bibliques suivants et remarquez comment lEglise primitive a continu servir aprs la mort et la rsurrection de Christ: Actes 4:3235 Actes 6:17 Actes 9:36 Actes 11:2730 Lisez Matthieu 10:24, 25. En suivant lexemple de Jsus, quest-ce que nous pouvons nous attendre rencontrer? Lisez Marc 10:1315. Comment le service/linteraction avec le monde peut-il nous aider dans notre cheminement chrtien? Rflexion Discutez le rle du service dans lEglise chrtienne, en rflchissant sur les citations dintroduction et sur les textes que vous venez de lire. Faites des plans pour servir les autres plus efficacement, aussi bien individuellement que collectivement. Explorez en quoi le service et le tmoignage sinterpntrent. Discutez les dangers possibles dassocier de trop prs le service et le tmoignage. Donnez des exemples bibliques de personnages qui ont t des tmoins pendant leur service. Trouvez-vous des exemples bibliques dans lesquels le service a t retir ceux qui nont pas accept le message qui leur avait t adress? Rflexions sur Christ notre exemple Les disciples Article de fond Imaginez: que vous vous intressez la sant de votre amie au point de donner votre sang pour une opration importante quelle doit subir. que vous vous souciez tellement du niveau de stress de vos parents que vous tondez la pelouse sans quils vous le demandent. que vous vous souciez tellement pour votre frre que vous lui offrez un djeuner et restez assis prs de lui discuter comment a va. que vous tes si content que votre meilleure amie ait trouv un emploi de serveuse que vous allez manger dans ce restaurant, bien que vous naimiez pas du tout celui-ci. Se sacrifier semble impossible beaucoup dentre nous. Se sacrifier prend du temps et exige des efforts. En tant quhumains, nous avons en nous cet instinct naturel qui nous dit: Cherche dabord ton propre intrt; tu aideras ton ami demain! Mais, pour Jsus, Se sacrifier tait une seconde nature. Alors que les gens qui Lentouraient se servaient eux-mmes, Il se sacrifiait constamment. Pendant quIl se prparait mourir pour lhumanit, Ses amis discutaient pour savoir lequel serait assis ct de Lui dans le ciel. Le voyant servir, les gens ne comprenaient pas. LorsquIl fut battu, des foules applaudirent. LorsquIl fut crucifi, des soldats se partagrent Ses vtements. Il tonnait constamment les gens qui Lentouraient; non parce quIl voulait les tonner, mais parce quIl agissait avec tant dabngation que les gens ne pouvaient pas comprendre. Cet homme, Qui est la fois Dieu et humain, Qui est mort pour nous, et Qui est notre Bonne Nouvelle, est aussi Celui Qui nous a appris parler de Lui aux autres. Imaginez cela! Jsus tait en mme temps la Bonne Nouvelle et le meilleur formateur sur lart de partager cette Bonne Nouvelle. On parle souvent de la manire dont Jsus racontait des histoires pour communiquer la vrit; mais Il tait aussi un matre dans lart de communiquer la vrit dautres manires. Comment sy prenait-Il? Au cours des semaines qui viennent, nous examinerons quatre exemples dans Sa vie. Jsus et le jeune homme riche: lart de lhonntet Marc 10:1723 nous montre la capacit sans gale de Jsus tre honnte. Alors quIl se rendait dans une certaine ville, Jsus rencontra un jeune homme trs riche. Cet homme savait qui tait Jsus et Lappela Bon Matre. Puis ce jeune homme lana une discussion et, sans le savoir, toucha le cur de lun des principaux sujets de Jsus lorsquIl tait sur la terre: la lutte entre les richesses et la saintet personnelle. La question de cet homme est fondamentale, probablement honnte, et elle nous ouvre les yeux. Il demanda: Que dois-je faire pour hriter la vie ternelle? Jsus, le Matre dans lart de rpondre ce genre de questions, lui rpondit: Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et suis-moi (verset 21). Voici ce qui est vraiment remarquable dans la rponse de Jsus: premirement, il est vident que Jsus savait exactement quel point ce jeune homme tait riche. Ce ntait probablement pas difficile deviner, car cet homme tait probablement trs bien vtu. Jsus a touch du doigt ce en quoi ce jeune homme mettait sa confiance. Deuximement, Jsus savait exactement quel point cet homme aimait ses richesses. Jsus aurait pu dire: Vends tout ce que tu as, sauf une centaine de chevaux, donne presque tout aux pauvres, et suis-moi. Eh bien, non! La rponse de Jsus ce jeune homme montre quil savait exactement o celui-ci plaait sa confiance. Troisimement, Jsus a mis au dfi lengagement de cet homme envers sa propre religion. Dans cette conversation, le jeune homme a montr clairement quil connaissait les enseignements de la religion juive. En fait, la plupart des historiens pensent que cet homme tait probablement un excellent Juif. Dans la religion juive de lpoque, faire laumne (donner aux pauvres) tait une manire trs populaire de montrer combien on tait religieux. Linvitation de Jsus de donner tout ce quil avait aux pauvres tait un dfi son engagement envers sa propre religion. Mais la cl de ce passage est lhonntet de Jsus. Il na pas mch ses mots; Il na pas adouci la vrit pour que ce jeune homme puisse laccepter. Il sest montr tout simplement honnte. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Moment de partage (en petits groupes) Que les participants mentionnent anonymement, sur des petites cartes trois choses qui les empchent dtre honntes avec les gens. Rassemblez ces cartes et discutez quelques-uns des thmes. Discutez pour savoir sil y a ou mme sil doit y avoir une diffrence entre notre honntet et celle de Jsus. Quel rapport y a-t-il entre lhonntet et lautorit morale? DISCUTEZ: Il tonnait constamment les gens qui lentouraient; non parce quIl voulait les tonner, mais parce quIl agissait avec tant dabngation que les gens ne pouvaient pas comprendre. Avez-vous dj vu, ou expriment personnellement, ltonnement pour quelque chose de simple parce quon attendait quelque chose qui dpassait les apparences? Cherchait-on dautres motifs? Textes bibliques Il y a de nombreux exemples bibliques de tromperie, et mme des exemples montrant quune trop grande franchise nest pas toujours la meilleure tactique. Discutez quelques-uns de ces exemples et les implications quils prsentent pour votre tmoignage. Lhonntet est-elle toujours la meilleure tactique? Pourquoi, ou pourquoi pas? Rflexions sur Christ notre exemple Les dirigeants Article de fond Jsus et Nicodme: lart de la conversation Vous avez probablement appris par cur Jean 3:16 lorsque vous tiez petits. Mais avez-vous dj rflchi que ce verset fait partie dune conversation entre deux dirigeants? Lun, un dirigeant de lEglise sur la terre, lautre, le Matre du monde. Lisez Jean 3:121, et voyez quelle trange conversation cest vraiment. Imaginez le contraste entre ces deux mondes: Jsus, le Sauveur du monde, et Nicodme, lun des principaux chefs religieux de son temps. Le problme tait que les chefs religieux (y compris Nicodme) ne reconnaissaient pas Jsus comme le Messie, mais savaient tout de mme quIl tait quelquun dintressant. Savons-nous ce que Nicodme pensait de Jsus? Eh bien, il y a deux choses que nous savons avec certitude. Premirement, nous savons ce quil pensait de Jsus par la manire dont il sest adress Lui. Il La appel Rabbi, ce qui signifie Matre. Jsus avait, de toute vidence, gagn le respect en tant que matre, et Nicodme le reconnaissait. Certaines personnes pensent que Nicodme parlait peut-tre avec une rserve mentale et navait appel Jsus Matre que par faux respect. Je ne le pense pas. Nicodme navait peut-tre pas compris les enseignements de Jsus, ni Qui tait vraiment Jsus, mais il Le respectait probablement comme un bon matre. Deuximement, nous savons ce quil pensait de Jsus parce quil est venu Le rencontrer de nuit. Il peut y avoir eu deux raisons ceci: soit il voulait viter les foules qui, dans la journe, entouraient Jsus; soit il ne voulait pas que ses amis le voient parler Jsus. Aprs tout, parler Jsus, pour un chef religieux, aurait t considr comme tre daccord avec Lui. Mais, quelle quait t la raison, Nicodme a pris un risque en parlant avec Jsus. Jsus a honor ce comportement courageux en nous donnant un excellent exemple de la manire de discuter de la vrit. En voici les points principaux: 1. Jsus a amen Nicodme une comprhension plus profonde de la notion de nouvelle naissance. Il ne la pas confront aux concepts difficiles de dterminer qui Il tait jusqu plus loin dans cette conversation. Jsus a commenc par rpondre simplement la question de Nicodme. 2. Jsus a accept la conversation avec Nicodme. Il est vrai que la plus grande partie de ce passage est le discours de Jsus; mais cest le langage de la conversation. Jsus ne prche pas; Il parle; Il discute. Son discours se lit facilement. Cest llment-cl de ce passage, de toute cette conversation. Avec beaucoup dhabilet, Jsus a amen Nicodme l o celui-ci ne pensait jamais aller, et ceci avec une Personne Laquelle il ne pensait jamais avoir loccasion de parler. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Rflexion Revoyez Jean 3:121, en remarquant le style de la conversation. En suivant ce mme style, discutez comment vous pourriez avoir une conversation sur ces sujets: (a) Jsus est le Messie promis; (b) Dieu est rel; (c) la Bible est la Parole de Dieu; (d) Jsus revient. Remarquez que, dans cette discussion entre Jsus et Nicodme, il a eu une incomprhension marque et loccasion de dgnrer en dbat. Comment vitez-vous de tomber dans un dbat/des arguments, particulirement avec des croyants qui ne croient peut-tre pas exactement comme vous (comme dans le cas de Jsus et de Nicodme)? Discutez les diffrentes dynamiques et les diffrents dfis des conversations entre croyants et non-croyants. Explorez les diffrentes manires dont Jsus a abord des conversations avec ces diffrents groupes et quelles leons on peut tirer de Son exemple. Cherchez en commun diffrentes manires de commencer une conversation avec une personne non-croyante: demandez des volontaires de jouer ce rle en commenant ce genre de conversation dans diffrents cadres. Faites le point de ces conversations en remarquant ce qui a russi et ce qui na peut-tre pas russi. Rflexions sur Christ notre exemple Lvanglisation Article de fond Jsus et la femme samaritaine: lart de la compassion Lisez Jean 4:126. Il se passe tant de choses dans cette histoire quil faut vraiment connatre pas mal dHistoire pour comprendre la compassion de Jsus. Tout dabord, les Juifs et les Samaritains ne sentendaient pas. En fait, ils se hassaient. Ceci remontait, historiquement, au moment o les Juifs possdaient des terres que les Samaritains convoitaient. Ils avaient fini par se battre ce sujet, et il en tait rest de vieilles rancunes. Le plus gros du problme est dcrit dans 2 Rois 17, et vous pourrez y lire cette histoire si vous voulez connatre les dtails. Nimporte comment, il suffit de dire que les Juifs et les Samaritains taient ennemis. Culturellement, on aurait pu sattendre ce que Jsus ignore compltement cette femme ou Se montre trs impoli envers elle. Il ne fit ni lun ni lautre. Deuximement, Jsus est Dieu, et Dieu ne peut pas supporter ladultre. Il la en horreur. Et cette femme commettait ladultre dans sa chair. Sa vie en tait pleine. Jsus le savait et le lui fit remarquer. Mais Jsus nentreprit pas den discuter avec elle. Il nessaya pas de lui montrer combien sa vie tait mauvaise. Elle savait quelle pchait, et il suffisait Jsus de le lui faire remarquer. Elle avait deux mauvais points contre elle: elle tait Samaritaine; elle tait adultre. Jsus aurait pu Se lamenter sur elle. Mais Il ne le fit pas. Remarquez, dans ce passage, comment Jsus lamena dcouvrir qui Il tait sans la condamner. Jsus savait que le style de vie de cette femme tait en opposition totale avec la vrit divine, mais Il ne la martela pas coups de rgles et de lois. Il se contenta de laimer avec Ses Paroles. Ctait Sa manire de dmontrer Sa compassion. Parce quIl tait Juif, Il aurait pu avoir de la haine envers elle. Parce quelle vivait dans ladultre, Il aurait pu la condamner. Il ne fit ni lun, ni lautre, et, la fin, Il gagna le cur de cette femme. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Textes bibliques Le racisme, le sexisme, la bigoterie religieuse et bien dautres choses ont t justifis au cours de lHistoire laide de faux arguments bibliques. Comment pourriez-vous utiliser les textes suivants pour corriger ces reprsentations errones, dont certaines existent encore aujourdhui? A quels autres textes pouvez-vous penser? Colossiens 3:117 Matthieu 1:116 (spcialement les versets 3 et 5) Gense 1:27 Matthieu 2:112 Moment de partage (en petits groupes) Comparez et contrastez lart de la compassion de Jsus auprs de la femme samaritaine avec lart de lhonntet頻 auprs du jeune homme riche. Quest-ce qui fait la diffrence? Comment devons-nous faire la distinction dans notre tmoignage? Cherchez ensemble ce qui peut nous empcher dtre compatissants envers les gens. Quelles tapes pratiques pouvons-nous suivre pour surmonter ces barrires la compassion? Dcouvrez les groupes avec lesquels la socit/la culture pourraient vous imposer de ne pas vous entendre, comme les Juifs ne devaient pas sentendre avec les Samaritains, et vice versa. En quoi votre culture influence-t-elle votre religion? En quoi votre foi doit-elle avoir la prsance? Comment pouvez-vous en faire une ralit? En supposant que vous surmontez tous vos prjugs dans votre tmoignage, quelles barrires peuvent encore exister dans vos tentatives dvanglisation? Quelles leons pouvez-vous tirer de la manire dont Jsus a surmont la surprise de la Samaritaine? Rflexions sur Christ notre exemple Le service Article de fond Jsus et les disciples: lart du service Cest le moment critique. Quelques jours avant Son excution, Jsus a rencontr Ses disciples une dernire fois. Son plan? Trs simple: un repas en commun; prier; passer quelque temps ensemble; puis aller prier Gethsman. Un plan simple. A vrai dire, mme avec ce plan, personne ne savait ce qui allait arriver, sauf Jsus. Il connaissait la complexit de cette soire. Il savait ce qui venait. Cest l, dans la chambre haute avec Ses disciples, que Jsus a dmontr lart du service. Ses disciples sattendaient probablement ce quIl leur dise toutes sortes de choses importantes. Ils sattendaient ce que Jsus leur apporte lenseignement suprme sur Dieu ou sur le Ciel. Et ils sattendaient certainement (parce quils lattendaient dj depuis pas mal de temps) ce que Jsus Se transforme, du Messie souffrant et perscut quils connaissaient, en Roi conqurant qui se rvlerait aux autorits et ferait disparatre les religieux hypocrites qui sopposaient Lui. Au lieu de cela, Jsus adopta une approche qui les prit totalement par surprise. Il prit une cuvette deau et un linge, et lava les pieds de Ses disciples. Ctait une tche spcialement sale. A cette poque, tout le monde portait des sandales, et les rues ntaient pas paves. Ajoutez ces deux faits lun et lautre, et vous obtenez des pieds sales et malodorants. Nest-ce pas une image incroyable susciter dans votre esprit? Des pieds sales et Jsus (le Crateur et le Sauveur) agenouill comme un esclave pour les laver; les laver de la matire mme avec laquelle il avait cr ces pieds. Les disciples neurent pas besoin dtre convaincus. Ils neurent pas besoin dtre gagns. Jsus tait en train de dmontrer quelle sorte dhommes Il sattendait les voir devenir. Cest comme si Jsus leur avait dit: Daccord, les gars! Vous savez quoi dire; vous savez comment le dire; maintenant, Je vais vous montrer comment le vivre. Cest ce que fit Jsus. Il donna Ses disciples le don du service et linvitation le vivre comme un art. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Donnez votre sang. Nous avons une relation mystique avec le sang. La littrature ancienne essaie dexpliquer les lments de ce liquide et comment il nous donne la vie, nourrit notre personnalit et constitue notre tre spirituel. Dans lEglise, nous pntrons beaucoup plus profondment dans ce mystre. Nous croyons vraiment que le sang nous donne la vie. Nous clbrons le sang de Jsus. Par le moyen de ce sang, nous avons reu le pardon de nos pchs. Par le moyen de ce sang, nous recevons le don de la vie ternelle dans le ciel, o nous jouirons de tous les avantages de la vie sous leurs formes les plus gnreuses et les plus agrables, et ceci pour lternit. Tout ceci a t rendu possible grce au sang de Jsus. Associez-vous une banque du sang locale pour organiser une campagne annuelle de collecte de sang votre glise. Suggrez cette ide de partenariat aux dirigeants de votre glise, puis aidez-les la raliser en faisant le plus gros du travail. La plupart des banques du sang locales seraient plus quheureuses de vous aider organiser une campagne de collecte de sang et de fournir votre lise les ressources ncessaires pour la ralisation de ce projet. Certains membres dglise ne pourront pas donner de sang, ou ne seront peut-tre pas disposs le faire, mais la majorit dentre eux se porteront probablement volontaires avec joie. Lacte physique de donner votre sang est une dclaration dunit avec la croix de Christ et dgalit avec la race humaine. Cest un acte qui nous rend vulnrables la souffrance, parce que nous compatissons celle dautrui. Cest une forme de don qui vient littralement de lintrieur. Rflexions sur le tmoignage Les disciples Articles de fond La majest de Sa puissance Lamour du Christ nous treint. 2 Corinthiens 5:14 Lorsque nous naissons de nouveau par leffet de lEsprit de Dieu, notre tmoignage repose seulement sur ce que Dieu a fait pour nous, et juste titre. Mais ceci va changer et disparatre pour toujours lorsque vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit survenant sur vous (Actes 1:8). Cest seulement ce moment que vous commencerez vous rendre compte ce que Jsus voulait dire en disant Vous serez mes tmoins. Non pas tmoins de ce que Jsus peut faire cest la base, et cest un fait dj compris mais tmoins de Jsus. Nous accepterons tout ce qui nous arrive comme si cela arrivait Jsus: que ce soit des flicitations ou un blme, la perscution ou une rcompense. Paul a dclar quil tait treint par lamour de Dieu, et que ctait pour cela quil agissait comme il le faisait. On pouvait le considrer comme fou ou sain desprit; il sen moquait. Il ny avait quune seule chose pour laquelle il vivait: persuader les gens du jugement de Dieu venir et leur parler de lamour du Christ. Cet abandon total lamour du Christ est la seule chose qui portera du fruit dans votre vie, et qui laissera toujours la marque de la saintet de Dieu et de Sa puissance, en nattirant jamais lattention sur votre saintet personnelle. Oswald Chambers, My Utmost for His Highest (Je fais le maximum pour le Trs-Haut) Nous sommes des tmoins. Et, comme les tmoins dans un tribunal, nous sommes appels tmoigner, dire ce que nous avons vu et entendu; et nous devons dire la vrit. Notre tche nest pas de dlaver ou de dformer la vrit. Notre tche est de dire la vrit. Un point, cest tout. Il y a, cependant, une grande diffrence entre le tmoin devant un tribunal et le tmoin pour Christ. Le tmoin au tribunal finit par quitter la barre des tmoins, alors que le tmoin pour Christ ne la quitte jamais. Puisque les dclarations de Christ sont constamment contestes, le tribunal est en session perptuelle, et nous demeurons constamment sous serment. Pour le chrtien, mentir nest jamais une option. Cela ne la jamais t pour Jsus. Max Lucado, Just Like Jesus (Tout comme Jsus) Textes bibliques Lisez 2 Corinthiens 5:14 dans son contexte. En quoi lamour de Christ nous treint-il? Discutez les exprience que vous en avez faites dans votre vie et les implications que cela a sur votre tmoignage. Lisez Philippiens 3. Quelle lumire supplmentaire ce chapitre projette-t-il sur la motivation de Paul dans son tmoignage? Quelle est votre motivation? Moment de partage (en petits groupes) Comparez et contrastez le rle du tmoin chrtien et celui du tmoin devant un tribunal. Nous avons lu diffrentes versions du tmoignage de Paul. Quelle est la vtre? Rflexion Jouez une scne de tribunal dans laquelle vous tes appels tmoigner sur les dclarations de Christ. Allez plus loin en jouant une scne en dehors du tribunal. Comment vivez-vous votre tmoignage? Rflexions sur le tmoignage Les dirigeants Article de fond Un tmoignage est comme un rapport. Cest une histoire qui raconte ce que Dieu a fait dans votre vie. Comme, par exemple, lan dernier, lorsque vous avez t en vacances Aspen et pass des moments formidables skier. Vous avez rencontr des stars de cinma, et, quand vous tes rentrs de vacances, vous vous tes vants auprs de vos amis combien vous vous tes amuss, pendant quils sennuyaient chez eux. Vous leur avez fait un tmoignage (rapport) de vote voyage, parce que quelque chose de merveilleux vous tait arriv, et vous aviez envie de le raconter. Les tmoignages sont souvent utiliss pour montrer la valeur des choses. Ils expliquent combien quelque chose est vrai: si a a march dans votre vie, a doit aussi marcher dans la vie de quelquun dautre. Ils aident aussi envelopper les vrits essentielles dune manire facile comprendre pour tous. Un tmoignage nest pas une liste de tout ce que vous avez fait de parfait, de toutes les merveilleuses expriences que vous avez eues avec Dieu, et de toutes les autres personnes que vous avez amenes la conversion grce vos expriences avec Jsus. Un tmoignage peut contenir ces lments, mais ce nest pas loccasion pour vous de vous faire valoir aux yeux de quelquun qui ne connat pas Christ. Un tmoignage nest pas rempli de mots que les gens ne comprennent pas. Nessayez pas dimpressionner les gens par votre connaissance du vocabulaire thologique. Evitez des mots tels que sanctification, justification, lavs dans le sang, vivre dans la lumire, et autres mots du patois de Canaan. Un tmoignage nest pas pour vous loccasion de ramasser en un seul discours toute la vrit que vous avez apprise en grandissant dans lEglise pour la bourrer dans le cerveau dune personne. Un tmoignage ne doit pas drouter. Votre tmoignage doit avoir du sens pour vous et pour votre meilleur ami avant de sortir et den parler quelquun dautre. Un tmoignage nest pas un recueil de choses que vous souhaiteriez avoir faites avant de rencontrer Christ. Et ce nest pas un tissu de mensonges sur ce que vous avez fait de merveilleux depuis que vous Lavez rencontr. Comme ceci a t dit plus haut, un tmoignage nest que le rsultat dune exprience que vous avez faite avec Dieu. Exactement comme un rapport de vacances prsent vos amis, un tmoignage donne lessentiel de ce que vous tiez avant de rencontrer Christ, comment vous Lavez rencontr, et comment vous avez vcu depuis. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Moment de partage (en petits groupes) Rdigez un court tmoignage personnel (35 minutes): Qutiez-vous avant de rencontrer Christ? Comment avez-vous rencontr Christ? Que sest-il pass? Quavez-vous ressenti? Quest-ce qui a chang? Qua t votre vie depuis que vous avez rencontr Christ? Quel effet Jsus a-t-Il eu sur votre vie? Quelles luttes continuez-vous avoir? [Si vous tes chrtiens depuis un certain temps, assurez-vous que ce sont des exemples rcents. Vous ne pouvez pas utiliser le mme tmoignage quil y a cinq ans!] Exercez-vous rendre tmoignage devant deux ou trois personnes diffrentes. Assurez-vous que votre prsentation est naturelle et na pas lair dtre prpare. Discutez cette activit en groupe: quest-ce qui vous a mis mal laise? Quest-ce qui vous a mieux mis laise? Comment pouvez-vous acqurir de la confiance en partageant votre tmoignage? Quest-ce qui vous met laise lorsque vous racontez dautres histoires, mais non celle de votre relation avec Christ? Rflexions sur le tmoignage Lvanglisation Article de fond Comme lcrit Miroslav Volf: Lconomie de la grce immrite a la prsance sur lconomie des chtiments mrits. A partir de lcole maternelle, on nous enseigne comment russir dans notre monde sans grce: Cest le premier oiseau qui mange le ver; Sans peine, on ne gagne rien; Il ny a rien de gratuit; Faites respecter vos droits; Exigez ce pour quoi vous avez pay. Je connais bien ces rgles, car cest par elles que je vis. Je travaille pour ce que je gagne; jaime gagner; jinsiste pour quon respecte mes droits. Je veux que les gens aient ce quils mritent, ni plus, ni moins. Cependant, si je veux bien couter, jentends un fort murmure provenant de lEvangile me disant que je nai pas reu ce que je mritais. Je mritais un chtiment, et jai obtenu le pardon. Je mritais la colre de Dieu, et jai reu Son amour. Je mritais la prison pour dettes, et jai reu la place un compte sans aucun dbit. Je mritais de svres sermons et une repentance genoux, et jai reu la place un banquet prpar pour moi. Courbs sous le poids de nos checs rpts, de nos esprances dues et du sentiment de notre indignit, nous rassemblons autour de nous une coquille qui nous rend presque impermables la grce. Je sais comment je ragis aux lettres de refus des diteurs de revues et aux lettres critiques de mes lecteurs. Je sais que mon image de moi-mme la fin de la journe dpend en grande partie de quelle sorte de messages jai reu des autres. Suis-je aim? Jattends les rponses de mes amis, de mes voisins, de ma famille; jattends ces rponses comme un homme qui meurt de faim. Occasionnellement, je ressens la vrit de la grce. Parfois, lorsque jtudie les paraboles, je saisis quelles me concernent. Je suis la brebis, que le berger est parti chercher en laissant les autres brebis la bergerie; le fils prodigue pour lequel le pre scrute lhorizon; le serviteur dont la dette a t annule. Je suis le bien-aim de Dieu. Lors dun sminaire, lauteur et confrencier Brennan Manning cita lami le plus intime de Jsus sur la terre, le disciple appel Jean, identifi dans les Evangiles comme le disciple que Jsus aimait (Jean 20:7). Manning nous dit: Si on devait demander Jean: Quelle est ta principale identit dans la vie? il ne rpondrait pas Je suis un disciple, un aptre, un vangliste, lauteur de lun des quatre Evangiles, mais plutt: Je suis celui que Jsus aime. Quest-ce que cela signifierait, me suis-je demand, si, moi aussi, jarrivais au point o je considrerais que ma principale identit dans la vie est dtre celui que Jsus aime? Combien diffremment me considrerais-je la fin de la journe? Les sociologues ont une thorie appele la thorie du miroir de soi-mme: vous devenez ce que la personne la plus importante de votre vie (pouse, pre, patron, etc.) pense que vous tes. Comment ma vie changerait-elle si je croyais vraiment les paroles tonnantes de la Bible sur lamour que Dieu a pour moi, si je regardais dans le miroir et voyais ce que Dieu voit? Philip Yancey, Whats So Amazing About Grace? (Quy a-t-il de si tonnant dans la grce?) Textes bibliques Lisez les passages suivants: Matthieu 18:2135 Matthieu 20:116 Luc 15:1132 Luc 21:14 En quoi le point de vue de Dieu diffre-t-il du point de vue gnral du monde dans ces passages? Discutez toutes les manires dont cette diffrence heurte notre sens de la justice. Lisez Matthieu 5:111 en remarquant la diffrence entre le bon sens et ce que Oswald Chambers appelle le sens du royaume, que lon trouve dans ce passage. Moment de partage (en petits groupes) En commenant par celles qui sont numres dans le passage ci-dessus, citez dautres rgles de notre monde sans grce. Comment, alors, vivrons-nous en tant que chrtiens en montrant la grce de Dieu dans ce monde? Discutez la thorie du miroir de soi-mme. Explorez les diffrents soi-mme selon la personne la plus importante dans sa vie. Dans les relations humaines, quel est le rle de la perception? Explorez maintenant ce que serait votre vie si Dieu tait la personne la plus importante de votre vie et si vous croyiez vraiment ce que dit la Bible sur lamour quIl a pour vous. [Note: Oswald Chambers appelle ceci lestime de Dieu. Envisagez dexplorer les diffrences entre ce concept et celui de lestime de soi-mme.] Quelles sont les implications pour vos relations avec les autres et pour votre tmoignage? Expliquez-vous. Rflexions sur le tmoignage Le service Citation Combien lamour du Pre pour nous est profond! Quil est vaste au-del de toute mesure, Au point de nous donner Son Fils unique Et de faire de nous des trsors! Combien fulgurante la douleur Lorsque le Pre dut dtourner Sa face, Tandis que les blessures de Son Bien-Aim Amenaient de nombreux fils la gloire! Regardez cet homme sur la croix, Portant mon pch sur Ses paules! Honteux, jentends ma voix qui se moque Parmi celle des railleurs. Cest mon pch qui La clou la croix Jusqu ce que tout soit accompli; Son dernier soupir ma apport la vie, Et je sais que tout est accompli. Je ne me glorifierai de rien, Ni de mes dons, ni de mon pouvoir, ni de ma sagesse; Mais je me glorifierai de Jsus-Christ, De Sa mort et de Sa rsurrection. Pourquoi dois-je gagner de Sa rcompense? Je ne peux pas rpondre; Mais ce que je sais de tout mon cur, Cest que Ses blessures ont pay ma ranon. Stuart Townend Le service IDES DE PROJETS DE SERVICE: Recueillez les histoires. Nous avons besoin de rserver des moments que nous passerons avec les personnes ges, et qui nous aideront, en tant qutres humains, retrouver notre admiration pour celles-ci. Une manire de le faire est de demander aux personnes ges de nous aider recueillir les moments de notre Histoire, de raconter les histoires du pass qui nous aideront apprendre comment nous sommes relis aux gnrations qui nous ont prcds. Voici quelques activits que vous pourriez raliser dans ce sens: Organisez une soire thme. Demandez quelques-uns des membres les plus gs de votre glise de dcrire leur maison telle quelle tait autrefois. Impliquez les membres de votre groupe, qui dessineront le plan de cette maison tel quil leur est dcrit. Enumrez les appareils et les services publics qui ont permis cette maison de vivre; puis, en contraste, dessinez une maison moderne. Dautres thmes pourraient inclure: les transports, la technologie, les jeux ou les travaux denfants. Lide est damener ces personnes ges parler et partager leurs souvenirs avec les jeunes gnrations. Faites un tableau. Demandez aux personnes qui habitant depuis longtemps dans votre ville ou votre communaut de raconter comment ctait de leur temps. Demandez-leur de faire un tableau verbal de la vie dans le bon vieux temps. Vous pourriez mme organiser une tourne virtuelle de la ville, avec des arrts en cours de route, et leur faire expliquer ce qui se trouvait tel ou tel endroit. Faites-les parler de leur famille. Demandez aux personnes ges de parler de leur famille. Dessinez leur arbre gnalogique sur un tableau noir ou blanc, en remontant aussi loin quils peuvent se souvenir. Incluez do venait chacun, quelle tait sa profession, le nom de ses enfants, etc. Vous aurez bientt le sentiment fascinant de ntre qu quelques pas des vnements clbres, tels que la Deuxime guerre mondiale. Ne vous souciez pas si cela ne se droule pas rigoureusement selon ce qui avait t prvu. Le seul fait dtre assis aux pieds des personnes ges dpassera tous les mots que vous pourriez prononcer pour montrer que vous les respectez et que vous les honorez. Sortez de lglise. Cette ide peut vous paratre trange, mais cest une notion dvanglisation trs srieuse. Nous avons tous besoin de quitter consciemment la scurit de lentourage de nos coreligionnaires et de nous placer dans un environnement dans lequel Christ veut que Son glise vive. Voici plusieurs manires qui vous aideront faire le premier pas pour sortir des murs de votre glise: Portez-vous volontaire dans votre communaut. Ouvrez les portes. Ouvrez votre foyer vos voisins. En t, invitez-les; organisez une soire pour eux lors doccasions nationales spciales. En tant que chrtiens, nous avons besoin de montrer ce genre de vritable hospitalit. Dans toutes ces entreprises, il est important dtre sincre en vous faisant des amis. Souvenez-vous quil nest pas ncessaire de vous prcipiter dans une relation dvanglisation qui ne soit pas naturelle. En temps voulu, Dieu permettra que votre vie devienne comme une odeur suave et une eau frache pour les curs assoiffs. Que ce soit un processus naturel guid par luvre du Saint-Esprit. Sous Sa direction, il sera vident quel moment et comment vous devrez ajouter au tmoignage de votre style de vie des paroles donnant la vie. Une autre pense: il est tentant de penser que les personnes qui professent des croyances chrtiennes diffrentes des ntres ne connaissent pas Jsus; en fait, ceci pourrait ntre rien de plus quune forme de prjug spirituel! Rflexions sur Allez! Les disciples Article de fond Nous Lui appartenons! Ils taient toi, et tu me les as donns. Jean 17:6. Un missionnaire est quelquun qui le Saint-Esprit a fait prendre conscience de ceci: Vous ntes pas vous-mmes (1 Corinthiens 6:19). Dire Je ne suis pas moi-mme, cest avoir atteint un point culminant dans ma stature spirituelle. La vraie nature de cette vie, au sein de la confusion de chaque jour, est dmontre par labandon dlibr de moi-mme une autre Personne par le moyen dune dcision souveraine. Cette Personne est Jsus-Christ. Le Saint-Esprit minterprte et mexplique la nature de Jsus pour que je devienne un avec mon Seigneur, et non pour que je devienne simplement un trophe dans Sa vitrine. Notre Seigneur na jamais envoy aucun de Ses disciples sur la base de ce quIl avait fait pour eux. Ce nest quaprs Sa rsurrection, lorsque les disciples eurent peru, par la puissance du Saint-Esprit, Qui tait vraiment Jsus, quIl leur dit Allez! (Matthieu 28:19; voir aussi Luc 24:49 et Actes 1:8). Si quelquun vient moi, et sil ne hait pas son pre, sa mre, sa femme, ses enfants, ses frres et ses surs, et mme sa propre vie, il ne peut tre mon disciple (Luc 14:26). Jsus ne dit pas que cette personne ne peut pas tre bonne et droite, mais quelle ne peut pas tre quelquun sur qui Jsus puisse crire le mot Mien. Nimporte laquelle des relations que notre Seigneur a mentionnes dans ce verset peut tre un concurrent pour notre relation avec Lui. Je peux prfrer appartenir ma mre, ou ma femme, ou moi-mme, mais, si cest le cas, Jsus dira: Tu ne peux pas tre mon disciple. Ceci ne signifie pas que je ne serai pas sauv, mais que je ne peux pas Lui appartenir entirement. Notre Seigneur fait de Son disciple Sa possession personnelle, en devenant responsable de lui. Vous serez mes tmoins (Actes 1:8). Le dsir qui sempare du cur dun disciple nest pas de faire telle ou telles chose pour Jsus, mais dtre pour Lui un sujet de joie parfaite. Le secret du missionnaire est de pouvoir vraiment dire: Je Lui appartiens, et Il ralise Son uvre et Ses desseins par mon intermdiaire. Appartenez-lui totalement! Oswald Chambers, My Utmost for His Highest (Je fais de mon mieux pour le Trs-Haut) Textes bibliques Lisez Gense 5:2124. Nous pensons souvent Hnoc comme un homme qui a march avec Dieu; mais il avait aussi une famille. Discutez comment, comme Hnoc, vous pouvez avoir des relations terrestres, mais, en mme temps, Lui appartenir totalement. A quoi ceci ressemblerait-il dans notre monde daujourdhui? Dans votre vie? Lisez la suite du passage mentionn ci-dessus concernant ce quil en cote dtre disciple dans Luc 14:2733. Les gens envisagent-ils ce quil en cote dtre disciple de la manire dont ils envisagent les entreprises de ce monde avant de sy lancer? Pouvons-nous vraiment savoir quelle croix nous devrons porter avant de choisir de suivre Jsus, ou bien, comme laffirme Dietrich Bonhoeffer, savons-nous seulement quil en cote beaucoup plus cher de ne pas tre disciple? Que retirez-vous donc de ce passage? Moment de partage (en petits groupes) Discutez ce que signifie tre disciple. De nombreuses traductions de la Bible traduisent ainsi le Mandat vanglique de Matthieu 28:19, 20: prchez ou enseignez; mais la meilleure traduction est faites des disciples. En quoi ceci change-t-il votre comprhension de ce texte? En quoi faire des disciples diffre-t-il de prcher/ enseigner? Rflexions sur Allez! Les dirigeants Histoire Jaimerais vous raconter une histoire sur un groupe de personnes qui sappelaient pcheurs. Ils vivaient dans une rgion o les poisons abondaient ils avaient de leau tout autour deux. In fait, toute leur rgion tait entoure de cours deau, de lacs et de rivires, tous remplis de poissons. Et ces poissons taient affams. Semaine aprs semaine, mois aprs mois, anne aprs anne, ces personnes qui sappelaient pcheurs tenaient des runions et parlaient de leur vocation de pcheurs, de labondance des poissons, et ils partageaient toutes les dernires innovations dans lart de la pche. Anne aprs anne, ils dfinissaient soigneusement ce qutait la pche, exaltaient la pche, appele une noble occupation, et dclaraient que la pche est toujours la principale tche des pcheurs. Ils cherchaient constamment de nouvelles et de meilleures mthodes de pche, et de nouvelles et meilleures dfinitions de la pche. Ils aimaient les slogans tels que: La pche est la tche de chaque pcheur. Ils patronnaient des runions spciales appeles Campagnes des pcheurs. Ils organisaient, sur le plan national et mme mondial, de grandes tournes pour discuter et promouvoir la pche et apprendre toutes les nouvelles inventions et avances technologiques dans lart de la pche, et de nouvelles manires de disposer lappt pour le rendre plus attrayant et plus sduisant pour le poisson. Ils construisaient de grands et beaux btiments appels Sige de la pche, et choisissaient quelques-uns de leurs meilleurs pcheurs pour y servir de personnel. Ils invitaient tout le monde devenir pcheurs. Il ny a quune seule chose quils ne faisaient pas: ils ne pchaient pas. Jamais. En plus dorganiser et de tenir des runions rgulirement programmes, ils formrent un comit pour envoyer des pcheurs dans dautres parties du monde o le poisson tait abondant. Ce comit nommait diffrentes sous-commissions et tenait de nombreuses runions pour parler de la pche, exalter la pche et laborer de nouvelles stratgies de pche. Mais les membres de ce comit nallaient jamais la pche. De grands centres de formation, qui cotaient fort cher, furent construits dans le but dapprendre aux pcheurs comment pcher. Ces centres offraient des cours sur les besoins des poissons, leur nature, parlaient des diffrentes gnrations de poissons, de leur profil psychologique, et indiquaient comment les approcher et les nourrir. Les professeurs possdaient tous des diplmes dart de la pche, mais aucun dentre eux nallait jamais pcher. Ils se contentaient denseigner pcher. Aprs avoir termin leurs tudes, les diplms recevaient leur licence de pche et partaient pour pratiquer la pche plein temps, certains vers des eaux lointaines qui taient remplies de poissons. Beaucoup de personnes sentaient lappel devenir pcheurs et y rpondaient. On leur confiait la tche daller pcher. Mais, comme les pcheurs rests au pays, ces personnes pouvaient parler pendant des heures sur le besoin de pcher et connaissaient toutes les nouvelles dcouvertes sur lart de la pche, mais elles nallaient pas pcher. Elles taient trop occupes dautres choses. Certaines disaient quelles voulaient vraiment aller la pche, mais, puisquelles navaient pas le temps, elles se contenteraient de fournir aux autres leur quipement de pche. Dautres avaient le sentiment que leur tche tait de crer de bonnes relations avec les poissons, de sorte que ceux-ci soient plus rceptifs aux pcheurs. Aprs une runion mouvante sur la ncessit daller la pche, un jeune homme sortit de cette runion et alla vraiment pcher! Il annona le lendemain, dans son rapport, quil avait attrap deux gros poissons. On lhonora pour son excellente prise; et, immdiatement, une tourne sur le plan national fut programme pour quil puisse visiter toutes les grandes runions et raconter comment il sy tait pris. Il abandonna donc immdiatement la pche pour avoir le temps de raconteur son exprience aux autres. On lui donna aussi une place dans le Comit gnral des pcheurs, ce qui lui prit une grande partie de son temps, de sorte quil ne lui en resta plus du tout pour pcher. Or, il est vrai que de nombreux pcheurs faisaient des sacrifices personnels et rencontraient toutes sortes de difficults. Certains vivaient proximit de leau et devaient supporter chaque jour lodeur des poissons morts et en putrfaction. Ils taient tourns en ridicule par certaines personnes, qui se moquaient de leurs clubs de pcheurs et du fait que, tout en prtendant tre pcheurs, ils nallaient jamais la pche. Ils stonnaient de ces gens, qui avaient limpression quassister des runions hebdomadaires pour parler de pche tait une perte de temps. Aprs tout, ne suivaient-ils pas le Matre, qui avait dit: Suivez-moi, et je vous ferai pcheurs dhommes (Matthieu 4:19)? Darrell W. Robinson, People Sharing Jesus (De gens qui partagent Jsus) Moment de partage (en petits groupes) Discutez les implications du rcit ci-dessus ou, encore mieux, allez pcher! Rflexions sur Allez! Lvanglisation Article de fond LEvangile nest pas du tout ce que nous pourrions inventer nous-mmes. Pour ma part, je mattendrais honorer les vertueux plutt que les dbauchs. Je mattendrais devoir mettre de lordre dans ma vie avant mme de demander une audience un Dieu saint. Mais Jsus nous a parl dun Dieu Qui ignore un chef religieux doprette et Qui Se tourne plutt vers un pcheur ordinaire qui Le supplie en disant: Dieu, sois apais envers moi, pcheur (Luc 18:13). Dans toute la Bible, en fait, Dieu montre une prfrence marque pour les personnes relles plutt que pour les personnes bonnes. Pour reprendre les paroles de Jsus, Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pcheur qui se repent, que pour 99 justes qui nont pas besoin de repentance (Luc 15:7). Dans lun de ses derniers actes avant sa mort, Jsus a pardonn un brigand crucifi, sachant trs bien que ce brigand stait converti uniquement par peur. Ce brigand ntudierait jamais la Bible, ne frquenterait jamais la synagogue ou lglise, et ne rparerait jamais le mal quil avait fait. Il avait simplement dit: Jsus, souviens-toi de moi (Luc 23:42), et Jsus lui avait promis: Tu seras avec moi dans le paradis (verset 43). Encore un rappel frappant que la grce ne dpend pas de ce que nous avons fait pour Dieu, mais plutt de ce que Dieu a fait pour nous. Demandez aux gens ce quils doivent faire pour aller au ciel, et la plupart dentre eux rpondront: Etre bon. Les histoires racontes par Jsus contredisent cette rponse. Tout ce que nous devons faire est de crier Au secours! Dieu accueille quiconque le veut bien et qui, en fait, a dj fait le premier pas. La plupart des experts mdecins, avocats, conseillers conjugaux ont une haute estime deux-mmes et attendent que leurs clients viennent eux. Mais pas Dieu. Comme la exprim Sren Kierkegaard: Lorsquil est question dun pcheur, Il ne se contente pas de se tenir tranquille, douvrir les bras et de dire Viens! Non! Il se tient l et attend, comme le pre du fils prodigue attendant le retour de son fils; ou, plutt, Il ne se tient pas l en attendant passivement; Il slance pour chercher, comme le berger cherche sa brebis perdue, comme la femme cherche sa pice de monnaie perdue. Il va. Non! Il est dj parti, mais infiniment plus loin quaucun berger ou quaucune femme nira jamais. Il a suivi, en vrit, le chemin infiniment long, Lui Qui est Dieu, pour devenir homme, et ceci pour aller la recherche des pcheurs. Kierkegaard a touch du doigt laspect qui est peut-tre le plus important des paraboles de Jsus. Ce ntaient pas seulement des histoires agrables destines retenir lattention des auditeurs, ou des rcipients littraires destins contenir une vrit thologique. Elles taient, en fait, un modle de la vie de Jsus sur la terre. Il a t le berger qui a quitt la scurit de la bergerie pour la nuit extrieure sombre et dangereuse. A Ses banquets, Il accueillait des pagers, des rprouvs, des prostitues. Il est venu pour les malades et non pour les bien-portant, pour les injustes et non pour les justes. Et pour ceux qui Lont trahi spcialement les disciples, qui Lont abandonn au moment o Il avait le plus besoin deux Il a ragi comme un pre rempli damour. Si je me concentre sur lthique des personnages individuels des paraboles, je me retrouve avec un trange message. De toute vidence, Jsus ne nous a pas donn les paraboles pour nous enseigner comment vivre. Il nous les a donnes, je pense, pour corriger nos notions sur Qui est Dieu et qui Dieu aime. Philippe Yancey, Whats So Amazing About Grace? (Quy a-t-il de si tonnant dans la grce?) Textes bibliques Lisez les paraboles mentionnes ci-dessus dans Luc 15. En quoi sont-elles un modle de la vie de Jsus sur la terre? Comment servent-elles corriger nos notions sur Qui est Dieu et qui Dieu aime? Quelles sont les implications pour notre tmoignage? Moment de partage (en petits groupes) Discutez: LEvangile nest pas du tout ce que nous pourrions inventer nous-mmes. Faites une liste de toutes les caractristiques que nous attribuons aux hros, aussi bien rels quimaginaires. Puis, faites la liste des attributs de Dieu et de Son plan du salut. Quels lments pouvez-vous dcouvrir que nous ne pourrions pas inventer nous-mmes? En quoi ceci fortifie-t-il votre foi? Votre tmoignage? Rflexions sur Allez! le service Citations Quas-tu fait aujourdhui? Tu dis que tu feras de grandes choses dans les annes venir; mais quas-tu fait aujourdhui? Tu prvois de faire des dons princiers; mais combien as-tu donn? Tu guriras les curs briss et scheras toute larme; tu leur apporteras lespoir et les dlivreras de la peur, Tu porteras Sa Parole ceux qui sont prs et ceux qui sont loin; mais quas-tu fait aujourdhui? Tu dis que tu seras gentil dans un certain temps; mais quas-tu fait aujourdhui? Ceux qui sont seuls et qui souffrent attendent ton sourire; tu as promis dclairer leur chemin; Tu veux exalter la vrit, valoriser la foi persvrante, Porter Son amour aux extrmits de la terre; mais quas-tu fait aujourdhui? Tu prvois une rcolte abondante dans le royaume de Dieu; mais quas-tu sem aujourdhui? Tu prvois de construire des palais dans le ciel; mais quas-tu construit aujourdhui? Cest bien de rver et de se complaire dans ses visions; mais as-tu accompli ta tche ici-bas? La seule question qui importe est celle-ci: quas-tu fait aujourdhui? Anon Lintention du christianisme est que, cause de la grce, maintenant comme jamais auparavant sous la loi, nous puissions voir ce quune personne peut raliser. Mais, au lieu de cela, nous avons utilis la grce pour empcher laction. Au lieu que la grce soit la base du courage et de la disponibilit laction, elle est applique de telle manire quelle provoque mme une obstruction antinaturelle. Elle est applique de telle manire quon senfonce de plus en plus, de sorte quon a constamment besoin de toujours plus de grce. Nous rencontrons continuellement cette sorte dattitude: Nimporte comment, puisque nous sommes tous sauvs par grce, pourquoi faire des efforts? Evitons toute sorte deffort, car, nimporte comment, tout est grce. Quelle moquerie! Avec la grce de Christ, nous pouvons nous aventurer dautant plus audacieusement. Nous, les hommes, cependant, agissons ainsi: mme la plus petite aventure est considre comme une folie puisque, nimporte comment, tout est grce! Sren Kierkegaard, Provocations Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Clbrez la Journe de la Terre. Asseyez-vous un moment et rflchissez tous les dtails et tous les actes complexes inclus dans le processus de la cration du monde. Cependant, il est curieux de constater combien de chrtiens ne semblent pas se soucier dtre de bons administrateurs de la cration par Dieu. LEglise est reste silencieuse bien trop longtemps sur ce problme. Nous avons permis que ce soit ceux qui sont en dehors de la foi qui dfinissent notre obligation dentretenir notre jardin. Nous nous sommes, en fait, retirs de notre devoir de le cultiver. Pire, nous avons souvent catalogu ceux qui se soucient de notre terre sous le nom de libraux, ou pire. Lorsque nous nous soucions de lenvironnement, nous montrons notre respect le plus profond pour le Crateur. Lorsque nous ngligeons de prendre soin de notre plante, le monde voit comment nous traitons la cration, et, inconsciemment, peroit le message exprimant notre manque de respect. Les chrtiens ont parfois du mal trouver un terrain dentente avec ceux qui sont en dehors de leur foi. Lune des manires de nous rapprocher de ceux qui ne sont peut-tre pas chrtiens est tout simplement de prendre soin de notre terre en mettant de la verdure dans notre ville ou notre communaut. La Journe de la Terre (22 avril) nous offre une occasion dattirer lattention des gens sur les problmes qui concernent notre environnement. Portez-vous volontaires pour un vnement local de la Journe de la Terre, ou organisez-en un. Vous trouverez des ides supplmentaires sur les sites Web tels que:  HYPERLINK "http://www.earthday.gov" www.earthday.gov,  HYPERLINK "http://www.earthday.net" www.earthday.net et  HYPERLINK "http://www.earthdaybags.org" www.earthdaybags.org. Rflexions sur les opportunits Les disciples Histoire Un rveil peut commencer avec un seul sermon. LHistoire le prouve. John Egglen navait jamais prch un seul sermon dans sa vie. Jamais. Ce nest pas quil ne le voulait pas, mais il navait jamais eu besoin de le faire. Mais pourtant, un matin, il dut le faire. La neige avait recouvert la ville de Colchester, en Angleterre. Lorsquil se rveilla, ce dimanche de janvier 1850, il pensa rester chez lui. Qui irait lglise par un temps pareil? Mais il rflchit. Il tait, aprs tout, diacre. Et si les diacres nallaient pas lglise, qui irait? Il mit donc ses grosses chaussures, son chapeau et son manteau, et marcha les dix kilomtres qui le sparaient de lglise mthodiste. Ce ntait pas le seul membre de cette glise qui avait envisag de rester chez lui ce jour-l. En fait, ctait lun des rares qui taient venus. Seules treize personnes taient prsentes: douze membres dglise, et un visiteur. Mme le pasteur tait bloqu chez lui par la neige. Quelquun suggra que chacun rentre chez soi. Mais Egglen ne voulut rien entendre. Ils taient venus jusqu lglise; le culte aurait donc lieu. De plus, ils avaient un visiteur, un garon de treize ans. Mais qui prcherait? Egglen tait le seul diacre. Cela lui revenait donc. Cest ce quil fit. Son sermon ne dura que dix minutes. Les ides du sermon se promenaient a et l, sefforant datteindre plusieurs objectifs et ne menant finalement nulle part. Mais, la fin du sermon, un courage hors du commun sempara de cet homme. Il leva les yeux, regarda le jeune garon dans les yeux et lui fit cette invitation: Jeune homme, regarde Jsus! Regarde! Regarde! Regarde! Cette invitation fitelle une diffrence? Que ce jeune garon, maintenant devenu un homme, rponde lui-mme: Je regardai Jsus. A ce moment mme, le nuage qui avait obscurci mon cur se leva, les tnbres se dissiprent, et je vis le soleil. Le nom de ce jeune garon? Charles Haddon Spurgeon, le prince des prdicateurs dAngleterre. Egglen sut-il ce quil avait fait? Non! Les hros savent-ils quand ils sont hroques? Rarement. Les moments historiques sont-ils reconnus comme tels lorsquils arrivent? Vous connaissez la rponse (sinon, une visite la crche vous la rappellera). Nous voyons rarement lHistoire en train de se faire, et nous reconnaissons rarement les hros. Ce qui est tout aussi bien, car, si nous reconnaissions les deux, nous pourrions tout gcher! Mais nous ferions bien de garder les yeux ouverts. Le Spurgeon de demain est peut-tre en train de tondre votre gazon aujourdhui. Et le hros qui linspire pourrait tre plus prs que vous le pensez! Vous le verrez peut-tre dans votre miroir! Max Lucado, When God Whispers Your Name (Lorsque Dieu murmure votre nom) Textes bibliques Lisez 1 Pierre 3:15 et discutez quel rapport a ce texte avec lhistoire ci-dessus. Si vous vous trouviez dans une situation semblable celle dEgglen, quel pourrait tre votre message? Lisez maintenant les versets 817 pour avoir le contexte. Comment comprenez-vous ce passage? Quelles implications a-t-il pour la manire dont vous vivez votre vie? Moment de partage (en petits groupes) Que des membres du groupe dcrivent les moments o ils ont ressenti que Dieu les guidait. Discutez les consquences aussi bien de suivre la direction divine que de lignorer. Lcrivain amricain John Greenleaf Whittier a crit: Parmi tous les mots tristes quon peut prononcer ou crire, les plus tristes sont ceux-ci: Cela aurait pu arriver. Discutez la ralit pratique de vivre sans regrets: A quoi cela peut-il ressembler? Quels en sont les avantages? Les risques? Rflexions sur les opportunits Les dirigeants Article de fond Passons en vitesse acclre du moment o Jsus appela les disciples jusquau moment o Il les quitta pour monter au ciel. Le livre des Actes des aptres nous apporte une profonde comprhension de la manire dont les disciples ont vcu aprs que Jsus fut remont au ciel. Actes 1:611. Voici la scne: Jsus venait de ressusciter des morts, et Il avait pass du temps avec les disciples. Il avait march avec eux, mang avec eux et pris le temps ncessaire pour faire quelques mises au point de dernire minute avec eux avant Son dpart. Aprs avoir dit tout ce quIl avait dire, Jsus commena slever vers le ciel. Il flotta de plus en plus haut, jusqu ce que les disciples ne puissent plus Le voir. Les voil donc. Tout seuls. Seulement les disciples, la promesse du Saint-Esprit, et cest tout. Les disciples sans Jsus se sentaient probablement comme un orchestre sans son premier chanteur. Vous pouvez imaginer ce que cela pouvait tre! Mais ce ne fut pas le cas. Les disciples nabandonnrent et ne renoncrent pas. Plus tard, on les retrouve ensemble, les disciples et une grande foule. Actes 2:141. Pendant quils taient ensemble, un son semblable un rugissement se fit entendre. Ils furent remplis du Saint-Esprit. Voil o laventure commence! Remplis du Saint-Esprit et riches des expriences vcues avec Jsus, les disciples taient prts parler aux autres de leur exprience. Que firent ces hommes audacieux? Ce passage du livre des Actes nous apporte normment dinformations ce sujet. Pierre prcha le message de sa vie. Des Juifs staient rassembls Jrusalem, venant du monde entier, mme de Rome, loigne denviron 1500 kilomtres. Ils taient venus pour la Pentecte. Pierre, rempli du Saint-Esprit et de la puissance de Dieu, se leva et prcha sur Jsus. Plus de 3000 personnes vinrent Christ ce jour-l. Ces premiers croyants imitaient Jsus. Ils vivaient lamour exactement comme le Sauveur. Ils faisaient leur possible pour suivre les traces de Jsus. Nous avons dcouvert quils commettaient parfois dincroyables bvues, mais quils remportaient aussi de fulgurants succs. Une chose que nous navons pas mentionne est que ces hommes durent faire face toutes sortes de croyances opposes Jsus. A lpoque de Jsus, il y avait toutes sortes de religions et de mouvements dissidents du systme religieux juif. Et aprs que Jsus ait quitt la terre en laissant son uvre entre les mains des disciples, de plus en plus de croyances apparurent, chacune prtendant possder la vrit ultime. Ce qui rendit la tche des disciples encore plus difficile. Tout en devant parler aux autres de Jsus, ils devaient aussi corriger les conceptions errones de nombreuses personnes sur ce qutait vraiment la vrit. Ils devaient savoir ce quest lEvangile, et ils devaient savoir quelles taient les autres croyances prches de leur temps pour pouvoir contrer activement la masse impressionnante des fausses doctrines qui circulaient. Ce nest pas diffrent aujourdhui. Tandis que le christianisme continue se rpandre, il en est de mme des fausses religions, des fausses croyances et des inexactitudes. En vous efforant de vivre comme un disciple et de suivre les traces de Jsus, vous rencontrerez certainement des croyances inexactes. Vous devrez tre prts leur faire face si vous voulez tre efficaces. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Textes bibliques Lisez les deux premiers chapitres du livre des Actes des aptres. Discutez ce que cela aurait t de faire partie de ce groupe cette poque. Nous pensons souvent que cela aurait t plus facile si nous avions vu Jsus; mais imaginez-vous essayant dexpliquer que la Personne avec Laquelle vous aviez march, parl et mang tait Dieu! Imaginez les esprances et les rves que les disciples avaient associs Jsus, et leur dception; lintimit de leur communion avec Lui et leur sentiment de perte au dbut. Lisez les passages suivants et discutez comment les disciples ont fait face aux fausses croyances de leur poque: Act 8:1824 Act 15:131 Act 17:14 Act 17:1634 Act 19:17 Act 19:810 Act 19:2320:2 1 Cor 1:1017 1 Cor 8 1 Timothe 4:16 Apocalypse 2 et 3 Moment de partage (en petits groupes) Discutez des manires pratiques de suivre les traces de Jsus mme sil vous arrive de commettre parfois dincroyables bvues. Est-il important dtudier les autres croyances? Est-ce ncessaire, ou bien est-il seulement ncessaire dtre bien fonds dans vos propres croyances? Discutez les avantages/inconvnients et les aspects positifs/risques impliqus. Discutez la notion de vrit. Beaucoup prtendent la possder, tandis que dautres prtendent que la vrit absolue nexiste pas. Que croyez-vous, et comment pouvez-vous le communiquer avec amour? Les adventistes du septime jour aiment dire quils ont la vrit頻. Quelle est limplication de cette dclaration pour une personne devant qui vous tmoignez et qui croit diffremment? Quels sont les avantages/inconvnients dune telle dclaration? Que signifie-t-elle? Quel rle la dclaration de Jsus dans Jean 14:6 joue-t-elle dans notre comprhension de ce que ou de Qui est la vrit? Discutez limportance dune coute authentique de ce que les autres ont dire sur leurs croyances. Comment cette coute peut-elle vous aider discerner ce que cherche cette personne? Quels exemples bibliques pouvez-vous trouver sur limportance de lcoute dans lvanglisation? Discutez les quatre caractristiques suivantes numres par Baker concernant les disciples, et leurs implications dans le tmoignage: (1) Les disciples parlaient aux gens de lamour de Dieu; (2) Les disciples dmontraient lamour de Dieu; (3) Les disciples faisaient confiance Christ; (4) Les disciples taient trs, trs humains. Rflexions sur les opportunits Lvanglisation Article de fond Il y a quelques histoires dans la Bible dans lesquelles tout tourne bien. Celle-ci en est une. Elle a trois personnages. Le premier est Philippe, un disciple de lEglise primitive qui avait un penchant pour les mes perdues. Un jour, Dieu lui ordonna daller sur la route qui va de Jrusalem Gaza. Ctait une route dserte. Il y alla. Lorsquil y arriva, il rencontra un grand personnage venu dEthiopie. Cela a d tre un peu intimidant pour Philippe. Cest comme si, roulant sur un scooter, vous suivez la voiture du ministre des finances. A un feu tricolore, vous remarquez quil est en train de lire la Bible, et vous proposez vos services. Cest ce que fit Philippe. Comprends-tu ce que tu lis? lui demande-t-il. Comment le pourrais-je, si quelquun ne me guide? rpondit lEthiopien. Et cest ce que fit Philippe. Il lui fit une tude biblique dans son char. Cette tude biblique fut si convaincante que lEthiopien fut baptis le jour mme. Puis ils se sparrent. Philippe alla dun ct, et lEthiopien de lautre. Lhistoire se termine bien. Philippe enseigne, lEthiopien obit, et lEvangile pntre en Afrique. Mais ce nest pas toute lhistoire. Souvenez-vous que jai dit quil y avait trois personnages. Le premier tait Philippe; le deuxime, lEthiopien. Avez-vous vu le troisime? Il y en a un. Relisez ces versets et remarquez bien ce qui y est dit. Un ange du Seigneur adressa la parole Philippe: Lve-toi et va du ct du midi. Il se leva et partit (Actes 8:26, 27). LEsprit dit Philippe: Avance et rejoins ce char. Philippe accourut (Actes 9:29, 30). Qui est le troisime personnage? Cest Dieu Lui-mme! Cest Lui Qui envoie Son ange. Cest le Saint-Esprit Qui donne des ordres Philippe. Cest Dieu Qui a orchestr tout cet vnement! Il a vu cet homme pieux venir dEthiopie pour Ladorer. Il a vu sa confusion. Il a dcid dy rpondre. A Jrusalem, Il a cherch un homme quIl pourrait envoyer. Il a trouv Philippe. Notre raction typique en lisant ces versets est de penser que Philippe tait un homme tout spcial. Il avait accs au Bureau ovale de la Maison blanche, dirions-nous aujourdhui. Il avait un passe-partout spcial du premier sicle, que Dieu naccorde plus aujourdhui. Mais ne jugez pas trop vite. Dans une ptre adresse des chrtiens comme nous, Paul crit: Marchez par lEsprit (Galates 5:16). Tous ceux qui sont conduits par lEsprit de Dieu sont fils de Dieu (Romains 8:14). Max Lucado, When God Whispers Your Name (Lorsque Dieu murmure votre nom) Moment de partage (en petits groupes) Que signifie laisser lEsprit de Dieu vous guider? A quoi ressemblerait votre vie si vous le faisiez vraiment et rgulirement? Quest-ce qui serait diffrent? Quest-ce qui empche que a arrive? DISCUTEZ: les chrtiens ont peut-tre peur de demander le Saint-Esprit ou de suivre Sa direction parce quils ont lu la Bible et savent comment lEsprit de Dieu peut mettre leur vie sens dessus dessous. Rflexions sur les opportunits Le service Citation Nous aspirons tous au ciel, l o est Dieu; mais il est en notre pouvoir dtre heureux avec Lui maintenant mme. Etre heureux avec Lui signifie aimer comme Il aime, aider comme Il aide, donner comme Il donne, servir comme Il sert, sauver comme Il sauve, tre avec Lui 24 heures par jour, Le reconnatre sous Ses dguisements tonnants. Mre Thrsa Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Collectes de nourriture. Les asiles de nuit et les soupes populaires pour les ncessiteux doivent trouver chaque jour une norme quantit de nourriture pour remplir leurs buffets et leurs rfrigrateurs. Cependant, il existe une manire trs simple daider ces organisations satisfaire leurs besoins en nourriture. Contactez deux ou trois organisations locales qui assurent la nourriture aux ncessiteux de votre ville. Demandez-leur quelles sortes de denres non prissables ils aimeraient avoir rgulirement en stock sur leurs rayons. Prenez un simple sac provisions en toile portant dun ct une phrase contenant le nom de votre communaut (par exemple, Sacs provisions contre la faim ______________), et, de lautre ct, le logo de plusieurs compagnies de la ville qui ont accept de se joindre cet effort (cest ainsi que vous couvrirez les frais dachat des sacs provision en toile). Puis imprimez une courte liste darticles que quelquun peut acheter en faisant rgulirement ses courses hebdomadaires. Mentionnez ces articles en double: deux botes de soupe, deux botes de lgumes, deux botes de fruits, etc. Essayez de mentionner des articles dune valeur comprise entre $5 et $15 ou leur quivalent en monnaie locale. Mettez cette liste dans les sacs. Allez voir plusieurs grandes surfaces dalimentation dans votre ville et demandez-leur si vous pouvez installer votre quipe devant leur magasin pendant les heures douverture. Posez sur la table un panneau qui attirera lattention des acheteurs. Demandez-leur de prendre avec eux un de ces sacs en entrant dans ce magasin, et de le remplir avec les articles mentionns lintrieur. Expliquez-leur que tout achat quils pourront y mettre sera utile, que ce soit un ou deux ou tous les articles mentionns sur la liste qui est dans le sac. Lorsque les acheteurs ressortent du magasin, ils peuvent simplement dposer le sac sur la table (souvenez-vous que ces sacs sont rutilisables). Offrez chaque acheteur, pour le remercier, un petit autocollant ou badge portant votre logo, et invitez-le venir vous voir chaque fois quil viendra faire ses couses dans ce magasin. Vous serez surpris de dcouvrir combien les gens aiment ajouter cet acte de gentillesse la routine rgulire de leurs courses. Arrangez-vous avec les asiles de nuit ou soupes populaires pour quils envoient leur personnel ramasser ces aliments la fin de chaque journe pendant laquelle ils ont t recueillis. Demandez aussi ces organisations de vous fournir une petite documentation pour votre table pour que les acheteurs locaux puissent connatre les diffrents asiles de nuit ou soupes populaires que vous fournissez. Tout le monde gagne dans cette situation. Les asiles de nuit et soupes populaires reoivent un bon approvisionnement en nourriture, les acheteurs se sentent bien chaque fois quils viennent ce magasin, et les magasins augmentent leurs ventes. Vous dcouvrirez mme que certains magasins accepteront de fournir une partie de cette nourriture prix rduit ou de complter partiellement ce que les donateurs ont apport. Rflexions sur lart de parler aux autres Les disciples Article de fond Au dix-neuvime sicle, un moniteur de lEcole du dimanche amena Christ un vendeur de chaussures de Boston. Vous navez jamais entendu parler de ce moniteur. Il sappelait Kimball. Mais vous avez entendu parler du vendeur de chaussures que celui-ci amena la conversion: il sappelait Dwight Moody. Moody devint vangliste et exera une grosse influence sur un jeune prdicateur appel Frederick B. Meyer. Meyer commena prcher sur les campus universitaires, et, en le faisant, amena la conversion J. Wilbur Chapman. Chapman simpliqua dans le travail de la YMCA (Association chrtienne de jeunes gens) et fit venir pour des runions de rveil Charlotte, Caroline du Nord, un ancien joueur de baseball appel Billy Sunday. Un groupe de dirigeants de la communaut de Charlotte fut si enthousiasm quils organisrent une autre campagne de rveil et firent venir Mordecai Hamm pour y prcher. Au cours de cette campagne de rveil, un jeune homme appel Billy Graham abandonna sa vie Christ. Le moniteur de lEcole du dimanche de Boston avait-il une ide de ce qui sortirait de sa conversation avec le vendeur de chaussures? Non! Mais il avait eu la possibilit daider Jsus pntrer dans un autre cur, et il lavait saisie. Max Lucado, And the Angels Were Silent (Et les anges restrent silencieux) Textes bibliques Lisez les passages suivants et discutez le rle jou par des individus pour amener dautres mes Christ: Jean 1:3537 Jean 1:4042 Jean 1:45, 46 Actes 8:2638 Lisez les passages suivants et discutez le rle que la communaut des croyants joue pour soutenir un individu dans sa dcision pour Christ, mme si elle ne joue pas de rle direct pour amener cette personne Christ: Mc 2:13-17 Act 9:1018 Act 9:2628 Daprs les passages suivants, quelle doit tre la raction naturelle lEvangile? Est-ce votre raction? Romains 1:16 est-il vrai pour votre vie? Jean 4: 2830 Marc 5:1820 Moment de partage (en petits groupes) Que les membres du groupe dessinent aussi bien que possible larbre gnalogique spirituel de leur famille. Discutez le rle jou par des individus dans votre acceptation de Christ. Qui, dans votre vie, pourrez-vous aider recevoir Jsus dans son cur? Rflexions sur lart de parler aux autres Les dirigeants Article de fond Rpondre avec douceur Mais sanctifiez dans vos curs Christ le Seigneur; soyez toujours prts vous dfendre contre quiconque vous demande raison de lesprance qui est en vous; mais faites-le avec douceur et crainte. 1 Pierre 3:15 Lorsquon vous dfie ou quon vous pose des questions sur votre foi, vous ne devez pas rpondre avec arrogance. Vous ne devez pas vous montrer provoquant ou brutal, comme si vous draciniez des arbres. Vous devez plutt rpondre avec crainte et humilit, comme si vous vous teniez devant Dieu et rpondiez Ses questions. Si vous tiez convoqus devant des rois et des princes et si vous vous tiez prpars soigneusement davance en rassemblant des textes bibliques, vous pourriez penser Je rpondrai correctement. Mais le dmon saisira lpe que vous tenez la main et vous poussera dans le dos. Vous aurez la disgrce de dcouvrir que vous avez mis votre armure en vain. Il peut mme vous enlever vos meilleurs versets, de sorte que vous ne pourrez pas les utiliser, bien que vous les ayez mmoriss. Dieu permet que de telles choses arrivent pour rabattre votre arrogance et vous rendre humbles. Si vous ne voulez pas que cela arrive, vous devez agir avec crainte et ne pas vous reposer sur vos propres forces. Reposez-vous plutt sur ce que Christ a promis: Quand on vous livrera [aux autorits], ne vous inquitez ni de la manire dont vous parlerez ni de ce que vous direz: ce que vous aurez dire vous sera donn lheure mme: car ce nest pas vous qui parlerez, cest lEsprit de votre Pre qui parlera en vous (Matthieu 10:19, 20). Lorsque vous devez donner une rponse, vous devez vous armer de lEcriture. Mais ne lassnez pas sur la tte des gens dans un esprit dorgueil. Sinon, Dieu arrachera ce verset de votre bouche et de votre mmoire, mme si vous vous tes arms davance de tous les versets possibles. La prudence est donc ncessaire dans ce cas. Mais, si vous vous tes prpars, vous pourrez rpondre des princes, des chefs, et mme au diable en personne. Assurez-vous seulement que vous ne prononcez pas des mots humains insignifiants, mais la Parole de Dieu. Martin Luther, By Faith Alone (Par la foi seule) Textes bibliques Lisez Matthieu 4 et discutez la rponse de Christ aux tentations de Satan dans le dsert. Si quelquun avait pu lassner sur la tte des gens, ctait bien Jsus. Il ne la pas fait. Moment de partage (en petits groupes) Discutez la notion de la Parole de Dieu appele pe double tranchant (Hbreux 4:12) la lumire du texte ci-dessus. Cela signifie-t-il que la Parole de Dieu est une arme que nous devons utiliser contre les gens? Expliquez-vous (cherchez les passages bibliques apparents Apocalypse 10:911). DISCUTEZ: LEvangile nest pas un dbat ou un argument gagner (cherchez les passages bibliques apparents Actes 10:8, 9). Quest-ce que les gens peroivent de Dieu lorsque Ses disciples sengagent dans des dbats/arguments sur Lui ou sur la vrit quIl a rvle? Ceci aide-t-il ou annule-t-il votre tmoignage (mme si vous gagnez)? Expliquez-vous. Comment viter de vous engager dans de tels dbats/arguments? Rflexion Faites des recherches sur la vie de Martin Luther. Si quelquun savait ce que signifiait devoir rpondre de sa foi devant les autorits, ctait bien Luther! Rflexions sur lart de parler aux autres Lvanglisation Histoire Hier soir, ma famille fit quelque chose de trs attentionn pour moi: elle organisa une soire en mon honneur, une soire danniversaire surprise. Vers le dbut de la semaine prcdente, javais dit mon pouse, Denalyn, de ne prvoir rien dautre quune gentille soire familiale dans un restaurant. Elle ne mcouta que pour le restaurant. Jignorais quune demi douzaine de familles allait se joindre nous. En fait, je tentai de la persuader de rester la maison. Programmons ce dner un autre soir, proposai-je. Andra avait t malade; Jenna avait des devoirs faire; et javais pass laprs-midi regarder des matchs de football. Je me sentais paresseux. Pas vraiment dispos me lever, faire ma toilette et sortir. Je pensais navoir aucun problme convaincre les filles de repousser ce dner. Quelle surprise! Pour elles, il nen tait mme pas question. A chacune de mes objections, elles prsentrent un front uni et une dfense unanime. Ma famille me fit clairement comprendre que nous sortirions ce soir-l pour dner. Non seulement nous y allions, mais il fallait aussi partir lheure. Je minclinai et me mis me prparer. Mais, leur grand chagrin, je me prparais trop lentement. Nous tions une tude de contrastes. Mon attitude tait: Pourquoi se presser? Celle de mes filles tait: Pressons-nous! Javais envie de rester, et elles de partir. Jaurais t heureux de rester la maison; elles taient impatientes de partir. Franchement, jtais intrigu par leur attitude. Elles taient inhabituellement rapides, curieusement enthousiastes. Pourquoi cette hte? Japprcie une soire en dehors de la maison autant que nimporte qui; mais Sara ricanait pendant tout le voyage vers le restaurant. Ce nest quen y arrivant que leur attitude prit son sens. En passant la porte, je compris leur enthousiasme. SURPRISE! Rien dtonnant quelles se comportent diffremment des autres jours. Elles savaient ce que je ne savais pas. Elles avaient vu ce que je navais pas vu. Elles avaient dj vu notre table, y avaient entass mes cadeaux et senti lodeur du gteau. Sachant que cette soire aurait lieu, elles avaient fait tout ce qui tait ncessaire pour veiller ce que je ne la manque pas. Jsus fait de mme pour nous. Il sait quil y aura UNE GRANDE FTE. Dans lun des plus beaux chapitres de la Bible, Luc 15, Il nous raconte trois histoires. Chacune delles nous parle de quelque chose qui est perdu et de quelque chose qui est retrouv: une brebis perdue, une pice de monnaie perdue, et un fils perdu. Et la fin de chacun delles, Jsus nous dcrit une grande fte, une clbration. Le berger organise une fte pour sa brebis perdue et retrouve; la femme organise une fte pour sa pice de monnaie perdue et retrouve; et le pre organise une fte en honneur de son fils perdu et retrouv. Trois paraboles, chacune avec une fte. Trois histoires, chacune voquant le mme bonheur. La leon est claire. Le plus grand bonheur de Jsus est lorsque les perdus sont retrouvs. Pour Lui, aucun moment nest comparable au moment du salut. Pour ma fille, les rjouissances ont commenc lorsque je me suis habill et que je suis mont dans la voiture, en route vers cette soire. La mme chose se passe dans le ciel. Quun seul enfant consente revtir la justice de Dieu et se mettre en route pour sa demeure cleste, et le ciel prpare le punch, dploie les banderoles et jette les confettis. Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pcheur qui se repent (verset 10). Mon invitation chacun de vous est simple: demandez Dieu de vous aider avoir sa perspective ternelle du monde. Chaque personne que vous rencontrez a reu une invitation ce dner cleste. Lorsque quelquun dit Clbrons a! et lorsque quelquun trane comme je lai fait ce soir-l, faites ce quont fait mes filles: secouez-le et exhortez-le se prparer. Cest presque le moment o la fte va commencer; et vous ne voudriez pas la manquer, nest-ce pas? Max Lucado, Just Like Jesus (Tout comme Jsus) Moment de partage (en petits groupes) Si nous avions la mme conception du ciel que les deux filles dans lhistoire ci-dessus avaient de la soire danniversaire de leur pre, en quoi notre tmoignage changerait-il? Quelles choses pratiques pouvez-vous faire dans la semaine qui vient pour garder cette perspective devant vos yeux et la rflchir dans votre tmoignage? Quel rle jouent dans votre tmoignage vos notions prconues de la manire dont les autres rpondront votre message? Comment faites-vous pour vous dcourager vous-mmes de parler aux autres de la Bonne Nouvelle? Quelles sont quelques-unes des choses que vous pouvez faire pour faire tomber ces barrires? Rflexions sur lart de parler aux autres Le service Citations Lorsque les gens dissent quils nont pas besoin de Dieu, ils veulent gnralement dire quils se trouvent trs heureux sans Dieu. Ce quils ne russissent pas comprendre est que notre plus grand besoin nest pas le bonheur, mais le pardon. Nous avons tous besoin de pardon. Sans pardon, de graves ennuis nous attendent. Car Dieu nest pas seulement notre Pre qui nous aime; cest aussi un juste Juge. - Nicky Gumbel, Why Jesus? (Pourquoi Jsus?) Christ na pas dautres mains que les ntres Pour faire son travail aujourdhui; Christ na pas dautres pieds que les ntres Pour conduire les hommes dans Son sentier; Christ na pas dautre langue que la ntre Pour dire aux hommes comment Il est mort; Christ na pas dautre aide que la ntre Pour les amener Ses cts. Anon Christ na pas dautre corps que le vtre, Ni mains, ni pieds, sur cette terre, que les vtres. Vos yeux sont ceux par lesquels Il regarde ce monde avec compassion. Vos pieds sont ceux avec lesquels Il marche pour faire du bien. Vos mains sont celles avec lesquelles Il bnit le monde entier. Vous tes Ses mains, vous tes Ses pieds, Vous tes Ses yeux, vous tes Son corps. Christ na pas maintenant dautre corps sur la terre que le vtre. Attribu Sainte Thrse de Lisieux Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Allez annoncer la Bonne Nouvelle. [Chaque anne, des milliers de membres de nos glises locales participent de courts voyages internationaux et interculturels. Jsus a envoy Ses disciples en voyages missionnaires court terme (voir Luc 10). Si cela a march pour le Matre, a peut marcher aussi pour vous!] Un gros avantage des voyages ltranger pour servir les gens dune manire ou dune autre est leur puissance de transformation de la vie des participants. De nombreux pasteurs et dirigeants dglise sont trs engags dans ces excursions interculturelles pour leurs membres dglise pour la simple raison que celles-ci allument un feu dans le cur de leurs membres dglise. Un pasteur de nos amis nous dit que cest la cl par excellence de son programme de formation des disciples et que ce serait le dernier poste supprimer dans le budget dglise. Faire des voyages dvanglisation court terme peut offrir dexcellentes occasions pour affiner son engagement, acqurir du courage et exprimenter la fidlit de Dieu dans sa vie. Bien que nous devions prendre garde de tomber dans le pige de penser que nous ne pouvons faire dvanglisation que dans un pays tranger, ces sortes de voyages internationaux peuvent avoir une grande efficacit. Nous entendons rgulirement des histoires de personnes qui sont revenues de ces voyages avec une nergie nouvelle. Elles reviennent revitalises et enthousiastes. Voici quelques organismes avec lesquels vous pourriez vous associer pour lancer une action dvanglisation: Youth With A Mission (YWAM):  HYPERLINK "http://www.ywam.org" www.ywam.org Youth for Christ:  HYPERLINK "http://www.yfc.net" www.yfc.net Vacation With a Purpose:  HYPERLINK "http://www.hppc.org/pages/outreach_vwap" http://www.hppc.org/pages/outreach_vwap (un programme de ce genre figure sur le site Web de lEglise presbytrienne de Highland Park) Bridge Builders:  HYPERLINK "http://www.bridgebuilders.org" www.bridgebuilders.org Discover the World:  HYPERLINK "http://www.discovertheworld.org" www.discovertheworld.org NieuCommunities:  HYPERLINK "http://www.nieucommunities.org" www.nieucommunities.org Rflexions sur le sel Les disciples Article de fond Rencontrer un Dieu passionn nous confronte un dfi encore plus grand. Il appelle lEglise vivre Sa passion dans le monde qui entoure celle-ci, en refltant le modle de Son amour et de Sa justice non seulement dans nos relations rciproques de chrtiens, mais aussi par notre engagement envers ceux qui sont dans le besoin. Il nous appelle partager Ses priorits en nous tournant vers un monde traumatis, en traitant les moins aimables des tres humains avec dignit et dune manire positive. Il nous invite quitter la scurit confortable de ce qui nous est familier. Il nous appelle nous risquer partager Son zle pour lamour et la justice, travailler les raliser dans la socit et nous investir dans ldification du sens de la communaut parmi les personnes qui se sentent trs seules. Confronts tout ceci, il est comprhensible que nous puissions tre tents de nous retirer dans la recherche exclusive de notre vie personnelle. Cest peut-tre un peu intimidant, ou bien notre sphre individuelle dinfluence nous parat trop limite. Cependant, il vaut la peine de se souvenir quun seul flocon de neige fond sur notre joue, alors quune tempte de neige peut arrter la circulation! En dautres termes, ensemble les uns avec les autres et avec Dieu, nous pouvons faire une diffrence. Le dfi et lmerveillement de rencontrer un Dieu passionn est que nous ne pourrons plus jamais tre les mmes. Fran Beckett Textes bibliques Lisez ces passages du Nouveau Testament sur le sel et les croyants. Discutez leur signification et celle du sel. Matthieu 5:13 Marc 9:50, 51 Luc 14:34, 35 Colossiens 4:26 Utilisez une concordance ou une Bible topique pour trouver dautres passages sur le sel. Vous trouverez des passages sur lalliance du sel, lemploi du sel dans les offrandes, le sel utilis pour gurir, et le sel utilis comme moyen de destruction. Que nous apprend cette comprhension plus pousse sur la dclaration de Jsus Ayez du sel en vous-mmes (Marc 9:51)? Moment de partage (en petits groupes) Identifiez votre zone de scurit頻. Que devez-vous faire pour sortir de cette zone de scurit? Quest-ce que partager Son zle pour lamour et la justice et travailler les raliser dans la socit頻? Comment faites-vous pour difier le sens de la communaut parmi les personnes qui se sentent trs seules? Veillez citer des actions concrtes et pratiques. Que trouvez-vous intimidant? Quest-ce qui nous tente de nous retirer dans la recherche exclusive de notre vie personnelle? Discutez des manires pratiques de faire face ce problme. Discutez lanalogie du flocon de neige et son parallle avec la notion biblique du sel. Comment ces ides dfinissent-elles un rle collectif pour le corps des croyants au-del du rle individuel? Discutez lide dquilibre dans chacune de ces analogies: le danger den faire trop ou pas assez, et lavantage de faire juste ce quil faut. Identifiez quelques actions collectives pratiques que votre groupe pourrait entreprendre en partageant Son zle pour lamour et la justice et [en] travaillant les raliser dans votre communaut. Rflexions sur le sel Les dirigeants Article de fond Remarquez-le bien: la plus grande cration de Dieu nest pas les toiles suspendues dans le ciel ni les canyons encaisss; cest Son plan ternel pour atteindre Ses enfants. Derrire cette recherche quIl fait de nous, on peroit la mme lumire que derrire lalternance des saisons et la marche des plantes. Le ciel et la terre ne connaissent pas de plus grande passion que la passion personnelle de Dieu Qui vous cherche et Qui attend que vous reveniez Lui. Par le moyen de saintes surprises, Il nous a clairement rvl Sa fidlit. No le vit lorsque les nuages souvrirent et que larc-en-ciel apparut. Abraham le sentit lorsquil posa la main sur le ventre de Sara vieillissante. Jacob le dcouvrit au travers de ses checs. Joseph lexprimenta dans sa prison. Le Pharaon lentendit par lintermdiaire de Mose: Laisse partir mon peuple (Exode 5:1). Mais le Pharaon refusa. Le rsultat fut que Dieu lui donna un sige de premier rang dans larne de la dvotion Dieu. Leau se changea en sang. Le jour se changea en nuit. Les sauterelles arrivrent. Des enfants moururent. La Mer Rouge souvrit. Larme gyptienne sy noya. Ecoutez ces mots rarement lus, mais passionns de Mose sadressant aux Isralites: Rien de tel nest jamais arriv auparavant! Regardez le pass, longtemps avant votre naissance. Remontez lpoque o Dieu cra lhomme sur la terre, et regardez dune extrmit du ciel jusqu lautre. On na jamais rien entendu de pareil! Aucun autre peuple na jamais entendu Dieu parler du milieu du feu tout en restant en vie. Mais vous, vous lavez fait. Aucun autre Dieu ne Sest jamais choisi une nation parmi les autres nations. Mais le Seigneur, votre Dieu, la fait pour vous en Egypte, devant vos propres yeux. Il la fait par des preuves, par des signes, par des miracles, par la guerre et par de grands signes, par Sa puissance et Sa force [daprs Exode 15]. Le message de Mose? Dieu changera le monde pour atteindre le monde. Dieu est infatigable, inflexible. Il refuse dabandonner. Max Lucado, And the Angels Were Silent (Et les anges restrent silencieux) Textes bibliques Lisez le Psaume 136. Discutez la juxtaposition des nombreux actes divins et du refrain qui revient sans cesse, Car sa bienveillance dure toujours! Moment de partage (en petits groupes) Trouvez ensemble les nombreux exemples bibliques dans lesquels Dieu a chang le monde pour atteindre le monde. Pouvez-vous penser des exemples postrieurs lpoque biblique? Si cest ce que Dieu est dispos faire pour atteindre le monde, quel est notre rle? Quelles implications ceci a-t-il sur votre tmoignage? Discutez votre raction aux expressions suivantes: les toiles suspendues dans le ciel les canyons encaisss Son plan ternel pour atteindre Ses enfants Comment votre raction aux uvres les plus tangibles de Dieu peut-elle influencer votre raction Son plan plus intangible du salut? Jai un ami qui est un agnostique convaincu et qui est trs sceptique de la notion de Dieu, mais qui me dit que, lorsquil contemple ltendue de locan et lhorizon dans le lointain, cest la seule fois o lui vient lide que Dieu puisse exister. Pour lui, rien dautre na cet effet sur lui; ni la montagne, ni les toiles; mais lorsquil contemple locan, il nest pas sr comment tout cela pourrait exister sans Dieu. Comment prenez-vous les ractions des individus de telles preuves tangibles de la cration par Dieu et les incorporez-vous dans votre tmoignage? Rflexions sur le sel Lvanglisation Article de fond Matthieu ne nous dit pas pourquoi les gens refusrent de laisser les aveugles sapprocher de Jsus; mais il est facile de se limaginer. Ils voulaient Le protger. Il tait en mission, une mission critique. Lavenir dIsral tait en jeu. Ctait un homme important, charg dune tche essentielle. Il navait pas de temps pour des indigents assis sur le ct de la route! De plus, regardez-les donc! Sales, bruyants, drangeants, embarrassants. Ne savent-ils donc pas se conduire? Nont-ils aucune dignit? Il faut faire les choses dans lordre. Dabord, en parler Nathanal, qui en parlera Jean, qui en parlera Pierre, qui dcidera alors si a vaut la peine de dranger le Matre ou pas. Mais, malgr leur sincrit, les disciples avaient tort. Au fait, cest aussi comme a que nous sommes lorsque nous pensons que Dieu est trop occup pour les petites gens ou trop formel pour accepter un protocole dficient. Lorsque ceux qui sont les plus proches de Christ refusent quelquun laccs Lui, le rsultat est une religion vide et creuse. Une religion trs laide. Un parallle frappant de cette situation sest pass dans un hpital de San Antonio, au Texas. Paul Loetz avait fait une mauvaise chute qui lui avait perfor un poumon, fractur des ctes et caus des lsions internes. Allong dans une salle des urgences, peine conscient, il pensait probablement que les choses ne pourraient pas tre pires. Et cest pourtant ce qui arriva. En levant les yeux depuis son lit dhpital, il vit les deux mdecins responsables de son cas argumenter pour savoir lequel des deux poserait un tube dans sa poitrine dfonce. La dispute saggrava, au point que lun des deux mdecins menaa lautre de le faire arrter par le service de scurit. Sil-vous-plat, sauvez-moi la vie! implora Loetz pendant que les deux mdecins se disputaient. Les deux mdecins argumentaient pour une question de procdure. Pendant quil se disputaient, deux autres mdecins prirent le patient en charge et lui sauvrent la vie. Cest difficile croire, nest-ce-pas? Ignorer des besoins urgents pendant quon se dispute pour des questions dopinions! Et cependant, a arrive, mme dans lEglise. Cette semaine, jai reu la visite dun homme qui coute mes missions radiophoniques. Il a grandi dans un foyer non chrtien; mais il travaille avec deux chrtiens appartenant deux dnominations diffrentes. Jai trouv trange quil vienne me voir alors quil a des collgues chrtiens. Mais il ma dit: Lun dit ceci, et lautre dit cela. Tout ce que je veux, cest trouver Jsus. a arrive encore aujourdhui! a arrive lorsquune glise passe plus de temps discuter le style de ses btiments que les besoins de ceux qui ont faim. a arrive lorsque les esprits les plus brillants de lEglise sengagent dans des controverses striles plutt qu tudier les vrits majestueuses de la Parole de Dieu. a arrive lorsquune Eglise est plus connue pour sa position sur un certain problme que pour sa confiance en Dieu. Max Lucado, And the Angels Were Silent (Et les anges restrent silencieux) Textes bibliques Lisez les passages suivants et discutez en quoi Dieu sloigne du protocole. A quels autres exemples bibliques pouvez-vous penser? En quoi la vie et mme le salut serait-elle diffrente si Dieu sen tenait au protocole? Expliquez-vous. Jean 3:121 Jean 4:126 Jean 12:18 1 Samuel 16:113 2 Samuel 6:1416, 2023 Moment de partage (en petits groupes) Discutez quelles barrires nous rigeons qui pourraient empcher les gens de sapprocher de Dieu. Que pouvons-nous faire pour renverser ces barrires? Quelles sont les raisons qui se cachent derrire ces barrires? Si elles contiennent un petit grain de sagesse, comment conserver ce petit grain tout en liminant ce qui est erron? EXEMPLE: Dieu est un Dieu dordre. Bien que je ne sois pas sr que quiconque conteste cette vrit, elle est souvent utilise pour prescrire une certaine forme de culte respectueux. Cette ide est emprunte 1 Corinthiens 14:33, mais la partie affirmative de ce verset est que Dieu est un Dieu de paix, ce qui na rien voir avec la manire dont ce verset est souvent cit tort. Si nous regardons limage du culte dans le ciel qui nous est donne dans lApocalypse, ceci semble certainement tre de la confusion ou du dsordre dans de nombreux esprits; de sorte que la question devient: quelle dfinition de lordre utilisons-nous, et est-ce ce que la Bible nous dit dans ce verset ou dans sa rvlation plus complte? Comment, alors, garderons-nous la notion biblique et nous dbarrasserons-nous du protocole humain que nous avons difi tout autour? De quelles manires argumentons-nous sur des questions de procdure? Combien cest plus srieux lorsque la vie ternelle est en jeu que simplement cette illustration temporelle donne ci-dessus (et qui nous parat assurment assez srieuse)! Votre glise locale est-elle plus connue pour sa position sur un certain problme que pour sa confiance en Dieu? Et que dire de lEglise adventiste du septime jour en tant que dnomination? Expliquez-vous. Quelles dmarches pratiques pouvez-vous faire pour vous reposer davantage sur Dieu et/ou vivre cette confiance dune manire que le monde peroive comme plus importante que la position de lEglise sur des problmes/doctrines particuliers? Rflexion Si quelquun veut seulement trouver Jsus, se sentira-t-il laise en venant vous trouver? Pourquoi/pourquoi pas? Identifiez tout ce qui pourrait constituer une barrire et dbarrassez-vous-en! Rflexions sur le sel Le service Citation Tant que des femmes pleureront comme elles pleurent aujourdhui, je combattrai; Tant que des petits enfants auront faim comme ils ont faim aujourdhui, je combattrai; Tant que des hommes iront en prison et en sortiront pour y retourner, je combattrai; Tant quil restera une me dans les tnbres, prive de la lumire divine, Je combattrai. Je combattrai jusqu la fin! Gnral William Booth, fondateur de lArme du Salut, dans son dernier discours Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Ecrivez des lettres. De nombreux dlinquants sont expdis dans des prisons loignes de leur famille et nont aucun contact avec leurs amis pendant toute la dure de leur peine. Avec lcoulement du temps, beaucoup de leurs amis les abandonnent, les laissant avec un sentiment de vide et de solitude. Peut-tre pourriez-vous intervenir pour combler ce vide. Comme pour les autres projets impliquant des prisonniers, vous devez approcher la perspective dcrire des lettres aux prisonniers avec sagesse et prudence. Une excellente organisation avec laquelle vous-mmes et votre glise pourriez collaborer dans cet effort est le Ministres des compagnons de plume, dirig par les Ministres des prisons, ou autres organismes quivalents. Le ministre des compagnons de plume offre un moyen sr et responsable pour correspondre avec les prisonniers qui se trouvent isols de leur famille et de leurs amis. Les Ministres des prisons publie un petit guide dinformation intitul Visitez la prison dans une enveloppe, qui dcrit qui doit ou ne doit pas participer ce programme et que faire lorsque surgissent des problmes tels que des tentatives de chantage, des propositions romantiques, et autres manipulations. Si vous ou vos amis choisissez de correspondre avec un prisonnier, assurez-vous que vous pouvez prendre un engagement minimum; disons, une lettre par mois. Runissez-vous avec vos amis et parlez de ce que vous esprez faire, puis demandez chacun dentre eux dcrire tout de suite sa premire lettre. En recevant les rponses des prisonniers, priez ensemble en petit groupe pour ces personnes qui doivent vivre loin de leur famille et dans des conditions qui sont moins que valorisantes. Encouragez les personnes de votre groupe offrir aux prisonniers du matriel dtudes bibliques. Ceux dentre eux qui ont dj une relation avec le Seigneur apprcieront votre sensibilit les aider crotre spirituellement. Dautres qui nont peut-tre jamais fait un pas vers Christ trouveront peut-tre dans la terrible vie de la prison une suggestion se tourner vers Dieu. Un mot davertissement: votre intention doit tre daimer ces prisonniers et de devenir leur ami(e), et pas ncessairement de gagner leur me (bien que cela soit magnifique si cela a lieu). Les prisonniers se retireront vraisemblablement en eux-mmes sils peroivent vos lettres comme seulement une mthode dvanglisation. Rflexions sur les amis Les disciples Histoire Il y a quelques annes, je participais une campagne dvanglisation Hawaii (eh oui, il faut bien que quelquun aille dans ces lieux loigns!) Mon travail consistait aller de porte en porte pour inviter les gens nos runions du soir. La plupart des gens taient gentils, mais pas trop intresss. Bien que personne ne se soit montr impoli, personne ne nous invita entrer. Puis nous arrivmes chez une charmante dame, qui nest pas mentionne dans la Bible simplement parce quelle est ne 2000 ans trop tard. Je ne connais pas son nom, mais je me souviens de sa prsence et de ses cadeaux. Ctait un tout petit bout de femme. Ses paules taient courbes par les annes. De condition modeste, elle travaillait comme femme de mnage dans lun des nombreux htels parsems sur le littoral. Lorsquelle apprit que nous tions occups partager Christ, elle insista pour que nous entrions chez elle pour voir comment elle sy prenait pour tenter dinfluencer ses collgues de travail. Nous pntrmes dans une pice larrire de la maison. Elle contenait une grande table couverte de matriel de dcoupage: colle, peinture, cadres de bois. Mais la plus grande partie de lespace tait occupe par des morceaux de bois dcoups pour avoir lapparence dun livre de bois ouvert. Elle nous expliqua quelle ne savait pas lire; il lui aurait donc t difficile denseigner. Elle nous expliqua aussi quelle avait des moyens limits, de sorte quil ne lui serait pas possible de donner de largent. Mais elle avait appris cette technique quelque part et lutilisait maintenant pour prsenter sa foi ses amis. Son plan tait simple: elle prenait un livre de bois, et, sur un des cts, collait une photo Polarod de son ami(e). De lautre ct, elle collait un verset biblique. Son raisonnement? Les gens aiment voir une photo deux-mmes. La plupart de ses amis taient des gens simples qui avaient peu de dcorations sur les murs de leur maison. Ctait un moyen de les amener accrocher un verset biblique sur leur mur, l o ils le verraient chaque jour. Quelque chose en sortirait-il? On ne sait jamais. Mais Dieu le sait. Dieu utilise de minuscules semences pour moissonner de grandes rcoltes. Il voyage dos dne, et non sur un destrier ni sur un char, seulement sur un simple ne. Si javais pos mes questions cette dame dHawaii, elle aurait rpondu: Dieu a toujours besoin de nous. Nous sommes Sa bouche. Nous sommes Ses mains. Je peux encore voir sa rougeur, tout honore que ses cadeaux soient choisis par le Roi. Max Lucado, And the Angels Were Silent (Et les anges restrent silencieux) Moment de partage (en petits groupes) Discutez lhonneur dtre choisi par un Roi pour prsenter Son message, pour tre Sa bouche, Ses mains. En quoi cette ide influence-t-elle votre tmoignage? Quels dons avez-vous reus? Comment les utilisez-vous pour partager Christ? Cherchez ensemble de nouvelles manires dutiliser vos dons en aidant les autres trouver Christ. Cherchez ensemble des manires cratives datteindre vos ami(e)s. Rflexions sur les amis Les dirigeants Article de fond Pourquoi Jsus, lors de son premier voyage, a-t-il emmen Ses disciples une fte? Navaient-ils pas de travail faire? Navait-Il pas de principes enseigner? Son temps ntait-il pas limit? Comment un mariage pouvait-il entrer dans Son programme sur la terre? Pourquoi Jsus alla-t-il ce mariage? La rponse? Nous la trouvons dans Jean 2:2: Jsus fut aussi invit aux noces, ainsi que ses disciples. Lorsque les futurs poux composrent ensemble la liste de leurs invits, ils y inclurent le nom de Jsus. Et lorsque Jsus arriva avec une demi-douzaine damis, linvitation ne fut pas annule. Qui que ce soit qui ait organis cette fte, ils furent heureux davoir la prsence de Jsus. Assurez-vous que le nom de Jsus est sur la liste, dirent-ils peut-tre. Sa prsence illumine les ftes. Jsus na pas t invit parce quIl tait une clbrit. Il ne ltait pas encore. Linvitation ntait pas motive par Ses miracles. Il nen avait pas encore faits. Pourquoi donc a-t-Il t invit? Je suppose que cest parce quIl tait aim. Grosse affaire? Je le pense aussi. Je pense quil est significatif que des gens ordinaires dans une petite ville aient eu plaisir tre avec Jsus. Je pense quil vaut la peine de remarquer que le Tout-Puissant ne Sest pas comport comme un grand personnage. Celui Qui est saint ne Sest pas considr comme plus saint que les autres. Celui Qui connat toutes choses na pas jou Je sais tout. Celui Qui a cr les toiles ne Sest pas cach la tte dedans. Celui Qui est propritaire de toutes choses ne Sest pas pavan. Jamais. Il aurait pu le faire. Oh, oui, comme Il aurait pu le faire! Il aurait pu citer le nom des personnes quIl connaissait: Vous ai-Je parl de la fois o Mose et Moi sommes monts sur la montagne? Il aurait pu Se vanter: H! Voulez-vous que Je vous prcipite dans le vingtime sicle? Il aurait pu tre un Je sais tout: Je sais ce que vous pensez. Voulez-vous que Je vous le prouve? Il aurait pu Se montrer snob: Je possde des terrains sur Jupiter ... Jsus aurait pu tre tout cela; mais Il ne la pas t. Son objectif ntait pas de Se montrer, mais dtre la hauteur. Il Sest donn beaucoup de mal pour tre aussi humain que lhomme de la rue. Il navait pas besoin dtudier, mais Il allait pourtant la synagogue. Il navait pas besoin de gagner sa vie, mais Il travaillait pourtant dans latelier de charpentier. Il avait connu la communion avec les anges et entendu jouer les harpes clestes, mais Il allait pourtant aux ftes donnes par les pagers. Sur Ses paules reposait le dfi de racheter la cration, mais Il prenait pourtant le temps de couvrir les 140 kilomtres qui sparaient Jricho de Cana pour assister un mariage. Le rsultat est que les gens Laimaient. Oui, bien sr, certains rejetaient Ses affirmations. On Le traitait de blasphmateur; mais personne ne Le traita jamais de vantard. On Laccusa dhrsie, mais jamais darrogance. On Le traita de radical, mais jamais dinapprochable. Rien ne permet de penser quIl ait jamais utilis son statut cleste pour des avantages personnels. Rien. On na pas limpression que Ses voisins se soient fatigus de Son arrogance et Lui aient demand: Qui Ta fait croire que tu tais Dieu? Sa foi Le rendait aimable, et non dtestable. Puisse notre foi en faire autant pour nous! O avons-nous trouv lide quun bon chrtien est un chrtien solennel? Qui a lanc la rumeur que le signe auquel on reconnat un disciple de Jsus est une longue figure? Comment avons-nous cr cette ide que ceux qui sont vraiment dous ont aussi le cur lourd? Puis-je exprimer une opinion qui vous tonnera peut-tre? Puis-je vous dire pour quelle raison, daprs moi, Jsus a t ce mariage? Je pense que Jsus a t ce mariage attendez un instant et coutez ce que jai vous dire avant de me traiter dhrtique je pense que Jsus a t ce mariage pour Samuser. Rflchissez. Jsus venait de passer des moments difficiles. Quarante jours dans le dsert. Ni nourriture, ni eau. Une rencontre avec le dmon. Une semaine passe former des Galilens stupides. Un changement demploi. Il avait d quitter Son foyer. Cela navait pas t facile. Une pause serait la bienvenue. Un bon repas, du bon vin et quelques bons amis. a semblait bon! Et les voil partis. Son intention ntait pas de changer leau en vin. Cest une faveur quIl fit Ses amis. Son intention ntait pas montrer Sa puissance. Lorganisateur du repas ne savait mme pas ce que Jsus avait fait. Son intention ntait pas de prcher. Le rcit ne mentionne aucun sermon de Lui cette occasion. Ceci ne laisse quune seule vritable raison: Il tait venu pour Samuser. Jsus a t ce mariage parce quIl aimait les gens, parce quIl aimait la nourriture, et (que Dieu me pardonne) parce quIl voulait peut-tre faire danser la marie une fois ou deux sur la piste de danse (aprs tout, Il a prvu dorganiser Lui-mme un grand mariage. Peut-tre voulait-Il se faire la main?) Pardonnez-moi, cher diacre Poussire et chre Sur Tristecur, je regrette de devoir gayer votre chant funbre, mais je dois dire que Jsus tait Quelquun daimable. Et cest ce que doivent aussi tre Ses disciples. Je ne parle pas ici de dbauche, divrognerie et dadultre. Je ne suis pas en train dapprouver les compromise, la vulgarit ou lobscnit. Je suis simplement en train de promouvoir la libert dapprcier une bonne plaisanterie, de mettre de lambiance dans une fte un peu morne, et dapprcier une soire damusement. Peut-tre ces penses vous surprennent-elles. Elles me surprennent aussi. a fait un bout de temps que jai catalogu Jsus comme Quelquun Qui aimait les ftes. Mais cest ce quIl tait. Ses ennemis laccusaient de trop manger, de trop boire et dtre avec les personnes quil ne fallait pas! (voir Matthieu 11:19). Je dois avouer que a fait un bout de temps depuis quon ma accus de trop mamuser! Et vous? Autrefois, nous savions nous amuser. Que nous est-il arriv? Quest-il arriv la saine joie et au grand rire? Sont-ce nos cravates qui nous touffent? Nos diplmes qui nous rendent trop dignes? Ou les bancs de lglise qui nous rendent tout raides? Max Lucado, When God Whispers Your Name (Lorsque Dieu murmure votre nom) Textes bibliques Trouvez dans la Bible diffrentes mentions de ftes (ftes, banquets, clbrations spciales). Discutez ce qui diffrencie celles auxquelles Jsus a particip et celles quIl naurait pas approuves. Quest-ce qui fait la diffrence? Discutez le fait quIl a t critiqu, sans raison, pour celles auxquelles Il avait particip pendant quIl tait sur la terre. Discutez le fait que vous ntes pas Dieu, et, par consquent et cest raliste probablement pas aussi fort moralement quIl ltait sous sa forme humaine. De quoi devez-vous tenir compte en dcidant si, oui ou non, vous devez assister une fte donne? Les avantages lemportent-ils sur les risques potentiels? Contrastez les accusations portes contre Jean-Baptiste et Jsus dans Luc 7:33, 34. Quel exemple devons-nous tirer de ces deux approches diffrentes, qui sont toutes deux de Dieu? Quelle leon pouvons-nous apprendre de ceux qui critiquent les deux attitudes? Ceci nous laisse-t-il la libert de faire tout ce que nous voulons, en ignorant simplement les critiques quon porte contre nous? Expliquez-vous. Lisez les passages suivants, qui instruisent les croyants navoir rien faire avec certaines personnes. A la lumire du contexte et de lexemple que nous trouvons en Jsus, sommes-nous exhorts ne rien avoir faire avec les non-croyants ou avec ceux qui se prtendent croyants mais qui nagissent pas en conformit avec ce quils prtendent? Expliquez-vous. 2 Timothe 3:15 Tite 3:10 Moment de partage (en petits groupes) Pensez votre meilleur(e) ami(e) idal(e), puis discutez en groupe les points suivants, en compilant les caractristiques dun(e) meilleur(e) ami(e) idal(e) composite: Dcrivez le/la meilleur(e) ami(e) idal(e): quoi ressemble-t-il/elle? que fait-il/elle pour samuser? Comment vous traite-t-il/elle? Avec quelle frquence passez-vous du temps ensemble? etc. Parlez des fois o quelquun sest montr un(e) vritable ami(e) pour vous, et ce qui a fait de lui/delle un(e) vritable ami(e). Cherchez en commun des dfinitions de lamiti. Lisez Jean 15:1214. A la lumire de ce que vous avez discut en groupe et de lenseignement biblique sur lamiti, comment pouvez-vous tre un(e) meilleur(e) ami(e)? (Assurez-vous didentifier quelques manires pratiques de ltre dans la semaine qui vient). Quelles implications ceci a-t-il pour votre tmoignage? Rflexion Organisez une fte lglise ou en dehors de lglise et invitez-y vos ami(e)s. Dans la planification de cette fte, assurez-vous quelle restera une fte qui ne compromet pas votre tmoignage, tout en la rendant attrayante pour vos ami(e)s qui ne viennent pas lglise. Rflexions sur les amis Lvanglisation Article de fond Dieu est parfois si touch par ce quIl voit quIl nous donne ce dont nous avons besoin et pas seulement ce que nous Lui demandons. Cest une bonne chose. Car qui aurait pens demander Dieu ce quIl nous donne? Qui de nous aurait os dire: Dieu, veux-tu tre accroch un instrument de torture comme substitut pour toutes les fautes que jai commises? Puis aurait laudace dajouter: Et aprs mavoir pardonn, peux-Tu me prparer une place dans Ta maison pour que jy habite ternellement? Et, si ce ntait pas encore assez: Et veux-Tu vivre dans mon cur et me protger et me guider et me bnir plus que je ne le mriterai jamais? Honntement, aurions-nous le toupet de demander cela? Non, comme les amis du paralytique [dans Marc 2], nous naurions demand que des petites choses. Nous demandons des petites choses comme une longue vie, un corps sain et un bon emploi. De grandes demandes vues selon notre perspective; mais, selon la perspective de Dieu, cest comme se contenter dun scooter alors que Dieu nous offre une limousine. Cest pourquoi, sachant que le paralytique nen savait pas assez pour demander ce dont il avait besoin, Jsus le lui a donn tout de mme: Mon enfant, tes pchs te sont pardonns (verset 5). Les Pharisiens se mirent murmurer. Ce nest pas kascher! Mme un Juif novice sait a! Qui peut pardonner les pchs si ce nest Dieu seul? (verset 7). Leurs murmures produisirent lune des plus grandes questions de Christ: Quest-ce qui est le plus facile, de dire au paralytique: Tes pchs sont pardonns, ou de dire: Lve-toi, prends ton lit et marche? (verset 9). Rpondez donc cette question: Quest-ce qui est plus facile pour Jsus: de pardonner une me ou de gurir un corps? Quest-ce qui a caus Jsus le moins de souffrance: rendre cet homme sa sant, ou lui fournir le ciel? Gurir le corps de cet homme na exig de Jsus quun simple ordre; lui pardonner ses pchs a exig de Lui Son sang. La premire chose sest faite dans la maison de Ses amis; la seconde, sur une colline, ct de voleurs. Lune na exig de Lui quune parole; lautre a exig Son corps. Lune na pris quun moment; lautre a pris Sa vie. Alors, laquelle des deux tait la plus facile? Son amour pour les hommes tait si fort quIl a dpass leur appel et a march tout droit la croix. Jsus connaissait dj le prix de la grce. Il connaissait dj le prix du pardon. Mais il les a offerts tout de mme. Lamour Lui a bris le cur. Au fait, Il na pas chang. Ce qui est arriv ce jour-l arrive encore aujourdhui. Lorsque nous faisons un pas par la foi, Dieu le voit. Le mme visage qui sest pench sur le paralytique se penche encore aujourdhui sur lalcoolique qui refuse la bouteille. Les mmes yeux qui ont dans en regardant Ses amis dansent aussi en regardant le pre et la mre qui font tout ce quils peuvent pour amener leur enfant Jsus. Et les mmes lvres qui ont parl lhomme de Capernaum parlent lhomme de Dtroit, la femme de Belfast, lenfant de Moscou, toute personne, nimporte o, qui ose venir en prsence de Dieu et Lui demander Son aide. Et bien que nous ne puissions pas lentendre ici, les anges peuvent lentendre l-haut. Le ciel tout entier doit faire une pause lorsquun autre jaillissement damour prononce les seuls mots qui comptent vraiment: Tes pchs te sont pardonns. Max Lucado, He Still Moves Stones (Il dplace encore des pierres) Textes bibliques Revoyez lhistoire des amis dans Marc 2:112. Discutez le rle de la foi et des actes des amis dans le salut de cet homme. Pourquoi voudriez-vous amener vos amis Christ? Quest-ce qui vous ferait dcouvrir un toit pour amener vos amis Christ? Quest-ce qui vous empche? Rflexion Que se passera-t-il si vous ne parlez pas vos amis? Choisir de ne pas parler de Christ aux gens a rellement des implications ternelles. Cest un fait trange, mais vrai, que notre manque defforts pourrait affecter lternit de nos amis. Avez-vous besoin dune explication du problme auquel les perdus devront faire face? Le livre de la Gense nous montre que lhumanit hommes et femmes a t cre limage de Dieu. Dans un certain sens, nous ressemblons Dieu, agissons comme Dieu, pensons comme Dieu et sommes motionnellement construits comme Dieu. Notre objectif est dtre en communion avec Dieu. Dieu na pas de manire toute faite pour partager Jsus avec vos amis. Il veut que vous utilisiez vos forces particulires pour parler aux autres de votre relation avec Lui. Il veut seulement que vous le fassiez. Sans Lui, vos amis non sauvs devront faire face une ternit, spars de Dieu. Avec Lui, vos amis ont la possibilit de vivre ternellement dans une relation tonnante avec leur Crateur. Dieu attend de vous que vous soyez un ami honnte et consquent pour que vos amis puissent voir la ralit du Sauveur et leur besoin de Lui. Tim Baker, Witnessing 101 (Tmoigner) Rflexions sur les amis Le service Citations La gloire de lamiti Nest pas la main tendue, Ni le sourire aimable, Ni la joie dtre ensemble; Cest lencouragement spirituel De celui qui dcouvre Que quelquun dautre croit en lui Et est dispos lui confier son amiti. Ralph Waldo Emerson Mon ami pour toujours Chacun a parfois besoin dun petit coup de main. Personne ne se tient seul. Peu importe que vous soyez seulement un enfant comme moi, Ou un roi sur son trne; Car il ny a pas dexceptions. Nous sommes tous pareils. Chacun a besoin dun ami. Permettez-moi de vous parler du mien. Cest mon Ami pour toujours, LAmi Qui ne mabandonnera jamais. De la nuit sombre lextrmit de larc-en-ciel, Cest mon Ami pour toujours. Mme lorsque je me dtourne de Lui, Il continue maimer. Personne ne peut dtruire cet amour. Mme si je mloigne, Il est mes cts, A chaque souffle que je prends. Parfois je Loublie. Mon aurole cesse de briller. Parfois je ne suis pas Son ami; Mais Il reste toujours le mien. Cest mon Ami pour toujours. Si vous ne savez toujours pas de Qui je parle, Je pense quil est temps que vous le sachiez. Il y a longtemps, bien loin dici, sur une croix, Mon Ami est mort pour vous. Si vous voulez Le rencontrer et ne savez pas comment faire, Demandez-Lui de pntrer dans votre cur, Et il sera aussi votre Ami. Cest mon Ami pour toujours. Charlie Lansborough Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Pratiquez lhospitalit. Imaginez des dirigeants de syndicat endurcis se rencontrant dans le sous-sol dune glise pour prier et tudier la Bible. Cette sorte de chose arrive vraiment! Un de nos amis occupe un poste de responsabilit dans une glise qui se trouve face une entreprise qui, rcemment, fut touche par la grve. Chaque jour, les ouvriers arpentaient le trottoir en brandissant des panneaux qui portaient des messages dnonant dinjustes contrats de travail. Des tactiques brutales furent utilises contre les employs qui traversaient les piquets de grve, et les dirigeants civils et ceux des Eglises (y compris notre ami) condamnrent le comportement des meneurs de cette grve. Cette grve dura jusqu lhiver. Un matin o il faisait atrocement froid, le Seigneur poussa notre ami offrir les btiments de lglise pour que les grvistes puissent sy rchauffer. Rpondit-il Seigneur, Tu plaisantes? Pas du tout! Il installa une table et du caf dans le sous-sol de lglise et alla trouver ceux-l mme quil avait condamns, les invitant utiliser lglise le caf et tout le reste selon leurs besoins, pour se protger du froid. Cette invitation fut reue avec enthousiasme, et, bientt, lglise devint un lieu rgulier de secours et de dtente. Les membres dglise commencrent se mler aux grvistes, et, bientt, leurs prjugs commencrent fondre lorsque des hommes et des femmes bien rels remplacrent dans leur esprit les caricatures des meneurs endurcis de la grve quils staient imagins. Cette grve dura tout lhiver, et le temps pass ensemble permit des changes spontans et cordiaux sur la vie et sur la foi. Au milieu de lhiver, plusieurs grvistes se joignirent chaque matin notre ami pour une tude biblique spciale. Il put prier avec ces personnes qui ressentaient les consquences conomiques de cette grve. Les membres dglise visitrent les membres de leurs familles qui taient malades, et quelques-unes de ces familles commencrent mme venir lglise. Que stait-il pass dans cette situation? Lglise avait t dispose suivre les paroles de Jsus, Aimez vos ennemis, faites du bien et prtez sans rien esprer (Luc 6:35). La plupart dentre nous serions disposs naturellement hberger nos amis; mais Jsus dsire que nous fassions de mme pour ceux que nous nappelons pas nos amis. Cette sorte dhospitalit est au cur de ce que signifie tre chrtien et pose les fondements pour permettre damener dautres personnes Christ. Notre ami avait rpondu aux suggestions du Seigneur. La nature authentique et aimante de ses actes avait exprim clairement la substance de lEvangile et prpar le chemin pour lvanglisation. Il y a de nombreuses manires doffrir lhospitalit aux personnes avec lesquelles vous entrez en contact chaque jour. Avez-vous un(e) camarade de classe qui semble solitaire ou dprim(e)? Prenez linitiative dapprendre le/la connatre. Y a-t-il dans lglise une personne qui pourrait bnficier de votre aide dans le cadre dun projet? Offrez volontairement votre temps et votre expertise. Collaborer aux soupes populaires et autres projets volontaires pour les sans-abri est une excellente manire de montrer votre hospitalit. Dans une glise, les membres prparent un dner chaque semaine et lapportent dans le parc local dans lequel se runissent les sans-abri. De tels actes dhospitalit non seulement constituent un excellent tmoignage pour lamour de Christ, mais servent aussi changer les strotypes concernant ces individus dans notre socit que certaines personnes simaginent. Ces simples actes damour tranchent sur le rythme prcipit et souvent impitoyable de la vie. Montrer de lamour ses semblables nest que trop rare dans le monde daujourdhui. Et qui, mieux que la famille de Dieu, peut communiquer ce message? Rflexions sur la lumire Les disciples Article de fond Lapproche de leau Tout comme Jsus a touch les lpreux et accueilli les exclus, cest aussi ce que nous devons faire. Tout comme Il Sest identifi avec les pauvres et les faibles, cest aussi ce que nous devons faire. Il nous appelle consacrer notre vie ceux qui souffrent, qui sont vulnrables, aux victimes de linjustice. Aimer ceux qui ne sont pas aims nest pas une option supplmentaire. Cest le cur et lme de lEvangile chrtien. Jsus na pas mch Ses mots. Et cependant, aujourdhui, beaucoup de Ses disciples nont pas compris. Dans la mesure o vous avez fait cela lun de ces plus petits de mes frres, cest moi que vous lavez fait (Matthieu 25:40), a-t-Il dit. Il est en train de nous dire que, si nous prtendons Laimer, nous devons aimer aussi ceux qui sont mpriss et opprims. Faire ceci nest pas seulement obir Christ; cest servir Christ Lui-mme. Jsus regarde dans les yeux chacun de nous qui professons Le servir et lui demande: Combien Maimes-tu? Tu dis que tu Maimes, tu chantes que tu Maimes; mais combien Maimes-tu rellement? Car Je suis l, dans les rues, perdu et solitaire, couch dans un caniveau. On Me bat, on abuse de Moi, on Me vole mon enfance. Je vends Mon corps sur le trottoir, Je suis enferm dans une chambre de bordel. Je suis violent, mpris, vnal. Maimes-tu rellement autant que tu le dis? Alors, prouve-le! Job 14:79 nous dit: Pour un arbre, il y a une esprance: si on le coupe, il repousse. Ses rejetons ne manqueront pas; si sa racine vieillit dans la terre, si son tronc meurt dans la poussire, il refleurit lapproche de leau. Il produit des rameaux comme une jeune plante. Nous devons tre cette approche de leau, apportant un monde mourant lesprance et la vie, la vie de Christ. Matt Roper Textes bibliques Lisez les passages suivants et discutez cette ide: Aimer ceux qui ne sont pas aims nest pas une option supplmentaire. Cest le cur et lme de lEvangile chrtien. Miche 6:8 Esae 58 Discutez la lecture ci-dessus la lumire de Jean 21:1519. Quel rapport y a-t-il entre Christ Qui nous demande si nous Laimons et notre service en faveur des autres? Moment de partage (en petits groupes) Discutez comment (individuellement et collectivement) vous pouvez tre lapproche de leau pour ceux qui sont comme un arbre coup. Rflexion Choisissez un problme de socit prsent dans votre rgion. Elaborez des manires pratiques daborder ce problme et faites-le. Rflexions sur la lumire Les dirigeants Article de fond Je passais la caisse dun petit magasin, me prparant payer mes achats, lorsquune femme sapprocha de moi. Je sais que vous devez tre trs occupe, et je ne voudrais pas vous retarder, mais je serais trs reconnaissante si vous pouviez dire une prire pour moi si Dieu vous fait penser moi, me dit-elle. Je la regardai dans les yeux et reconnus le regard douloureux dune personne peine capable de tenir debout. Avez-vous le temps de venir prendre une tasse de caf avec moi? proposai-je cette femme. Nous nous rendmes dans une cafeteria, o cette femme me raconta le terrible accident qui, une semaine auparavant, avait tu son mari et ses deux petits enfants. Nous restmes assises pendant un moment en nous tenant par la main, les larmes coulant sur nos joues. Il ny avait rien dire, rien qui puisse arranger les choses. Aprs un moment, elle scha ses larmes et se leva pour partir. Je la serrai dans mes bras. Elle me regarda dans les yeux et me remercia. Dans un certain sens, je navais rien fait. Je navais prononc ni paroles habiles, ni prires magiques. Nous tions seulement restes assises ensemble pendant un moment, deux femmes qui aimaient Dieu et qui partageaient la tragdie de la vie et de la mort. La vieille Sheila aurait pri pour cette femme et se serait dpche de partir, avec un sentiment de satisfaction davoir fait une bonne action. Mais, cette fois-ci, je lai vraiment vue. Nous sommes entres en contact pendant un moment, puis nous nous sommes spares, sachant que notre seul espoir est dans le Seigneur. Sheila Walsh, Honestly (Honntement) Moment de partage (en petits groupes) Pouvez-vous penser un seul exemple dans la Bible o une personne a demand Jsus seulement de prier pour elle? Pourquoi agissons-nous ainsi? Comment pouvons-nous dcouvrir les besoins profonds des personnes que nous rencontrons? [Discutez ce sujet la lumire de linteraction entre Jsus et la femme au puits. Jsus ne la pas condamne, ne lui a pas fait de longues tudes bibliques; et, cependant, Il a dcouvert ses besoins profonds et y a rpondu. Utilisez dautres exemples bibliques dans votre discussion, car nous avons plusieurs exemples o Jsus a dcouvert les besoins profonds des personnes qui venaient Lui en prsentant des demandes plus superficielles.] DISCUTEZ: De quoi les gens ont-ils rellement besoin? Dans sa clbre hirarchie des besoins, Maslow identifie cinq catgories: physiologiques (faim; soif; abri); scurit (scurit; protection); sociales (sentiment dappartenance; amour); estime (respect de soi-mme; besoin dtre reconnu; statut social); ralisation de soi-mme (objectif; signification). Quelle est la place du tmoignage chrtien dans ce modle? Expliquez-vous en utilisant des exemples bibliques. Rflexion Nous ne pouvons pas rsoudre tous les problmes temporels du monde. Dailleurs, Jsus Lui-mme ne la pas fait lorsquIl tait sur la terre. Mais ceci nest pas le plus grand don que lEglise de Dieu ait donner. De nombreuses autres organisations rpondent aux besoins temporels des gens. La seule chose que lEglise a de particulier offrir, cest lamour de Jsus, Son pardon et Sa grce. Faites un jeu de rles dans lequel on rencontre des personnes ayant des besoins diffrents, en montrant diffrentes manires de rpondre ces besoins. Rflexions sur la lumire Lvanglisation Histoire Peter Greave a crit un rcit de sa vie avec la lpre, maladie quil contracta pendant quil tait en poste en Inde. Il revint en Angleterre, moiti aveugle et partiellement paralys, pour y vivre dans une institution tenue par des surs anglicanes. Incapable de travailler, exclus par la socit, il saigrit. Il pensa au suicide. Il fit des plans labors pour schapper de cette institution, mais renona chaque fois parce quil navait aucun lieu o aller. Un matin, contrairement son habitude, il se leva trs tt et se promena dans la proprit. Entendant un bruit de murmures, il suivit le son jusqu la chapelle, dans laquelle des surs priaient pour les patients dont les noms taient crits sur le mur. Parmi ces noms, il dcouvrit le sien. Dune manire ou dune autre, cette exprience de connexion, dassociation, transforma sa vie. Il se sentit dsir. Il se sentit graci. La foi religieuse malgr tous ses problmes, malgr sa tendance affolante remplacer la grce par le contraire de la grce continue vivre parce que nous ressentons la beaut lumineuse dun don immrit qui nous arrive de lextrieur des moments inattendus. Refusant de croire que nos vies de culpabilit et de honte ne mnent rien dautre qu lanantissement, nous esprons contre toute esprance, attendant un autre sjour rgi par des rgles diffrentes. Notre soif damour grandit, et, si profondment que nous ne pouvons mme pas lexprimer, nous dsirons ardemment que notre Crateur nous aime. En regardant en arrire vers mon propre plerinage, marqu par des errances, des dtours et des culs-de-sac, je vois maintenant que ce qui ma fait avancer a t ma recherche de la grce. Jai rejet lEglise pendant un certain temps parce que jy avais trouv si peu de grce. Jy suis revenu parce que je nai trouv la grce nulle part ailleurs. Philip Yancey, Whats So Amazing About Grace? (Quy a-t-il de si tonnant dans la grce?) Textes bibliques Utilisez une concordance et/ou une Bible topique pour trouver des textes sur la grce. Aprs les avoir tudis, quelle est votre comprhension de la grce? Moment de partage (en petits groupes) DISCUTEZ: Jai rejet lEglise pendant un certain temps parce que jy avais trouv si peu de grce. Jy suis revenu parce que je nai trouv la grce nulle part ailleurs. Que pouvez-vous faire de palpable, individuellement et collectivement, pour mieux rvler la grce? Lisez Actes 2:42 et identifiez les quatre activits essentielles auxquelles se livraient ces croyants: (1) (2) (3) (4) DISCUTEZ: Nous pourrions les appeler les quatre coins des fondations dune glise. Aucune glise nest complte sans les quatre. Laissez de ct nimporte laquelle des quatre, et vous pourrez avoir une cole, un groupe de prire, une tude biblique ou une runion sociale chacun tant une bonne chose mais vous naurez pas une glise. (Charles R. Swindoll, So You Want to Be Like Christ? [Alors, vous voulez tre comme Christ?]) Comment ces quatre activits essentielles font-elles de lglise quelque chose de particulier malgr tous ses problmes dans ce quelle a offrir aux personnes qui souffrent? Quelle est la force de ces quatre coins des fondations de votre glise? Quelle est leur force dans votre propre vie? Quel rapport avez-vous avec elles, individuellement et collectivement? Rflexions sur la lumire Le service Citation Jai entendu la voix de Jsus me dire Jai entendu la voix de Jsus me dire: Viens Moi et repose-toi; Toi qui es fatigu, repose Ta tte sur Ma poitrine. Je vins Jsus comme jtais, Fatigu, puis et triste; Jai trouv en Lui le repos, Et Il ma combl de joie. Jai entendu la voix de Jsus me dire: Voici, Je donne gratuitement Leau vive celui qui a soif; Penche-toi, bois et vis. Je suis venu Jsus, et jai bu De ce fleuve qui donne la vie. Ma soif a t tanche, mon me sest rveille; Et maintenant, je vis en Lui. Jai entendu la voix de Jsus me dire: Je suis la lumire de ce monde de tnbres; Regarde Moi; ton aurore se lvera, Et toute ta journe sera claire. Jai regard Jsus, et jai trouv En Lui mon toile et mon soleil; Et cest dans cette lumire de la vie que je marcherai Jusqu la fin de mon plerinage terrestre. Horatius Bonar Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Donnez un dollar par jour. Les personnes qui font partie des 1.200.000.000 personnes qui doivent vivre avec moins dun dollar par jour doivent dpendre de ressources autres que financires pour pouvoir survivre. Pour ces personnes, les deux plus importantes lignes de vie sont leur rseau social et leur environnement. Plus de 80% des personnes qui vivent avec moins dun dollar par jour vivent sur de petites parcelles de terre, sur lesquelles elles sefforcent de survivre grce la culture et llevage des poules. Il y a un dicton qui est vrai pour ces gens: Faire du mal la terre, cest faire du mal aux pauvres. Les femmes et les enfants pauvres sont toujours les perdants lorsque la terre est dvaste par des temptes, des tremblements de terre et des glissements de terrain. Une organisation appele Objectif Terre se concentre sur les pauvres de cette terre. Leur slogan est assez simple: Servir la terre, servir les pauvres. La dfinition plus complte de leur mission est: Servir la terre et les pauvres dans les rgions du monde o les gens vivent avec moins dun dollar par jour. Objectif Terre cherche des villages et communauts oublies par les grandes socits de dveloppement et tente de dcouvrir des solutions locales et indignes la pauvret de lenvironnement. Le travail dObjectif Terre est financ par un mcanisme trs simple: les gens donnent un dollar par jour pour aider cette organisation servir les gens qui vivent avec un dollar par jour. Il y a dans cette approche quelque chose d la fois symbolique et matriel. Envoyer chaque mois un chque pour un dollar par jour rappelle aux riches quils disposent de vraiment beaucoup de ressources. Chercher les moyens de prlever un dollar sur leur budget quotidien devient un acte de service hautement spirituel, et un rappel quils doivent servir ceux qui doivent vivre avec seulement un dollar par jour. Et, bien entendu, le dollar quils donnent chaque jour sert financer des programmes rels en faveur de la terre et de ceux qui dpendent de la terre pour leur avenir. Demandez aux membres de votre groupe de jeunes dimaginer comment prlever un dollar par jour sur leur budget, puis denvoyer ces fonds Objectif Terre. Obtenez deux un engagement pour au moins une anne. Fixez comme objectif de trouver dautres personnes qui persvreront dans leur engagement aider les pauvres de cette terre pendant une anne. Mettez en commun vos fonds chaque mois et envoyez-les, pour que a fasse une relle diffrence. Vous pouvez contacter Objectif Terre ladresse suivante:  HYPERLINK "http://www.targetearth.org" www.targetearth.org. Rflexions sur notre prochain Les disciples Citation Lindiffrence Lorsque Jsus arriva Golgotha, on Le pendit un bois. On enfona de longs clous dans Ses mains et dans Ses pieds, et lon fit un Calvaire; On Lui mit une couronne dpines. Ses blessures taient rouges et profondes, Car ctait une poque barbare et cruelle, et la vie humaine avait peu de prix. Lorsque Jsus arriva Birmingham, les gens passrent ct de Lui, Sans toucher un cheveu de Sa tte. On La seulement laiss mourir; Car les gens taient devenus plus doux et ne voulaient pas Le faire souffrir. Ils sont seulement passs prs de Lui dans la rue, Le laissant sous la pluie. Jsus criait encore: Pardonne-leur, ils ne savent pas ce quils font. La pluie dhiver continuait tomber, le trempant compltement. Les foules rentrrent chez elles et abandonnrent les rues, Et Jsus se blottit contre un mur et pleura, en pensant au Calvaire. G.A. Studdert Kennedy Moment de partage (en petits groupes) Discutez le passage ci-dessus. En quoi lindiffrence peut-elle tre pire que dinfliger intentionnellement une souffrance? Expliquez-vous. Quest-ce qui nous rend si indiffrents envers les autres? Que pouvons-nous faire pour changer cet tat de choses? A la lumire de ce qui est dit ci-dessus, discutez lhistoire suivante concernant lindiffrence (remarquez que ce nest pas un incident isol; une histoire tonnamment semblable est arrive Los Angeles un an auparavant): NEW YORK (AP) Les responsables de lhpital municipal racontrent quils furent choqus en visionnant les vidos de surveillance montrant une femme tombe de sa chaise, se tordant sur le sol et mourant, pendant que les employs de lhpital la laissrent sans soins pendant plus dune heure. Les vidos de surveillance montraient une femme allonge sur le sol de lhpital pendant presque une heure avant que quelquun vienne son secours. Cette femme attendait dans la sale des urgences depuis presque 24 heures lorsquelle tomba de son sige, le visage contre terre, 5:32 du matin, le 19 juin 2008. A 6:35, elle tait dj morte lorsquun membre du personnel mdical, averti par une personne qui se trouvait dans la salle dattente, sapprocha enfin. Jusqu larrive de ce membre du personnel mdical, la chute de Mme Green avait peine t remarque. Dautres patients qui attendaient quelques mtres delle ne ragirent pas. Des gardes de scurit et un membre du personnel de lhpital semblrent remarquer au moins trois fois son corps allong, mais ne firent aucune tentative visible pour voir si elle avait besoin daide. Rflexions sur notre prochain Les dirigeants Article de fond Couch dans une crche Elle enfanta son fils premier-n. Elle lemmaillota et le coucha dans une crche, parce quil ny avait pas de place pour eux dans lhtellerie. Luc 2:7 Chacun devrait utiliser lEvangile pour faire son autovaluation. Combien loin ou combien prs tes-vous de Christ? O en sont votre foi et votre amour? Beaucoup senflamment en entendant que Jsus a vcu dans la pauvret au moment de Sa naissance. Ils sirritent contre les habitants de Bethlhem et critiquent leur aveuglement et leur ingratitude. Ils pensent que, sils y avaient t, ils auraient servi le Seigneur et Sa mre. Ils ne les auraient pas laisss dans le dnuement. Mais ces mmes personnes ne remarquent mme pas leurs propres voisins qui habitent tout prs deux et qui ont besoin de leur aide. Ils les ignorent et les laissent comme ils sont. Qui na pas, dans son entourage, des gens pauvres, malades, qui font des btises ou qui vivent dans le pch? Pourquoi ne montrent-ils pas leur amour ces personnes? Pourquoi ne font-ils pas pour leurs voisins ce que Christ a fait pour eux? Ne vous trompez pas vous-mmes en pensant que vous auriez bien trait Christ alors quen ce moment vous ne faites rien pour votre voisin. Si vous aviez t Bethlhem, vous Lui auriez accord aussi peu dattention que tous les autres. Vous ne voulez Le servir que parce que vous savez Qui Il est. Supposons quIl doive venir, quIl soit couch dans la crche, et quIl vous fasse savoir quIl est Celui Que vous connaissez maintenant si bien. Bien entendu, vous voudriez faire quelque chose pour aider. Mais avant cela, vous nauriez rien fait. De mme, si vous pouviez voir votre voisin aujourdhui tel quil sera dans lavenir, et sil tait couch devant vous, vous prendriez certainement soin de lui. Mais parce que vous ne le voyez que tel quil est aujourdhui, vous lignorez. Vous ne savez pas reconnatre Christ dans la personne de votre voisin. Martin Luther, By Faith Alone (Par la foi seule) Moment de partage (en petits groupes) Discutez les concepts de pauvres mritants et indignes. En quoi ces notions proviennent-elles dides thologiquement inexactes, mais souvent rptes, telles que Aide-toi et le ciel taidera? Quelles autres barrires rigeons-nous qui nous empchent daider les gens? A chaque acte de ngligence/indiffrence envers notre prochain, comment notre cur sendurcit-il vis--vis de Dieu? Expliquez-vous. Que pouvons-nous faire de tangible pour nous aider voir les gens au travers des yeux de Dieu? Rflexion Un mur de prjugs: Formez plusieurs groupes de deux personnes (homme/femme; riche/pauvre; htrosexuel/ homosexuel; chrtien/non-chrtien; noir/blanc; etc.) et placez-les, un groupe la fois, contre des murs opposs. Que chacun sapproche dun des deux murs pour rejoindre le type de personne mentionn ci-dessus avec lequel il se sent le plus laise. Ne demandez ni raisonnement, ni explication, et assurez-vous que chacun suspend son jugement. Passez au groupe suivant, et continuez jusquau dernier groupe. Laissez les groupes de deux contre le mur, l o on peut les voir, mais faites dplacer le grand groupe vers un espace neutre pour discuter cet exercice et en faire un rapport. Rflexions sur le prochain Lvanglisation Article de fond Aimer notre prochain Toute la loi est accomplie dans une seule parole, celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-mme. Galates 5:14 Personne ne doit penser quil comprend parfaitement cet ordre, Tu aimeras ton prochain. Il est certainement trs court et trs facile en ce qui concerne les mots; mais o sont les professeurs et les lves qui le mettent rellement en pratique dans leur vie? Ces paroles, Par amour, soyez serviteurs les uns des autres (verset 13) et Tu aimeras ton prochain, sont des paroles ternelles. Personne ne peut trop y penser, les pratiquer et encourager le faire. Il est remarquable que les croyants ressentent immdiatement des troubles de conscience sils ne russissent pas faire mme une petite chose ngligeable. Mais ces mmes personnes ne ressentent rien du tout lorsquelles ngligent de faire preuve damour et lorsque leur cur nest pas sincre et fraternel envers leur prochain. Malheureusement, ceci arrive chaque jour; car ces personnes ne considrent pas lordre divin daimer comme aussi important que leurs propres superstitions. Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-mme. Il ny a pas dautre commandement plus grand que ceux-l. Marc 12:31 Lorsque vous vous demandez qui vous devez manifester de lamour, personne nest mieux indiqu pour cela que votre voisin. Votre voisin nest ni un dmon, ni un lion, ni un ours, ni un loup. Il nest pas fait de pierre ni de bois; mais cest un tre vivant qui vous ressemble beaucoup. Aucun tre vivant sur la terre nest plus aimable, gentil, utile, bon, encourageant ou ncessaire que lui. Il a mme t cr pour pouvoir avoir des conversations amicales et une vie sociale. Rien dans notre monde nest plus digne de notre amour que notre voisin. Mais lastuce remarquable du dmon est que non seulement il assombrit gravement notre cur et en retire cet objet suprieur de notre amour, mais il persuade aussi notre cur de lopinion oppose, de sorte que nous pensons que notre voisin est plus digne dtre ha quaim. Cest trs facile faire pour le dmon: il na qu nous harceler en disant: Tu vois, cette personne a tel ou tel dfaut. Elle ta insult; elle ta fait du tort. Puis cet objet damour nous devient rapidement mprisable, de sorte que nous ne reconnaissons plus notre voisin comme quelquun qui doit tre aim, mais plutt comme un ennemi digne de notre haine intense. Cest de cette manire que Satan peut, dune manire tonnante, transformer lamour qui est dans notre cur, de sorte que, au lieu daimer notre voisin, nous devenons capables de lavilir, de le har et de le perscuter. Alors, tout ce qui reste de ce commandement, Tu aimeras ton prochain comme toi-mme, ce sont des lettres et des syllabes dures et vides. Martin Luther, By Faith Alone (Par la foi seule) Textes bibliques Revoyez le contexte du commentaire de Christ sur lamour du prochain dans Marc 12. Quelle comprhension plus profonde tirez-vous de ce passage? Moment de partage (en petits groupes) Songez aux sermons que vous avez entendus pendant votre vie. En groupe, identifiez les thmes communs que vous semblez entendre le plus souvent. Expliquez pourquoi les croyants ressentent immdiatement des troubles de conscience sils ne russissent pas faire mme une petite chose ngligeable. Mais ces mmes personnes ne ressentent rien du tout lorsquelles ngligent de faire preuve damour et lorsque leur cur nest pas sincre et fraternel envers leur prochain. Comment remdier cela? Quelles mesures pratiques pourriez-vous prendre dans la semaine qui vient pour aimer votre voisin et surmonter les barrires qui pourraient vous en empcher? Dans The Screwtape Letters, C.S. Lewis faisant parler un dmon dexprience instruisant un jeune dmon dans lart de la tentation lui expose combien il est facile de rcuprer des convertis, mme lglise: Lorsquil prend place sur son banc et regarde autour de lui, il voit justement un choix de voisins quil a vits jusque-l. Il faudra abondamment utiliser ces voisins. Fais papillonner son esprit entre une expression comme le corps de Christ et les visages des personnes assises sur le banc voisin. Peu importe, bien entendu, quelles sortes de gens sont assis sur ces bancs. Lun dentre eux est peut-tre un vaillant combattant dans la cause de Dieu. Peu importe. Ton patient est un imbcile. Pourvu que nimporte lequel de ces voisins chante faux, ou ait des chaussures qui grincent, ou un double menton, ou des vtements bizarres, cette personne croira trs facilement que leur religion doit donc tre ridicule. Bien entendu, sils ont quelque motif rationnel pour tre dus, si cette personne sait que lhomme aux chaussures grinantes est un avare et un accapareur, alors ta tche est dautant plus facile. Tout ce que tu as faire est dempcher son esprit de se poser la question Si moi, tant ce que je suis, peux me considrer dans un certain sens comme chrtien, pourquoi les diffrents vices des personnes assises sur le banc voisin prouveraient-ils que leur religion nest quhypocrisie et convention? Pourquoi est-il si simple pour nous de penser les pires choses sur nos voisins? Dans quelle mesure cela nous aiderait-il si nous regardions en haut au lieu de regarder autour de nous? Si nous nous comparions seulement la mesure de Dieu, plutt qu celle des autres? Et, en nous rendant compte que nous ne sommes pas la hauteur de la mesure de Dieu, si nous tions plus prompts pardonner les faiblesses des autres? Discutez comment lamour peut se transformer en haine ou en actes davilissement ou de perscution? Sur une plus grande chelle, comment arrivent les gnocides? Que faire petite chelle pour viter lescalade vers une plus grande chelle? Rflexions sur notre prochain Le service Citations Un chrtien est rempli damour pour son prochain, dun amour universel; non pas restreint une secte ou un parti; non pas restreint ceux qui sont daccord avec lui dans leurs opinions, dans leur style extrieur de culte; ou ceux qui lui sont allis par le sang ou recommands par la proximit du lieu o ils habitent. Il naime pas seulement ceux qui laiment ou qui lui sont devenus chers par lintimit de leur amiti. Mais son amour ressemble lamour de Celui Dont la misricorde stend sur toutes Ses uvres. Il slve au-dessus de ces misrables limites, incluant les voisins et les trangers, les amis et les ennemis. John Wesley Lorsque le pch prsent dans une personne est entour damour, le pch se trouve en dehors de son lment. Il est comme une ville assige dont toutes les communications ont t coupes. Il est vrai, le pch peut utiliser lamour comme prtexte (quest-ce quune personne corrompue nutiliserait pas pour justifier sa corruption!) Le pcheur peut tre aigri par lamour et se dchaner contre lui. Cependant, la longue, le pch ne peut pas tenir contre lamour. Sren Kierkegaard, Provocations Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Combler le foss. De nombreuses personnes se sentent mal laise auprs des personnes handicapes. Notre recherche de limmortalit, notre fixation semblable celle du vautour sur sa proie sur un corps parfait, et le club de la haute socit des personnes de belle apparence, sont tous des barrires empchant de croire la vrit vanglique que Dieu nous a crs dans lamour et dans la dignit. Nous portons tous la pleine mesure de Son image en nous. LEglise doit prendre position contre le mensonge qui prtend que les personnes handicapes sont des tres infrieurs, et elle doit commencer reflter la vrit de la cration divine. Les chrtiens doivent appeler les communauts de leurs glises combler le foss qui spare les membres de notre socit selon leurs capacits physiques. Voici plusieurs manires de le faire: Soyez accessibles. Assurez-vous que votre glise est accessible aux personnes atteintes de limitations physiques, y compris des rampes daccs pour les fauteuils roulants, des espaces spciaux pour sasseoir et des toilettes accessibles aux fauteuils roulants. Assurez un moyen de transport. Envisagez de vous porter volontaire ou de constituer une quipe qui puisse fournir un transport rgulier et autres services ceux qui ont besoin daide dans votre communaut. Incluez les personnes handicapes. Faites savoir que vous voulez introduire les personnes handicapes dans la vie rgulire de lglise parce que votre glise a besoin deux. Invitez celles qui sont nouvelles dans votre glise se joindre un petit groupe ou une runion rgulire de la communaut, et offrez-leur de leur fournir un moyen de transport. Rflexions sur la manire de secouer la poussire de nos pieds Les disciples Article de fond De nombreuses personnes guries par Jsus ne Lont mme pas remerci; et, cependant, Il les a guries. La plupart dentre elles taient plus intresses retrouver la sant qu tre saintes; et, cependant, Il les a guries. Quelques-uns de ceux qui Lui rclamaient du pain aujourdhui rclamrent Son sang quelques mois plus tard; et, cependant, Il les a guris. Jsus a choisi de faire ce que vous et moi choisissons rarement de faire, en admettant mme que nous le fassions. Il a choisi de faire des dons aux gens, tout en sachant trs bien que ces dons pourraient tre utiliss pour faire le mal. Ne soyez pas trop presss dattribuer la compassion de Jsus Sa divinit. Souvenez-vous des deux cts de ce problme; car, chaque fois que Jsus gurissait quelquun, Il devait fermer les yeux sur lavenir et sur le pass de cette personne. Ce quIl fait encore aujourdhui. Avez-vous remarqu que Dieu ne vous demande pas de prouver que vous ferez un bon usage de votre salaire? Avez-vous remarqu que Dieu narrte pas votre alimentation en oxygne lorsque vous faites un mauvais usage de Ses dons? Ntes-vous pas heureux que Dieu ne vous donne pas seulement ce pour quoi vous pensez Le remercier? (Cela fait-il longtemps que vous avez pens remercier Dieu pour votre rate? Jai souvent oubli de le faire; et pourtant jen ai encore une!) La bont de Dieu est motive par Sa nature divine, et non par nos mrites. Quelquun a demand un de mes associs: Quel prcdent biblique avons-nous pour aider les pauvres qui nont aucun dsir de devenir chrtiens? Mon ami a rpondu en un seul mot: Dieu! Dieu le fait chaque jour, pour des millions de personnes. Quest-ce que Jsus savait qui Lui a permis de faire ce quIl a fait? Quel code interne Lui a permis dempcher Son calme de se transformer en chaos? Il connaissait la valeur des tres humains. Max Lucado, In the Eye of the Storm (Dans lil de la tempte) Textes bibliques Discutez la comprhension gnrale que vous avez de lordre de Jsus, secouez la poussire de vos pieds (Matthieu 10:14; Marc 6:11). Remarquez que cette phrase a t prononce dans le contexte de lenvoi des disciples; de sorte que, malgr Ses avertissements que tous naccueilleraient pas favorablement Ses missaires, Il dsire tout de mme que nous allions. Comment faites-vous pour ne pas tre aigris par ceux qui nacceptent pas le message? Comment faites-vous pour ne pas le prendre comme un affront personnel, en vous rendant compte que cette dcision se passe entre un individu et Dieu et na vraiment rien voir avec le messager? Lisez Luc 22:3946. Comment Jsus a-t-Il fait pour viter dtre du? Il attendait toujours de Ses disciples le meilleur, tout en tenant compte du pire et en le pardonnant. Comment faisons-nous pour nous empcher dentretenir de fausses reprsentations sur la nature des gens tout en nayant pas lattitude de nous attendre au pire? Moment de partage (en petits groupes) Discutez les nombreuses raisons que nous avanons pour ne pas aider les gens; pour ne pas tmoigner devant eux? Nous essayons de deviner les motifs et/ou les ractions des gens et nous nous trouvons des excuses; mais Dieu les connat, et, pourtant, Il dsire encore que nous vanglisions (considrez le cas de Jonas). Rflexion Faut-il vous remercier pour ce que vous faites? Avez-vous besoin de reconnaissance? Faites le point sur vos propres motivations et comparez avec lidal propos par Christ. Dieu voit toujours; quattendons-nous de plus de ltre humain? Que faites-vous? Quelquun dans la rue vous demande de largent pour sacheter manger, mais vous ntes pas srs. Pourquoi ne pas lemmener manger et lui offrir mme plus que la nourriture matrielle par votre disposition tablir une relation avec lui et lui montrer un peu de gentillesse et de dignit humaines de base? Rflexions sur la manire de secouer la poussire de nos pieds Les dirigeants Histoire Durillons et compassion Ce souvenir denfance lglise est vraiment bizarre. Pour beaucoup dentre nous, nos premiers souvenirs de lglise consistent en Bibles fermeture clair, en chaussures vernies, en dfils de Nol ou en coles du sabbat. Les miens ne sont pas aussi religieux que ceux-ci. Les miens consistent en durillons, en pingles droites et en sermons ennuyeux. Me voil, six ans. La main de mon pre est pose sur mes genoux pour mempcher de grouiller. Un robuste prdicateur se tient derrire la chaire; cest lun des serviteurs de Dieu les plus gentils qui soit, mais aussi lun des plus monotones. Je mennuie et tourne mon attention vers la main de mon pre. Si vous ne saviez pas quil est mcanicien, un seul regard sur ses mains suffirait vous lapprendre. Epaisses, fortes, bien rcures, mais portant encore les traces de la graisse de la semaine dernire. Je suis intrigu en passant mes doigts sur les durillons de sa main. Ils slvent au-dessus de la paume comme une srie de collines. Des durillons. Couche aprs couche de peau inerte; la dfense de la main aprs des heures passes serrer des cls et tourner des tournevis. Derrire le banc qui se trouve devant moi sont ranges des cartes de prsence. En haut de chaque carte est attach un ruban rouge destin tre port par les visiteurs. Ce ruban est attach cette carte par une pingle droite. Une ide me vient. Je me demande quelle est lpaisseur de ces durillons? Jattrape une pingle, et, avec lhabilet dun chirurgien, je commence linsertion de lpingle (je vous ai dit que mes souvenirs taient bizarres). Je regarde Papa. Il ne bouge pas. Jenfonce plus profondment. Pas de raction. Encore quelques millimtres. Son visage ne bouge pas. Pendant que les autres personnes prsentes coutent les paroles du prdicateur, je suis fascin par la profondeur dun durillon. Je dcide denfoncer lpingle fond. Ae!, grommelle-t-il, retirant sa main dun coup sec et refermant son poing, ce qui ne fait quenfoncer lpingle encore plus profondment. Il me jette un regard furibond; ma mre se retourne, et mon frre ricane. Quelque chose me dit que cette mme main va servir plus tard un autre usage! Ce souvenir denfance est vraiment bizarre. Mais encore plus bizarre est le fait que, trois dcennies plus tard, je me trouve faire la mme chose que je faisais lge de six ans lglise: jessaie denfoncer une pingle dans un durillon. Seulement, maintenant, cest moi qui suis derrire la chaire, et non plus sur un banc. Et mon outil est la vrit, et non plus une pingle. Et les durillons ne sont plus sur la main, mais sur le cur. Un peau paisse et morte enveloppe autour des nerfs de lme: le rsultat dheures passes se frotter contre la vrit sans laccepter. Des tissus durcis, bourrus, morts, qui empchent lme de sentir et dtre touche. Un durillon sur le cur! Cest de tels curs que Jsus a parl lors de Son dernier jeudi avec Ses disciples. Avec la persvrance dun homme qui possde le message dfinitif, Il avait lintention de piquer lme de Ses disciples. Il a racont deux histoires qui ont un point commun, rouge de culpabilit: la propension des gens rejeter linvitation de Dieu non pas une ou deux fois, mais de nombreuses reprises. La premire histoire est celle dun propritaire terrien; la seconde, celle dun roi qui prpare un festin de noces pour son fils. Un propritaire terrien dont les serviteurs sont battus et mis mort? Un roi dont les messagers ne sont pas couts? Certainement, ce propritaire terrien et ce roi vont se laver les mains de telles personnes! Certainement, ils vont envoyer la police, puis larme! Eh bien, vous vous trompez. Dans les deux cas, ils envoient de nouveaux missaires. Quelle tonnante tolrance! Quelle patience inattendue! Serviteur aprs serviteur. Messager aprs messager. Jsus nous a fait une peinture verbale dun Dieu bien dtermin. Lorsque notre fille ane, Jenna, avait deux ans, je lai perdue dans un grand magasin. Une minute, elle tait mes cts; la minute suivante, elle avait disparu. Jai t pris de panique. Soudain, une seule chose comptait: je devais retrouver ma fille. Javais oubli les courses faire. La liste des achats faire tait devenue sans importance. Je criai son nom. Ce que pensaient les gens mtait indiffrent. Pendant quelques minutes, chaque particule dnergie en moi navait plus quun seul but: retrouver mon enfant perdu (au fait, je lai retrouve. Elle stait cache derrire des vtements!) Aucun prix nest trop lev pour un parent pour racheter son enfant. Aucune nergie nest trop grande. Aucun effort nexige trop. Un parent fera nimporte quoi pour trouver son enfant. Cest aussi ce que fait Dieu. Max Lucado, And the Angels Were Silent (Et les anges restrent silencieux) Textes bibliques Lisez les paraboles racontes par Jsus dans Luc 14:1624 et Matthieu 22:114. Comment devons-nous comprendre lordre de Jsus de secouer la poussire de nos pieds la lumire dun Dieu aussi dtermin et aussi misricordieux? Comment ceci doit-il clairer notre tmoignage lorsque Jsus nous dit que, si nous ne le faisons pas, les pierres crieront (Luc 19:40)? En utilisant une concordance ou une Bible topique, trouvez les nombreux passages o la Bible nous parle de curs endurcis, de curs de pierre, de curs de chair, etc. A la lumire de lhistoire ci-dessus, discutez cette passion de Dieu pour que le cur de Son peuple se tourne vers Lui. Quel rle devez-vous jouer pour percer des curs couverts de durillons? Rflexions sur la manire de secouer la poussire de nos pieds Lvanglisation Histoire Je pris mon carnet desquisses et roulai vlo jusqu la rserve naturelle situe prs de chez moi. Ctait une belle journe, avec un petit vent. Je me tins au bord dun des lacs, regardai les rides sur la surface de leau et tentai de me reprsenter comment jallais les peindre. Le problme tait quelles changeaient constamment de couleur. Un moment, les rides semblaient bleu ciel; le suivant, elles taient brun boueux. Cest une question de reflet. La surface de leau est comme un miroir: elle reflte le ciel bleu lorsque langle est le bon; mais, lorsque langle change et que le vent souffle sur les rides, on ne voit que de leau boueuse. Les deux couleurs sont vritables selon le lieu o on se tient. Dune certaine manire, nous refltons tous ce qui se passe autour de nous. Lorsque la vie devient rude, cela se voit dans notre attitude et dans notre comportement. Cest la mme chose pour les autres. Lorsque quelquun est dprim ou indiffrent, cest peut-tre que quelque chose ne va pas. Ces personnes ont besoin de davantage de comprhension que nous ne sommes disposs leur accorder. Lorsque je me dcouvre en train de devenir critique lgard des autres et de ce quils sont, peut-tre que si je modifiais lgrement mon attitude, je pourrais les voir sous un jour plus favorable. Et lorsque quelquun a un point de vue diffrent du mien, peut-tre quil voit seulement les choses dun angle diffrent. Eddie Askew, Slower than Butterflies (Plus lent que les papillons) Moment de partage (en petits groupes) A la lumire de lhistoire ci-dessus, discutez les distinctions entre la vrit absolue et les ralits relatives (Il est intressant de remarquer que la dfinition de la foi donne dans lptre aux Hbreux parle des choses quon ne voit pas (Hbreux 11:1), car cest souvent notre vue qui nous trompe). Comment pouvons-nous mieux reflter Christ, plutt que le monde qui nous entoure? Devons-nous nous efforcer dviter compltement de reflter le monde qui nous entoure? Est-ce possible? Comment pouvons-nous modifier lgrement notre attitude et choisir de voir les autres sous un jour plus favorable? Rflexion Quel rle jouez-vous pour encourager ou dcourager les ragots? Lorsque quelquun vient vous avec quelque chose de ngatif sur une autre personne, dites-vous quelque chose? Proposez-vous une perspective diffrente possible en invitant la personne voir les choses sous un jour plus positif? Comment le silence lui-mme peut-il encourager les ragots en leur accordant une approbation tacite? Organisez des jeux de rles avec diffrentes ractions, de manire tre mieux prpars la prochaine fois que quelquun viendra colporter des ragots devant vous. Rflexions sur la manire de secouer la poussire de nos pieds Le service Citations Moi aussi, je suis autre que ce que je mimagine tre. Savoir ceci, cest le pardon. Simone Weil Notre Pre Qui es aux cieux! Ne retiens pas nos pchs contre nous, mais retiens-nous plutt contre nos pchs, de sorte que penser Toi lorsque cette pense apparat dans notre me, et chaque fois quelle apparat, ne nous rappelle pas ce que nous avons commis, mais ce que Tu as pardonn; non la manire dont nous nous sommes gars, mais la manire dont Tu nous as sauvs! Sren Kierkegaard, Provocations Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Reprendre la nuit. Reprendre la nuit est une organisation qui sefforce de mettre un terme la violence sexuelle lgard des femmes. Les origines de cette organisation remontent 1877, lorsque les femmes, en Angleterre, tentrent dattirer lattention sur les dangers des rues londoniennes pour les femmes la nuit. En 1976, en Belgique, des femmes alignrent des chandelles dans les rues pour la premire marche de Reprenez la nuit, qui eut lieu en connexion avec une confrence internationale destine rdiger une convention concernant la violence dirige contre les femmes. Aujourdhui, Reprendre la nuit travaille dans les diffrents pays du monde, organisant des veilles aux chandelles, des conventions, des rallies et des ateliers ducatifs pour endiguer la mare de violences sexuelles. Le site Web de cette organisation offre des ressources, des liens vers dautres vnements (aussi bien nationaux quinternationaux), le moyen de publier vos propres vnements sur ce site, et une liste dorganismes qui offrent leur aide aux victimes des violences sexuelles. [Si vous publiez vos propres vnements, assurez-vous davoir plusieurs ressources disponibles, y compris des matriels provenant dorganismes de communaut locales qui travaillent en faveur des victimes des violences sexuelles; des publications provenant des dpartements de la police locale concernant la nature criminelle des violences sexuelles et les pnalits infliges ceux qui les commettent; etc.] Reprendre la nuit organise aussi une campagne crative intitule Brisez le silence, qui permet aux victimes de viols, dincestes et dabus sexuels (appels dlits du silence cause de la honte qui les entoure) de publier leurs histoires personnelles dabus sexuels. En publiant ces histoires, les organisateurs esprent aider dautres victimes dabus sexuels comprendre quelles ne sont pas seules et, du moins lesprent-ils, les encourager dnoncer ces abus sexuels la police. Vous pourrez en apprendre davantage sur Reprendre la nuit en consultant le site Web de cette organisation,  HYPERLINK "http://www.takebackthenight.org" www.takebackthenight.org. Rflexions sur tre dun commun accord Les disciples Article de fond Il y a des annes, Staline fit construire un village en Pologne appel Nowa Huta, Nouvelle ville. Pour dmontrer les promesses du communisme, il ne pouvait pas changer le pays tout entier en mme temps, mais il pouvait construire une ville nouvelle avec une usine mtallurgique flambant neuf, des appartements spacieux, de nombreux parcs et de larges avenues, comme avant-got de ce qui allait suivre. Plus tard, Nowa Huta devint lun des foyers de Solidarnsz, dmontrant plutt lchec du communisme faire fonctionner mme une seule ville. Que se passerait-il si les chrtiens utilisaient cette mme approche dans la socit sculire, et russissaient? Dans le monde, les chrtiens sont une colonie du vritable foyer, a dit Dietrich Bonhoeffer. Les chrtiens devraient peut-tre travailler avec plus dnergie tablir des colonies du royaume de Dieu qui dirigeraient notre attention vers notre vritable foyer. Trop souvent, lEglise nous tend un miroir qui reflte la socit qui lentoure, au lieu dune fentre qui nous rvle une manire diffrente de vivre. Si le monde mprise un pcheur notoire, lEglise aime ce pcheur. Si le monde met fin laide aux pauvres et ceux qui souffrent, lEglise lui offre la nourriture et la gurison. Si le monde opprime, lEglise relve ceux qui sont opprims. Si le monde fait honte un exclus de la socit, lEglise proclame lamour rconciliant de Dieu. Si le monde recherche le profit et la ralisation de soi-mme, lEglise recherche le sacrifice et le service. Si le monde exige un chtiment, lEglise dispense la grce. Si le monde se divise en factions, lEglise sunit dans lunit. Si le monde dtruit ses ennemis, lEglise les aime. Cest du moins la vision de lEglise dans le Nouveau Testament: une colonie du ciel dans un monde hostile. Dwight L. Moody a dit: Sur cent hommes, un seul lit la Bible, et les 99 autres lisent le chrtien. Philip Yancey, Whats So Amazing About Grace? (Quy a-t-il de si tonnant dans la grce?) Moment de partage (en petits groupes) Discutez la vision de lEglise, appele une colonie du ciel dans un monde hostile. Remarquez les prpositions: du ciel dans un monde hostile. Pourquoi est-ce important que ce ne soit pas lide dune enclave, mais de celle dune famille laquelle dautres personnes sont invits se joindre? Comment ceci saccorde-t-il avec lide de Paul, dtre des ambassadeurs (2 Corinthiens 5:20)? Discutez quelques applications pratiques du troisime paragraphe. DISCUTEZ: Sur cent hommes, un seul lit la Bible, et les 99 autres lisent le chrtien. Quelles implications ceci a-t-il pour votre tmoignage? Rflexion Jouez des scnes reprsentant le contraste et la diffrence entre lEglise considre comme un miroir et lEglise considre comme une fentre. Rflexions sur tre dun commun accord Les dirigeants Histoire Vu den haut Au cours de nos vacances dune semaine au Colorado, notre famille sassocia avec plusieurs autres familles et dcida de faire lascension du sommet dun pic de 4000 mtres. Nous devions faire cette ascension de la manire la plus facile: aller en voiture jusqu lextrmit suprieure de la fort, puis grimper pied le dernier kilomtre et demi. Des randonneurs confirms auraient trouv cela ennuyeux; mais, pour une famille avec trois petites filles, cest le maximum que nous pouvions faire. Cette excursion se rvla aussi passionnante que belle. Elle me rappela combien lair tait lger, et ma taille lourde. Pour notre fille de quatre ans, Sara, ce fut doublement difficile. Une chute au cours des premires minutes la laissa avec un genou corch et un pas craintif. Elle ne voulait plus marcher. En fait, elle refusait de marcher. Elle voulait tre porte. Dabord sur mon dos, puis dans les bras de Maman, puis sur mon dos, puis sur le dos dun ami, puis sur mon dos, puis dans les bras de Maman. Vous imaginez la scne! En fait, vous comprenez comment elle se sentait. Il vous est arriv, vous aussi, de tomber et de demander de laide. Et vous aussi, vous lavez reue. Nous avons tous besoin daide un jour ou lautre. Notre chemin monte de plus en plus; tellement que certains dentre nous abandonnent. Certains arrtent de grimper. Certains sassoient. Ils sont encore prs du chemin, mais pas dessus. Ils nont pas abandonn lexcursion, mais ils ne la continuent pas non plus. Ils ne sont pas descendus de cheval, mais ils nont pas peronn leur cheval non plus. Ils ne se sont pas rsigns, mais ils ne se sont pas dcids non plus. Ils se sont simplement arrts de marcher. Ils passent beaucoup de temps assis autour du feu causer de comment les choses taient autrefois. Certains restent assis la mme place pendant des annes. Ils nont pas envie de changer. Leurs prires ne sont pas devenues plus profondes. Leur dvotion au Seigneur na pas augment. La passion ne les anime pas. Quelques-uns mme deviennent cyniques. Malheur au voyageur qui les invite reprendre leur route! Malheur au prophte qui les dfie de voir la montagne! Malheur lexplorateur qui leur rappelle leur vocation! Les plerins ne sont pas les bienvenus ici! Et cest ainsi que le plerin continue son chemin, pendant que le colon sinstalle. Sinstalle dans la monotonie. Sinstalle dans la scurit. Sinstalle dans les congres. Jespre que vous nagissez pas ainsi. Mais, si cest le cas, jespre que vous ne mprisez pas le plerin qui vous invite reprendre la route. a vaut la peine de continuer la route! En tentant, sans succs, de convaincre Sara de marcher, jessayai de lui dcrire ce que nous allions voir. Ce sera si joli! lui dis-je. Tu verras toutes les montagnes, et le ciel, et les arbres! Pas de chance! Elle voulait tre porte. Ctait une bonne ide, cependant, mme si a na pas march. Rien ninstille autant dnergie dans un voyage que la vision du sommet de la montagne. Au fait, un paysage magnifique vous attend aussi. Lauteur de lptre aux Hbreux nous donne un aperu du ciel dans le style du National Geographic. Ecoutez comment il nous dcrit le sommet de la montagne de Sion: il nous dit que, quand nous atteindrons cette montagne, nous verrons la cit du Dieu vivant des myriades danges lassemble des premiers-ns inscrits dans les cieux Dieu, juge de tous; des esprits des justes parvenus la perfection Jsus, mdiateur dune nouvelle alliance du sang de laspersion, qui parle mieux que celui dAbel (Hbreux 12:2224). Quelle montagne! Ne sera-ce pas magnifique de voir les anges? De savoir enfin quoi ils ressemblent et qui ils sont? De les entendre raconter les fois o ils se sont tenus nos cts, mme dans notre propre maison? Imaginez la rencontre des premiers-ns. Une runion de tous les enfants de Dieu. Plus de jalousie! Plus de concurrence! Plus de divisions! Plus de hte! Nous serons parfaits, sans pch. Plus de chutes! Plus de faux pas! Plus de dsirs malsains! Plus de ragots! Plus de rancunes! Et imaginez-vous ce que ce sera de voir Dieu; de pouvoir regarder enfin le visage de votre Pre; de sentir Son regard se poser sur vous, et ceci pendant lternit! Quelle montagne! Jsus y sera. Vous avez dsir Le voir. Ce sera enfin possible. Il est intressant de remarquer ce que nous verrons, daprs lcrivain sacr. Il ne mentionne pas le visage de Jsus, et pourtant nous le verrons. Il ne nous parle pas de Sa voix, et pourtant elle se fera entendre avec force. Il mentionne une partie du corps de Jsus que la plupart dentre nous ne penserions pas voir: il nous dit que nous verrons le sang de Jsus; lcarlate de la croix; ce liquide vivant qui schappa de Son front, de Ses mains, de Son flanc. Le sang humain du divin Christ, couvrant nos pchs, proclamant ce message: nous avons t rachets. Nous ne pouvons plus tre vendus. Jamais! Quel moment! Quelle montagne! Croyez-moi lorsque je vous dis que cela en vaudra la peine! Il vaut la peine dy mettre nimporte quel prix. Si vous devez en payer le prix, payez-le! Aucun sacrifice nest trop grand. Sil le faut, laissez vos bagages sur la piste, laissez-les! Aucune perte ne peut se comparer cela. Quoi quil vous en cote, faites-le! Pour lamour du ciel, faites-le! Cela en vaudra la peine, je vous le promets. Un seul coup dil sur le sommet justifiera les souffrances du chemin. Au fait, notre groupe a tout de mme atteint le sommet de la montagne. Nous avons pass environ une heure au sommet, faire des photos et admirer le paysage. Plus tard, en descendant de la montagne, jai entendu ma petite Sara sexclamer firement: Je lai fait! Jai ri sous cape. Non, ma chrie, tu ne las pas fait! ai-je pens. Cest ta Maman et moi qui lavons fait. Ce sont les amis et la famille tont amene au sommet de cette montagne. Ce nest pas toi qui las fait! Mais je nai rien dit. Je nai rien dit, parce que cest le mme traitement que celui que je reois. Et vous aussi. Nous pouvons penser que cest nous qui grimpons, alors que Quelquun nous porte sur Son dos. Nous sommes ports sur le dos du Pre qui a vu notre chute; du Pre qui veut que nous arrivions la maison; dun Pre qui ne Se fche pas lorsque nous sommes fatigus. Aprs tout, Il sait ce que cest que de grimper sur une montagne. Lui aussi la fait pour nous! Max Lucado, When God Whispers Your Name (Lorsque Dieu murmure votre nom) Rflexion O en tes-vous dans votre cheminement spirituel? Etes-vous encore en route, ou vous tes-vous installs? Une mauvaise exprience vous a-t-elle donn un esprit craintif? Que doit-il se passer pour vous faire reprendre la route? Moment de partage (en petits groupes) Discutez comment vous pouvez encourager les autres tout le long du chemin. Discutez chaque scnario possible: les autres plerins; ceux qui viennent dabandonner le chemin; ceux qui ne sont pas intresss y retourner; ceux qui nont pas encore commenc le suivre; et tout autre scnario auquel vous pouvez penser. Quel rle pouvez-vous jouer pour les encourager atteindre le sommet de la montagne, pour voir ce que Dieu nous a rserv? Discutez comment une claire vision du sommet de la montagne pourra vous aider dans votre difficile ascension (rflchissez sur Proverbes 29:18). Cherchez ensemble ce qui pourrait tenter les plerins de sinstaller. Comment pouvez-vous faire face ces dfis, qui sont bien rels? Rflexions sur tre dun commun accord Lvanglisation Article de fond Jsus avait lintention de Se retirer et dtre seul. Et que sest-il pass? Pourquoi ne leur a-t-Il pas dit de se disperser? Quest-ce qui La amen changer davis et passer la journe avec les gens quIl essayait dviter? La rponse? Regardez ce qui nous est dit dans Matthieu 14:14: Il en eut compassion. Lorsque Matthieu crit que Jsus en eut compassion, il nest pas en train de nous dire que Jsus a ressenti une piti fortuite pour eux. Non, ce terme est beaucoup plus descriptif. Matthieu est en train de nous dire que Jsus a ressenti leur souffrance dans Ses entrailles: Il a senti la claudication des boiteux. Il a senti la souffrance des malades. Il a senti lisolement des lpreux. Il a senti lembarras des pcheurs. Une fois quIl a senti leur souffrance, Il ne pouvait pas Sempcher de les gurir. Leurs besoins Lui tenaillaient lestomac. Il tait si touch par leurs besoins quIl en oubliait les Siens. Il tait si touch par leurs souffrances quIl en oubliait les Siennes. Cest peut-tre aussi pour cette raison que Dieu place dans votre monde des gens qui souffrent. Solitude sans service gale gosme. Un peu de solitude et un peu de service, cependant, gale perspective. Max Lucado, In the Eye of the Storm (Dans lil de la tempte) Moment de partage (en petits groupes) DISCUTEZ: Solitude sans service gale gosme. Un peu de solitude et un peu de service, cependant, gale perspective. Pourquoi est-il important de rpondre aux besoins des autres spcialement lorsquon na pas envie de le faire? Pourquoi est-il important de mettre part des moments tranquilles avec le Seigneur? Comment faites-vous pour voir toutes choses dans la perspective convenable? Lisez le deuxime chapitre des Actes des aptres: en quoi tre dun commun accord (verset 46) avec les autres met-il votre tmoignage en valeur? Imaginez ce que cela aurait t dtre prsents dans cette salle. Les bons jours, les disciples ntaient pas unis, discutant lequel serait assis la droite de Jsus. Combien plus aprs quils aient abandonn Jsus au moment de Son arrestation! Ils avaient quelques problmes rgler! Quels problmes devez-vous rgler dans votre vie? Quels problmes doivent tre rgls dans votre glise? Identifiez des manires pratiques de raliser cela, car, lorsque les croyants ne sont dun commun accord, Dieu envoie la Pentecte! Rflexions sur tre dun commun accord Le service Citation Seigneur, fais de moi un canal de Ta paix! L o il y a la haine, que je sme lamour, L o il y a blessure, le pardon, L o il a le doute, la foi, L o il y a le dsespoir, lesprance, L o il y a les tnbres, la lumire, L o il y a la tristesse, la joie. Oh, divin Matre, accorde-moi de pouvoir Non pas tellement chercher tre consol qu consoler, Non pas tellement chercher tre compris qu comprendre, Non pas tellement chercher tre aim qu aimer; Car cest en donnant que nous recevons, Cest en pardonnant que nous sommes pardonns, Cest en mourant que nous nous veillons la vie ternelle. Saint Franois dAssise Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Soupe populaire: si vous ouvrez une soupe populaire, votre principale priorit devra tre de constituer une quipe de collaborateurs qui pourront sengager travailler rgulirement pendant une priode fixe de temps (six mois, un an, etc.). Puis, commencez en programmant une soupe populaire le samedi ou le dimanche dans le btiment dune communaut locale qui possde une installation de cuisine publique approuve. Donnez-lui un nom accrochant et crez un environnement qui puisse communiquer chaleur et joie et faire savoir aux gens quils sont les bienvenus. Crez un menu qui soit simple, mais dlicieux, avec quatre ou cinq combinaisons de sandwichs et de soupes qui soient saines, nourrissantes et visuellement attrayantes. [Il est important dviter cette ide que ceux qui manquent de nourriture se contenteront dun sandwich insipide.] Compte tenu du fait que votre quipe se compose de volontaires et que votre loyer est gratuit, votre nouveau Caf Paris pourra tre financ par une trs petite base de clientle payante. Fixez un prix pour les clients qui paient, et ne manquez pas dinviter des groupes locaux de jeunes et toutes vos connaissances habitant votre rgion se manifester et soutenir financirement cet effort. Pour assurer la dignit de ceux qui ne peuvent pas payer, crez un coupon qui offre une soupe et un sandwich gratuits. Distribuez ces coupons directement aux personnes de votre communaut qui pourraient en avoir besoin, ou bien laissez-les au bureau des services sociaux de votre localit. Vous pourriez aussi envisager dinstaller une table dinformation dans le caf lui-mme. Cette table pourrait prsenter des informations sur les services publics de la ville qui rpondent diffrents besoins sociaux. Vous trouverez des informations sur la manire dont la Coalition contre la faim de New York dirige ses soupes populaires ladresse suivante:  HYPERLINK "http://www.nyccah.org" www.nyccah.org. Rflexions sur la vie quotidienne Les disciples Histoire William Borden tait millionnaire, diplm de Yale. Ctait un jeune homme beau et privilgi. Dieu lappela dans la cause des missions mondiales, et il rpondit Oui. Ses amis pensrent quil tait devenu fou. Lun dentre eux lui crivit: Tu te jettes la poubelle. Ceci ne larrta pas. Mais, lge de 25 ans, en 1913, lors de son voyage vers la Chine, Borden contracta la mningite et en mourut. Il laissa une note avant de mourir, qui disait simplement: Ni rserves, ni retraite, ni regrets. Toute sa vie tait incluse dans cette dclaration. Un ami crivit de lui: Personne naurait pu savoir, daprs sa vie et sa conversation, quil tait millionnaire; mais personne ne pouvait sempcher de reconnatre que ctait un chrtien. Dans le livre favori de Borden, il avait soulign cette phrase: La condition humaine suprme de la plnitude de lEsprit est une vie totalement abandonne la volont de Dieu. Borden se confiait dans la promesse exprime dans 1 Jean 2:17: Le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volont de Dieu demeure ternellement. Michael Luc, Making Worship a Lifestyle and not an Event (Faire du culte un style de vie et non une crmonie) Moment de partage (en petits groupes) Pouvez-vous vraiment dire de votre vie: Ni rserves, ni retraite, ni regrets? Pourquoi/pourquoi pas? Si vous ne le pouvez pas, quest-ce qui a besoin dtre chang? A quoi ressemblerait votre vie? Si oui, quest-ce qui vous rend capables de le dire de votre vie? Comment pouvez-vous encourager les autres vivre de cette manire? Comment pouvez-vous continuer avoir cette attitude tout en tant srs que les autres ne vous comprennent pas? DISCUTEZ: Personne naurait pu savoir, daprs sa vie et sa conversation, quil tait millionnaire; mais personne ne pouvait sempcher de reconnatre que ctait un chrtien. A quoi ressemblerait votre vie en quoi serait-elle diffrente si elle tait totalement abandonne la volont de Dieu? Rflexions sur la vie quotidienne Les dirigeants Article de fond Nous ne sommes pas sauvs seulement pour tre les instruments de Dieu, mais pour tre Ses fils et Ses filles. Il ne fait pas de nous des agents spirituels, mais des messagers spirituels, et le message doit faire partie de nous-mmes. Le Fils de Dieu tait Son propre message: Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie (Jean 6:63). En tant que disciples, notre vie doit tre un saint exemple de la ralit de notre message. Mme le cur naturel des perdus servira Dieu sil est appel le faire; mais il faut un cur bris par la conviction du pch, baptis par le Saint-Esprit et amen la soumission pour servir les desseins de Dieu et pour faire de la vie dune personne un saint exemple du message divin. Oswald Chambers, My Utmost for His Highest (Faire de mon mieux pour le Trs-Haut) Moment de partage (en petits groupes) Que signifie le message doit faire partie de nous-mmes? Discutez les trois lments prsents par Chambers: (1) un cur bris par la conviction du pch頻; (2) baptis par le Saint-Esprit; et (3) amen la soumission pour servir les desseins de Dieu? Cherchez ensemble des exemples de personnages bibliques (et peut-tre quelques-uns extrieurs la Bible) qui, daprs le sentiment du groupe, ont vcu leur message de cette manire dans leur vie quotidienne. Quelles sont les caractristiques communes partages par ces individus? Rflexions sur la vie quotidienne Lvanglisation Article de fond On pourrait penser que nous ne croyons pas la Trinit. Nous parlons du Pre et tudions le Fils; mais, lorsque nous arrivons au Saint-Esprit, nous sommes, au mieux, dans la confusion, et, au pire, effrays. Dans la confusion, parce que personne ne nous la jamais appris; effrays, parce quon nous a appris avoir peur. Puis-je simplifier un peu les choses? Le Saint-Esprit est la prsence de Dieu dans notre vie; cest Lui Qui poursuit luvre de Jsus. Le Saint-Esprit nous aide dans trois directions: intrieurement (en nous accordant les fruits de lEsprit Galates 5:2224), verticalement (en priant pour nous Romains 8:26), et extrieurement (en dversant lamour de Dieu dans nos curs Romains 5:5). Dans lvanglisation, le Saint-Esprit occupe la place centrale. Si un disciple peut enseigner, cest parce que lEprit enseigne ce disciple (Luc 12:12). Si un auditeur est convaincu, cest parce que lEsprit a pntr dans son cur (Jean 16:10). Si un auditeur est converti, cest par la puissance transformatrice de lEsprit (Romains 8:11). Si un nouveau croyant peut mrir spirituellement, cest parce que lEsprit len rend capable (2 Corinthiens 3:6). Le mme Esprit qui travaillait en Philippe travaille aussi en vous. Certains dentre vous ne me croient pas. Vous tes encore prudents. Je peux vous entendre murmurer, tout en lisant le texte biblique: Philippe avait quelque chose que je nai pas. Je nai jamais entendu la voix dun ange. Ce quoi je rponds: Comment savez-vous si Philippe a entendu la voix dun ange? Nous supposons quil la entendue. On nous a appris quil la entendue. Les personnages du flanellographe disent quil la entendue. Un ange dirige sa trompette vers loreille de Philippe et sonne cette annonce; et Philippe na pas le choix. On ne peut pas nier des lumires qui scintillent et des ailes qui palpitent! Le brave diacre a d y aller. Mais notre supposition pourrait-elle tre fausse? Se peut-il que la voix de lange ait t tout aussi miraculeuse que celle que vous et moi entendons? Alors? Vous avez entendu la voix qui murmurait votre nom, nest-ce pas? Vous avez senti le coup de coude vous invitant aller et lincitation parler. Cela ne vous est-il jamais arriv? Vous invitez un couple chez vous. Rien dhroque, juste une gentille soire avec de vieux amis. Mais, ds quils entrent, vous sentez la tension. Ils sont plus froids que des glaciers. Vous savez que quelque chose ne va pas. Vous ntes pas du genre demander, mais vous ressentez un souci que vous ne pouvez pas rduire au silence. Et vous leur demandez. Vous assistez une runion daffaire dans laquelle un de vos collaborateurs est svrement critiqu. Tous les autres pensent: Heureusement que ce nest pas moi! Mais le Saint-Esprit vous amne penser: Comme a doit tre douloureux! De sorte que, une fois cette runion termine, vous vous approchez de cet employ et exprimez votre souci. Vous remarquez quelquun de lautre ct de la chapelle. Il a lair de ne pas tre sa place, avec ses tranges vtements, etc. Vous apprenez quil vient dun autre pays, et quil est ici pour affaires. Le sabbat suivant, il est de nouveau prsent. Le troisime sabbat aussi. Vous vous prsentez. Il vous dit quil est fascin par la foi et dsire en apprendre plus. Plutt que doffrir de lui enseigner ce quil dsire, vous lencouragez simplement lire la Bible. Plus tard dans la semaine, vous regrettez de ne pas avoir t plus direct. Vous tlphonez au bureau o il travaille et apprenez quil rentre chez lui le jour mme. Vous savez dans votre cur que vous ne pouvez pas le laisser partir comme a. Vous vous prcipitez laroport et le trouvez, attendant le dpart de son avion, une Bible ouverte sur les genoux. Comprenez-vous ce que vous lisez? lui demandez-vous. Comment le pourrais-je, si quelquun ne me lexplique? rpond-il. Et vous voil, comme Philippe, lui expliquant la Bible. Et lui, comme lEthiopien, croit. Il demande le baptme, et le baptme lui est accord. Il prend un avion plus tard, et vous avez eu un aperu de ce que signifie tre guid par lEsprit. Y a-t-il eu des lumires? Vous en avez seulement allum une. Y a-t-il eu des voix? Vous avez t lune de ces voix. Y a-t-il eu un miracle? Vous venez den voir un. Qui sait? Si la Bible avait t crite aujourdhui, votre nom pourrait figurer dans le chapitre 8 des Actes des aptres. Max Lucado, When God Whispers Your Name (Lorsque Dieu murmure votre nom) Textes bibliques Lisez les textes suivants et remarquez le rle du Saint-Esprit dans le tmoignage: Jean 15:26; 16:13, 14 Actes 1:8; 6:10 Actes 4:31 1 Corinthiens 2:1012 2 Corinthiens 1:21, 22 Lisez Actes 6 et 7 en notant chaque mention du Saint-Esprit. Quel rle le Saint-Esprit a-t-il jou dans la vie et le tmoignage dEtienne? Quel rle le Saint-Esprit joue-t-il dans votre vie et dans votre tmoignage? Moment de partage (en petits groupes) Discutez les rles du Saint-Esprit: accorder le fruit de lEsprit; prier pour nous; et rpandre lamour de Dieu dans notre cur. Si nous recevons le fruit de lEsprit et si lEsprit prie pour nous, comment pouvons-nous nous reposer sur lamour de Dieu? Cet amour ntait pas destin tre gard pour nous-mmes, mais partag. Revoyez le troisime paragraphe qui nous montre comment le Saint-Esprit occupe la place centrale dans lvanglisation. Comment cela vous aide-t-il surmonter les craintes que vous pourriez avoir dans votre tmoignage si vous savez que tout le travail est ralis par le Saint-Esprit? Discutez comment le Saint-Esprit occupe la place centrale dans lvanglisation, et pourtant Dieu choisit de travailler par le moyen dinstruments humains. Philippe aurait pu dire Non, tout comme Jonas a essay de le faire; mais combien cest mieux lorsque nous choisissons de travailler sous la direction du Saint-Esprit! Discutez les avantages quil y a suivre la direction imprime par le Saint-Esprit. Rflexions sur la vie quotidienne Le service Citations Il y a deux choses faire avec lEvangile: le croire et le vivre. Anon Si vous voulez que je croie votre Rdempteur, vous devez avoir lair un peu plus rachet. Friedrich Nietzsche Vous crivez un Evangile, Un chapitre chaque jour, Par les actes que vous faites, Et les mots que vous prononcez. Les gens lisent ce que vous crivez, Que ce soit faux ou vrai; Daprs vous, quest-ce que lEvangile? Anon Prchez lEvangile avec toute votre vie, et, si cest ncessaire, avec des mots. Saint Franois dAssise Faites tout le bien que vous pouvez Par tous les moyens que vous pouvez De toutes les manires que vous pouvez Partout o vous pouvez Pour toutes les personnes que vous pouvez Aussi longtemps que vous le pouvez. John Wesley Le service IDES DE PROJET DE SERVICE Donnez aux personnes ges. Une petite ville rurale dans le Nord-Ouest des Etats-Unis a trouv une merveilleuse manire dapprendre aux enfants donner aux personnes ges. Cette ville na quune seule cole, et un seul centre de convalescence. Puisque de nombreux enfants de lcole ont des membres de leur famille qui sont pensionnaires dans ce centre, cette ville a mis au point une manire de rapprocher ces deux groupes. Les petites classes sont typiques de nimporte quelle cole; elles font faire des travaux manuels leurs lves un jour sur deux (du moins, cest ce quil semble). Ces travaux manuels sont un bon instrument dapprentissage en crativit, mais, malheureusement, ils sont gnralement jets la fin de la semaine, sinon la fin de la journe. Cependant, cette cole particulire a trouv une solution crative. Les jours de cong et autres journes spciales, les enfants des petites classes font des cartes et des travaux manuels pour les pensionnaires du centre de convalescence. Celui-ci fait plaisir voir lors de ces journes spciales, et les personnes ges apprcient vraiment ce qui est fait pour elles. Si votre ville possde un foyer de convalescence, vous pouvez suivre lexemple de cette petite ville. Commencez par visiter ce centre pour faire la connaissance de quelques-uns de ses pensionnaires. Si vous vous sentez vraiment ambitieux, impliquez-y les jeunes enfants de votre glise, qui feront des cartes pour les personnes ges. Demandez aussi quelques lves des classes prscolaires de votre rgion de participer, et, si possible, que les enfants apportent eux-mmes leurs cartes et leurs travaux manuels. La raction des personnes ges nen sera que plus grande!  Henri J.M. Nouwen, In the Name of Jesus (Au nom de Jsus).  Max Lucado, When God Whispers Your Name (Lorsque Dieu murmure votre nom).  Philip Yancey, Whats So Amazing About Grace? (Quy a-t-il de si tonnant dans la grce?)  Ibid..  Sren Kierkegaard, Provocations.  Ibid.  Ibid.     PAGE  PAGE 136    #.9?@ABCïïs]G1G]G]*hZhR5:CJ0OJQJaJ0mH sH *hZhHc5:CJ0OJQJaJ0mH sH *hZh5:CJ0OJQJaJ0mH sH 'hZh/:5CJ0OJQJaJ0mH sH 'hZh5CJHOJQJaJHmH sH 'hZh|5CJHOJQJaJHmH sH 'hZh8z5CJHOJQJaJHmH sH 'hZhHc5CJHOJQJaJHmH sH 'hZh5CJ0OJQJaJ0mH sH 'hZh4 5CJ0OJQJaJ0mH sH !"#AF]^_`l K L $a$gd$a$gdgd }gd$a$gd pCqjqxqCDFS[\]_`cfghklopquvzi*hZhjfq5:CJ,OJQJaJ,mH sH hZhYOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhHcOJQJmH sH 'hZh8z5CJ0OJQJaJ0mH sH 'hZh5CJ0OJQJaJ0mH sH *hZh5:CJ0OJQJaJ0mH sH *hZhHc5:CJ0OJQJaJ0mH sH "     - . P U V \ h i |m||||a|||a|m|||hZOJQJmH sH hZh4 OJQJmH sH hZhHcOJQJmH sH hZh_~OJQJmH sH hZhjfqOJQJmH sH ,jhZhhOJQJUmHnHsH u'hZhjfq5CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhjfq5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhHc5:CJ,OJQJaJ,mH sH &        ) * 1 2 B E G I W X [ \  % @ F I L O \ g m ʻʻhZhROJQJmH sH hZh.GOJQJmH sH h.GOJQJmH sH hZOJQJmH sH hZhHcOJQJmH sH hZhjfqOJQJmH sH D   " $ % & ' ) B E M P T U e f      ֘'hZh 5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhjfq5CJ,OJQJaJ,mH sH hZhOJQJmH sH h.GOJQJmH sH hZhZOJQJmH sH hZhjfqOJQJmH sH hZhHcOJQJmH sH hZOJQJmH sH 4L D E     ! 9 : X Y m n $ X `a$gdEc7 $ X a$gdEc7$a$gd$a$gd        ! # ( * 1 4 5 6 7 8 9 : A C D J K L M U V uffuWWuhZh[a<OJQJmH sH hZh2OJQJmH sH hZhEc7OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhbfOJQJmH sH hZhWlOJQJmH sH hZh`zOJQJmH sH ,jhZh2OJQJUmHnHsH u'hZhjfq5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh 5CJ,OJQJaJ,mH sH V W X Y e i j l m n o r t |  ĵpahZhMOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZOJQJmH sH hZh^OJQJmH sH hWlOJQJmH sH hZhEc7OJQJmH sH hZhTsGOJQJmH sH hZh2OJQJmH sH hZhWlOJQJmH sH hZhjOJQJmH sH % ĵ||m||a||hOJQJmH sH hZh&OJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZh^OJQJmH sH h^OJQJmH sH hZh2OJQJmH sH hZh`zOJQJmH sH hZhBbOJQJmH sH hZhEc7OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh[a<OJQJmH sH &  *+78FGWXtugd$a$gd[a<$a$gdo $ X a$gdEc7 %&')*+2346789>?BCDEFGIJLMPRSVWXezǸǸǩpppaahZh+OJQJmH sH hZhNROJQJmH sH hv%sOJQJmH sH hZhWlOJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hZh[a<OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh2OJQJmH sH hZh`zOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhEc7OJQJmH sH &(+9:rǻpaUaUahZOJQJmH sH hZhTsGOJQJmH sH hZhWnOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhaJOJQJmH sH hZh[a<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hOJQJmH sH hZh2OJQJmH sH hZhWlOJQJmH sH hOJQJmH sH hZh3OJQJmH sH rstuvyz}ĮnZFZn3$hZh'rCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhH5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZho5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh'r5CJ,OJQJaJ,mH sH *hZho5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh4 5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh'r5:CJ,OJQJaJ,mH sH hZhjfqOJQJmH sH hZh`zOJQJmH sH hZhTsGOJQJmH sH hZhjkOJQJmH sH !"$)*+,1235678ij˼~nnnnnnhZh76OJQJmH sH h@Bh" LOJQJmH sH h@Bh4 OJQJmH sH hZh4 6OJQJmH sH hZhT6OJQJmH sH h@BhTOJQJmH sH hZh_~OJQJmH sH hZh'rOJQJmH sH ,jhZhOTOJQJUmHnHsH u+"23 ()78V$hh]h^ha$gdPJgdO $hh]h^ha$gdPJh`hgd & Fgd$a$gd4 gd4 gd+-.136jl13߳'hZh5 5CJOJQJaJmH sH !h@B5CJOJQJaJmH sH hvh" LOJQJmH sH hvh_~OJQJmH sH h@B6OJQJmH sH hZhe6OJQJmH sH hZh4 6OJQJmH sH hZh76OJQJmH sH .  !()+,-./0123456789:KMNOQRSW`ĴԤԴԤԤԤԤwwwwwwwwwwwwhZhO OJQJmH sH hZh2pOJQJmH sH hZh88>OJQJmH sH hZh5 5OJQJmH sH hZh'r5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhe5OJQJmH sH h@B5OJQJmH sH hZh5 OJQJmH sH .`abfghijoprs !",-2349:>?BCIMOacfghi h@BOJQJmH sH hZh2pOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH T  !#$-KL_`covw~   67┠hvOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH hvOJQJmH sH h[OJQJmH sH h@BOJQJmH sH hZh@BOJQJmH sH hZh2pOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH :7MUVWXY`ajrstvxyz{|~ "&'*+,CEF_`h[OJQJmH sH hvOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhXOJQJmH sH P)468OUVW^_`adlmoz|~̽̽ۮ۞ێhv6OJQJmH sH hZhI6OJQJmH sH hZhO 6OJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZhPJOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH )jhZhO 0JOJQJUmH sH 23<ABCIJKMUVdnopqrstҩhZhO 6OJQJmH sH hvOJQJmH sH hv6OJQJmH sH hZhI6OJQJmH sH hZhIOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH B%Q2 !!!I#$%%&&'$ X ]^a$gdPJ ]^gdO $hh]h^ha$gdPJgdO $hh]h^ha$gdPJ  $+,6789:?FGOQR^abez #6OQRTbfjk#'hZh= OJQJmH sH hvOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH N'2fg$&9;=>PQRYZ]sz|}>@OQ]_r|}hZhTOJQJmH sH hvOJQJmH sH hZh= OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH N')BCDkl  8 9 ; < = > D b j o q !!ƶƶ֧֧֧֧֧֧֧֧֧֧֧֧֧֧֧hZh.,AOJQJmH sH hZh#hOJQJmH sH hZhO 6OJQJmH sH hZhT6OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hvOJQJmH sH 9!!!!!!!!!!!!!!!!!!!B"F"V"X"""""""""""""""""######&#,#2#4#6#9#:#H#I#ӻӫӫhZh oOJQJmH sH hZhO 6OJQJmH sH hZh#h6OJQJmH sH ha!OJQJmH sH h(OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZh#hOJQJmH sH hZh!u]OJQJmH sH 4I#J#M#N#W#[#\#^#_#a#c#d#j#m############################$ $$$$$$$$$$$ $!$;$=$>$C$F$G$K$b$c$g$i$$ӸӨhZhR6OJQJmH sH h(OJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZh oOJQJmH sH hZhuKOJQJmH sH B$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$%%%% % % %%%%%%%#%$%*%+%.%1%3%񾯾hZh|OJQJmH sH ha!h 6OJQJha!6OJQJha!hO 6OJQJha!hO OJQJmH sH ha!hROJQJmH sH )jhZhO 0JOJQJUmH sH hZhROJQJmH sH hZhO OJQJmH sH -3%7%:%;%J%O%P%Q%R%T%V%X%Z%]%n%t%u%v%w%x%y%z%%%%%%%%%%%%%%%&&&& & &&&&&& &!&"&P&R&S&\&b&r&s&&&&&&&&&&&֩֩֩hZhe=OJQJmH sH hZh0OJQJmH sH hZh!u]OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhROJQJmH sH h0OJQJmH sH B&&&&&&&&&&''-'.'6'7';'<'^'_'e'f'g'h'i'j'k'l's'u''''''''''''''''''''' (((( (7(9(J(K(S(W(X(Z(((((hZhR4OJQJmH sH h-he=6OJQJmH sH h0OJQJmH sH hZh0OJQJmH sH hZhe=OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH B'',+-+,,--G/H/001122{3|34gdO $a$gdO $ ]^a$gdPJ$hh]h^ha$gdPJ$]^a$gduK ]^gdO $ X ]^a$gdPJ((((((((((((())i)j)l)q))))))))))))))))))3*5*C*M*b*c*l*m*p*q*}*~****ӷh OJQJmH sH hVOJQJmH sH hZhR46OJQJmH sH hZhe=6OJQJmH sH hZhO 6OJQJmH sH h0OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhR4OJQJmH sH hZhe=OJQJmH sH 2*******+$+%+*+-+B+Q+y+|++++++++++++++++++++++++++++++,,,,,,,,,!,",%,.,/,0,1,R,T,_,c,񻯻񻣻h OJQJmH sH h0'iOJQJmH sH hZhkOJQJmH sH h0OJQJmH sH hVOJQJmH sH hZhR4OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH @c,d,g,i,k,m,p,q,w,x,y,{,,,,,,,,,,,,,------!-+-5-;->-?-@-A-I-J-K-M-O-P-R-S-]-_-e-g-h-i-l-q-{------------hZh;qOJQJmH sH h OJQJmH sH )jhZhO 0JOJQJUmH sH h0'iOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhkOJQJmH sH A----- . ...S.U.V.X.Y.Z..................//////$/&/,/-/0/1/2/7/E/H/n///////ӬӬhZh.,AOJQJmH sH hCOJQJmH sH hZh8OJQJmH sH h OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZh;qOJQJmH sH hZhkOJQJmH sH 6//////////0000000&0(0B0C0D0H0M0N0T0U0z0{00000000000111111 1%1@1B1C1F1J1Q1[1_1a1w1x1z1|1}111ֻʬʬʬhZheOJQJmH sH hZh~x3OJQJmH sH hZh.,AOJQJmH sH hCOJQJmH sH hZh8OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hkuOJQJmH sH >11111111111111111111112222K2M2P2R2}2~222222222222222̽񞏀ttthkuOJQJmH sH hZhCOJQJmH sH hChO OJQJmH sH hZhe6OJQJmH sH hZheOJQJmH sH hZh~x3OJQJmH sH hZhO 6OJQJmH sH )jhZhO 0JOJQJUmH sH hZhO OJQJmH sH -22222222233$3&3:3;3T3Z3\3`3s3t3y3|333333333333333333344 4-4/424345464<4@4A4F4G4H4q4r4|4~44444444444ʾʾ񯾯hZhuKOJQJmH sH h/<OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hkuOJQJmH sH hCOJQJmH sH hZheOJQJmH sH E4466\9]9;}>~>g?h?AACCSFTFGGKKNNMQNQ\Q$a$gdgd$a$gd,P:$hh]h^ha$gdPJ444444444455(5*5?5@5D5L5M5N5Q5V5W5X5Y5\5`5a5b5g5i5k5y55555555555556666#6$6q6t6v6w6y6z66666666666666ӻǯӯhkUOJQJmH sH hrOJQJmH sH h/<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZheOJQJmH sH E666666777777707176787X7Y7\7^7b7d7k7m7t7x7z7|777777777777777777777777777788/808@8L8]8_8`8g8i8k8n8o8p888888hIOJQJmH sH hkUOJQJmH sH h/<OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhbOJQJmH sH K888888888888999999999999(9)9*9+9,9-9M9O9[9]9b9d9e9g9m9o9p9999999999: : :O:P:R:S:T:U:V:X:Y:Z:[:\:c:h:i:j:|:~:::hZhLOJQJmH sH hZhkUOJQJmH sH hIOJQJmH sH hZhbOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH H:::::::::::::;;;;;;;;;!;";#;$;';.;0;6;:;M;N;^;`;j;k;t;u;;;;;;;;;;;;;;;;;< <!<"<%<7<B<E<J<[<ӸӸǬhOJQJmH sH hZhSOJQJmH sH hIOJQJmH sH hZhhOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhLOJQJmH sH @[<g<i<v<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<====+=.=/=2=6=7=M=O=c=d=h=i=j=|=}==================ֻֻ֯֠֯֠hZhSOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH hIOJQJmH sH hZhhOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hziOJQJmH sH ?===== > >>>>> >#>$>%>>>?>H>J>Y>Z>v>w>|>~>>>>>>>>>>>>>??"?$?%?&?*?O?Y?e?f?񸝸y)jhZhO 0JOJQJUmH sH hZhuKOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hziOJQJmH sH hZhSOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH hZhhOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH /f?h?s?v???????????????????@@ @ @ @'@C@E@e@g@h@i@j@k@l@m@n@o@q@s@t@u@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@AA AhZhOJQJmH sH hZhuKOJQJmH sH hZhYOJQJmH sH hZhSOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH G AAAAAAA"A#A&A'A(A)A*A,A3A4A7A:A;AA?AAAFAKALAWAXAzA|AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAָ帚hZhO 6OJQJmH sH hZhw4OJQJmH sH hZhziOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhYOJQJmH sH hZhSOJQJmH sH hziOJQJmH sH 4AABBBBBBB"B$B0B{B}BBBBBBBBBBBBC CCC&C'C(C)C*C+C-C.C/C3C4C;C=CACGCdCeChCjCrCyCzC{CCCCCCCCCCCCCDD DDѶѶѶѶѶhZh05[OJQJmH sH hziOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhw4OJQJmH sH hZhw46OJQJmH sH CDDDEDGDDDDDDDDDDD E E=E>E?EFEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEFFRFTFoFpFrFsFtF|F}F~FFFFFFFֻֻֻ嬻hZhO 6OJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hziOJQJmH sH hZhj3OJQJmH sH hZh05[OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hj3OJQJmH sH =FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFGGGG$G%G)G+G/G0GWGXGvGwGxGGGGGGGGGGGGGGHH HHHhZh* OJQJmH sH h* OJQJmH sH hj3h$6OJQJmH sH hZhj3OJQJmH sH hj3OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hZh$6OJQJmH sH 6HH'H+H,H-H/H0H2H:H;HO@OKOLOMOOOPOQOSOpOqOOOOOPPPGPHP_PcPdPePkPmPwP|P}P~PPPPPPPPPPPPPPPPPĵĵhh,P:6OJQJmH sH hZhbTOJQJmH sH hZhkDOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZh,P:OJQJmH sH APP&Q+Q,Q.Q1Q3QKQLQMQNQOQ\Q]Q^Q_Q`QcQjQĵq^H^H2*hZhh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh|5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h%!5:CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhG OJQJUmHnHsH u0hZhh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 'hZh'r5CJ$OJQJaJ$mH sH hZhW4OJQJmH sH hZhO OJQJmH sH hZhbTOJQJmH sH hZh,P:OJQJmH sH hZhkDOJQJmH sH \QkQlQ|Q}QQQQQTOXzXXXXXYY[[[[gdwgdMn $^a$gdH $ & F1a$gdHh`hgdMn$a$gd]*W$a$gdMngd$a$gdjQkQlQ{Q}QQQQQQQQQQQQQQQQʻ}n}anRB2B2BhZh|6OJQJmH sH hZhMn6OJQJmH sH h%!hzOJQJmH sH hMn5OJQJmH sH h_mh_mOJQJmH sH h_mh|OJQJmH sH hZhz5OJQJmH sH hZh|5OJQJmH sH hZhzOJQJmH sH hZh5 OJQJmH sH !h5CJOJQJaJmH sH hZh& OJQJmH sH *hZh~5:CJ,OJQJaJ,mH sH QQQQQQQQQQQQQQQQQR R R R RRRRRRR&R'R)RGRHRJRLRSRURVRXRRĸĩĝssssssddsddddddhZhMnOJQJmH sH h%!OJQJmH sH hZhzOJQJmH sH h_mh_mOJQJmH sH hMnOJQJmH sH h%!h|OJQJmH sH h_mOJQJmH sH h%!hMnOJQJmH sH h%!hzOJQJmH sH h_m6OJQJmH sH hZh|6OJQJmH sH 'RRRRRRRRRRRRRRSSS S SSSSSS S#S$S(S+S,S6SBSCSNSSSTSUSVSZSaSdSnStSwSySSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS TTTTTTTThZh/OJQJmH sH h%!OJQJmH sH hZhzOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH LTTTTTT=T>T_T`T|TTTTTTTTTTTTTTTTUU U UUUU U!U"U#U$U%U&U)U*U-U.U4U6U7UqUsUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUǻǻhZhHOJQJmH sH hHOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH h%!OJQJmH sH hZh/OJQJmH sH hZh%!OJQJmH sH DUUV VVVVVV?VIVXV]VgVhVpVqVrVsV}VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVWW W W WWWWWWWWW;WY|Y~YYYYYYYYYYYYô{{{{{{{{l`lQlhZhROJQJmH sH h_mOJQJmH sH hZh-OJQJmH sH hZh]*WOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hsaOJQJmH sH hZh/u OJQJmH sH hZh5 OJQJmH sH 'hZh5 5CJOJQJaJmH sH 'hZhh5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH YYYYYYYYYZZZZ,Z-Z.Z0Z;Z=ZIZJZLZMZNZZZ\ZhZjZwZ{ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ[ [[[[[0[2[8[9[A[C[hZhROJQJmH sH h_mOJQJmH sH hZh{IOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hOJQJmH sH hZh-OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH >C[E[_[`[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[[űxi]NNiNiNhZhwOJQJmH sH hOJQJmH sH hZh{IOJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH 'hZhw5CJOJQJaJmH sH !h5CJOJQJaJmH sH 'hZh{I5CJOJQJaJmH sH  *hZh_mOJQJmH sH  *h]*WOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh-OJQJmH sH [[[[#\\\]]*^+^,^6^7^i_<`=``ybzb"deh`hgd- ^`gd` ^`gd-h`hgd`gdMngd-gdnO & F gdwgdw[[[[[[[ \\"\#\9\>\?\@\\\]\^\`\w\\\\\\\\\\\\\\\\\] ]]]]]]] ]"]#]$])]1]3]4]6]G]H]I]L]`]a]e]f]g]h]k]m]q]s]t]v]ʻhZh0OJQJmH sH hZh_mOJQJmH sH hwOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZh{IOJQJmH sH hOJQJmH sH Dv]w]x]{]]]]]]]]]]]]]]]^^)^*^+^,^5^6^ǸǸǸ}iUA'hZh-5CJOJQJaJmH sH 'hZhz65CJOJQJaJmH sH 'hZh_m5CJOJQJaJmH sH !hw5CJOJQJaJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhg,#OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhz6OJQJmH sH hZhnOOJQJmH sH h_mOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZh{IOJQJmH sH 6^7^>^?^@^C^I^M^R^V^X^}^~^^^^^^^^^^^^^^^^^^__ _"_8_O_V_]___`_b_h_i_t_v_w_y__________ԶԶԶ৘hpOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh%JyOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhz6OJQJmH sH hOJQJmH sH hZh-OJQJmH sH  *hZh-OJQJmH sH 7_________________``%`'`(`)`;`<`=`>`?`@`A`F`I`V`X`Y`Z`^`a`b`c`e`f`g`i`m```````ǸhpOJQJmH sH hp6OJQJmH sH hZh%Jy6OJQJmH sH hZhMn6OJQJmH sH h"dhMnOJQJmH sH hZh_mOJQJmH sH hMnOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh%JyOJQJmH sH 2````````*a,a3a4a5a7a:aHaIaKaLaMaNaOaPaQaTaUaWamapaqatawa{a|a}a~aaaaaaaaaaaaaaǷ||||||hZhwOJQJmH sH hphMnOJQJmH sH hZhMn6OJQJmH sH hp6OJQJmH sH hZh%Jy6OJQJmH sH h"dh%JyOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hpOJQJmH sH hZh%JyOJQJmH sH 0adbfbwbybzbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbc c c c3c5c6c7c?cAcjckcocuccccccccc d#d.d֝h7OJQJmH sH hZhQ[OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhwOJQJmH sH h"dOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hpOJQJmH sH hZh%JyOJQJmH sH 5.d5d?d@dDdEdHdIdRdXd[d]d^dbdddgdidjdkdmdqdrdvddddddddddddddddddddeeeeIeJeKeLeXeYe^e_e}eeeeeeeӸӸӸhZhddOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hddOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZhQ[OJQJmH sH hZhjOJQJmH sH *OJQJmH sH h`>*OJQJmH sH hZhnO>*OJQJmH sH hZhnOOJQJmH sH hZhdOJQJmH sH h`OJQJmH sH hZh`OJQJmH sH hZh,OJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hdOJQJmH sH (kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk⸨Ĩ~oĨ~Ĩ~`hZh3SOJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hnO>*OJQJmH sH hZhd>*OJQJmH sH h`>*OJQJmH sH hZhnO>*OJQJmH sH hdOJQJmH sH hZhnOOJQJmH sH hZh,OJQJmH sH hZh`OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH %kkll llll=l>lGlJlKlPlRlSl^l_l`lblelmlolulvlwlxlyl{llllllllll÷÷ëҏҏk'hZhnO>*CJOJQJaJmH sH hZhd>*OJQJmH sH hnO>*OJQJmH sH hZhdOJQJmH sH hnOOJQJmH sH hdOJQJmH sH hZh"{OJQJmH sH hZhnO>*OJQJmH sH hZhnOOJQJmH sH hZh,OJQJmH sH %xllllllllmmnnppp'p(p8p9ppr8t,vh`hgdj"h`hgdMn$a$gdgdj"gd{ 0^`0gdgd !gdnOllllllllllll mmmm;mDmEmFmPmWmXmYmZm\mmmmmmmmmmmmmnnnn!nκΦ|mm|mmhZhj"OJQJmH sH hdOJQJmH sH hZh"{OJQJmH sH hZh{OJQJmH sH 'hZh{5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZhqFOJQJmH sH hZh5 OJQJmH sH *!n&n(n;nInSnZn[n\n_n`nnnnnnnnnnnnnoooooo$o%o(o,o0o1o2o3oKoMoVoXo|oooooooooooooooooooopppö'hZh{5CJOJQJaJmH sH hq6OJQJmH sH hZh"{6OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhj"OJQJmH sH hZh"{OJQJmH sH ?pppppppp p!p&p'p(p7pҹqq[E6%!h5CJOJQJaJmH sH hZh,OJQJmH sH *hZh~5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhJ5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh3S5:CJ,OJQJaJ,mH sH 7jhZhG 5CJOJQJUaJmHnHsH u0hZh5 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhJ5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 'hZhF+5CJ$OJQJaJ$mH sH  7p8p9p:pOpPpSpTpXpdplpnpwpxpzp{pppppppppppppppqqqqqqqqqq,q3q4q5qeqgqnqoq|q}q~qqqq;;;;;;;͗;;;;͋;;h0)OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hOJQJmH sH h@OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZhJOJQJmH sH 'hZh,5CJOJQJaJmH sH 5qqqqqqqqqqrrr r r r rrrr+r/r1r2r6r7r8r:r;rCrDrIrJrTr[rlrmrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrӸӸӬĬĬĝӝhZh EOJQJmH sH hOJQJmH sH hPY;OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH 9rrrss0s2sZsbsmsospsqs}ssssssssssssssssssssssssssttttt!t"t&t(t)t+t.t/t5t8t@tAtFtGtStUtctjtktltmtntytttttttĸhOJQJmH sH hZh EOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh[hOJQJmH sH Htttttttu uuuuuuuuDuNuOuPuQuUuYuZuwuxuyuzu{u|u~uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuv)v,v.vĸĸĬhhMnOJQJmH sH hOJQJmH sH h0)OJQJmH sH hZh EOJQJmH sH hZhv OJQJmH sH hZh[hOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH >.v9vCvGvIvJvQvRvSvTvUvVvsvyv{v|vʻʑt`L`8'hZh,5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hh0)5OJQJmH sH h,5OJQJmH sH hhMnOJQJmH sH hROJQJmH sH h`h EOJQJmH sH h`hROJQJmH sH hh EOJQJmH sH hhMn6OJQJmH sH h9Lh6OJQJh9LhMnOJQJ,vTvUvVv|v}vRwSwtwwwwxxxxxxxxxxx & F!gdSh^hgdMgdSgd{ h^hgdj"gdj"gd$a$gdMn|v}vvvvvvvvvvvvvvwww&w)w*w0wQwSwVwswwwwwwwwwwwwwwwwwwwwwxxxxxӸӸӸөөөөӝө⑂hZh0)OJQJmH sH hOJQJmH sH h[i6OJQJmH sH hZhpqOJQJmH sH hZhSOJQJmH sH h0)OJQJmH sH hZh EOJQJmH sH hZhj"OJQJmH sH hZh,OJQJmH sH 1xxx-x.x3x4xMxNxRxVxWx[x\xdxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxȹȹȹȹȹȹȹȹȹtȹȹeȹȹhZh3SOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZh[i6OJQJmH sH hpqOJQJmH sH h0)OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhSOJQJmH sH hZhMOJQJmH sH 'hZhS5CJOJQJaJmH sH 'hZh E5CJOJQJaJmH sH 'xxxxxxxxy yyyXzYz^{_{{{{|M||#}$}2}>}?}gd$a$gdgdf3 & F"gdrgdpq & F!gdSxxxxxxyy yyyy_ykyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyzzzzz z3zAzBzCzDzFzGzHzIzJzKzMzWzYz^z_zdzkzmzozqzrzӸөhZhrOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h[i6OJQJmH sH hZhpqOJQJmH sH hZhSOJQJmH sH hZhMOJQJmH sH Arzvzwzzz{z|zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz{{ {{{{{{{ {({/{={[{]{^{_{ӸӚ⸎hZh[i6OJQJmH sH hrOJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZhpqOJQJmH sH hZhf3OJQJmH sH h[i6OJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZhMOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH 2_{x{z{{{{{||||||$|%|=|?|L|M|X|[|\|]|q|y|z|~|||||||||||||||||}}}}"}#}$}%}1}İ0hZhUr5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 'hZh,5CJ$OJQJaJ$mH sH 'hZhS5CJ$OJQJaJ$mH sH hZhpqOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZhf3OJQJmH sH hZhMOJQJmH sH 21}2}3}7}=}>}?}C}D}E}F}G}˵uaM=.hZhOJQJmH sH hZh;~OJQJmH sH hZh,5OJQJmH sH 'hZh,5CJOJQJaJmH sH 'hZh}5CJOJQJaJmH sH 'hZh+5CJ$OJQJaJ$mH sH *hZh~5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhUr5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhf35:CJ,OJQJaJ,mH sH 7jhZhG 5CJOJQJUaJmHnHsH u0hZh,5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH  ?}D}E}~./0AB 0^`0gd$a$gdMngdMn-$h$d%d&d'dNOPQ^ha$gdgdG}K}L}M}N}R}S}T}Y}Z}[}\}`}a}b}k}y}{}|}}}}}}}}}}}}}}}}})~r~t~u~w~~~~~~~~~~~~~~~  hZhROJQJmH sH hinOJQJmH sH h =hHG6OJQJhZhHGOJQJmH sH h>OJQJmH sH hZh+OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh;~OJQJmH sH 9 &./8;?ABCQZ[\]^bjklmpqtv &-/9ǩǩhZh=/OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh+OJQJmH sH hg.OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh;~OJQJmH sH <ÀŀƀǀSUstu|̸|m^^^^^^^OhZh# OJQJmH sH hZhEHOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh9)OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh=/OJQJmH sH hZh,OJQJmH sH 'hZh,5CJOJQJaJmH sH 'hZh=/5CJOJQJaJmH sH !hg.5CJOJQJaJmH sH hZh& OJQJmH sH |}~ÁŁՁہ -./0@ABNSTVkpqr񸬝ufffffhZhGOJQJmH sH 'hZhG5CJOJQJaJmH sH 'hZhEH5CJOJQJaJmH sH hZhg.OJQJmH sH hMnOJQJmH sH hZh,OJQJmH sH hZh9)OJQJmH sH hg.OJQJmH sH hZhEHOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH (ƂӂՂقڂނ߂Ǹ񨘨񨘨{oo񨘨h>OJQJmH sH hZhg.>*OJQJmH sH hG>*OJQJmH sH hZh]>*OJQJmH sH hZhG>*OJQJmH sH hZh>OJQJmH sH hGOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhEHOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH +Ƃ߂34LM݃ރ&'@A,-.89gdgdEHgd] $%(,-348=>AEFLMY^_avw~ĵĥĵĥĵĥuĵĵiĵĵĵhg.OJQJmH sH hZhHG>*OJQJmH sH hZhEH>*OJQJmH sH hZh]>*OJQJmH sH hZhG>*OJQJmH sH hZhEHOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh>>*OJQJmH sH hG>*OJQJmH sH )ÃŃƃЃ܃݃ރ$',23689@AFLMNOʻ✌|✌|✌|✌hZhEH>*OJQJmH sH hZh]>*OJQJmH sH hZhG>*OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh>OJQJmH sH hGOJQJmH sH hg.OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhEHOJQJmH sH 0OUW[\^rsxzÄĄȄɄʄ҄ۄ݄ !")+.789>ABDFGJWXYĸ񤐁rrrrrhZh8R,OJQJmH sH hZh,OJQJmH sH 'hZh,5CJOJQJaJmH sH 'hZhJ5CJOJQJaJmH sH h>OJQJmH sH hZhJOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhEHOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH ,YZbcdkmorstvwxɅ˅!"%(457>?@JSXZt{ĸhZh9)OJQJmH sH hZh[LOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH h>OJQJmH sH hZhDOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhJOJQJmH sH hZh8R,OJQJmH sH 6967Ňڇ >?5$a$gdo~h`hgdMn ^`gdMngdMngd$a$gd $^a$gd$a$gdogd9)Ȇʆ߆%>?@DHIghnopq񷧐w0hZhBb5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH ,jhZhpoOJQJUmHnHsH uhZh& 5OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhJ6OJQJmH sH h>OJQJmH sH hZh9)OJQJmH sH hZhJOJQJmH sH &ćŇ̇χЇч҇ӇԇՇهڇۇ߇εyfP:*hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhBb5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h^5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhBb5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhMn5CJ,OJQJaJ,mH sH 0hZh-C5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhBb5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH EIJKLM`cdk~ <>ʶ}qbVhkOJQJmH sH hZhkOJQJmH sH hMnOJQJmH sH h^OJQJmH sH hZhOkOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh-COJQJmH sH 'hZh-C5CJOJQJaJmH sH !h^5CJOJQJaJmH sH hZhqnOJQJmH sH *hZhs5:CJ,OJQJaJ,mH sH !>?@CJKOR^ux{ӊ݊459:;<=>@EGֻ嫛hZh# OJQJmH sH hZhMn6OJQJmH sH hZhOk6OJQJmH sH hZh^eOJQJmH sH h^OJQJmH sH hZhOkOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hkOJQJmH sH 1GHQRSTVW]denŋƋNjɋԋՋً܋݋=>MOX]_a}ŒÌŌɌ͌όьhZh^eOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZhOkOJQJmH sH hZh^OJQJmH sH M#&'(+,GIȍ͍΍эҍ FOPQTUWX]^ǎɎ'(-.S[{}ӵӦӦhZh# OJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hZhb\OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZh^eOJQJmH sH AяԏՏۏ "#)*-29SXY_cefgӴ񤔤uhZh# OJQJmH sH hZho5OJQJmH sH hZh35OJQJmH sH hZhMn5OJQJmH sH hZh# 5OJQJmH sH hZh jOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh^eOJQJmH sH hZh3OJQJmH sH .*m\ڗ˜ØĘefKLgdgdV{gd{$a$gdMnh`hgdMngdMngiĐސߐmnstőȑ̑Αؑ (*67<=PQRUWX`dfglmrtvyzh@eOJQJmH sH hZh@eOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH Hz|}~ÒڒܒGHMOP\_cdpqvwēZ\hjophZh# OJQJmH sH hZhEOJQJmH sH hZhpOJQJmH sH h@eOJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH B !*+-.78<=KPQ ![lmoqrvwzȖɖ˖ΖЖҖӖh[lmOJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh@eOJQJmH sH h@eOJQJmH sH hZhEOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH >ӖԖՖז.56789T[\]^`puvϗڗ ')*/5oquvwyӸӸӸӸӬӬӬhr9:hMnOJQJheOJQJmH sH h@eOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZhEOJQJmH sH >˜ØĘ +.04Y]Źn_SDSDSD_D_D_D_D_hZhb\OJQJmH sH h;OJQJmH sH hZh{OJQJmH sH 'hZh{5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZh[lmOJQJmH sH hMnOJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZhMn6OJQJmH sH hr9:he6OJQJ]_`bcpr˙ϙЙљ  "@CEFIJQXdek)*+-0234<>?@LRTV\]hZhV{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZhb\OJQJmH sH Hɛʛߛ"#56<?@FvœМ؜ٜ./9İhZhX;9OJQJmH sH 'hZh-C5CJOJQJaJmH sH 'hZhb\5CJOJQJaJmH sH hZh{OJQJmH sH hZhV{OJQJmH sH hZhb\OJQJmH sH hZhbTOJQJmH sH 29;JKLMORSX[\]dghijklmqǸo[G[G[G[G['hZh+5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhG5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh}OJQJUmHnHsH u0hZhf5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh+5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhMnOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZhb\OJQJmH sH h[lmOJQJmH sH L\r7Ӣ8R9abcmn$a$gdG ^`gdGh`hgdbTh`hgdGgdG$a$gdo~gd$a$gd $^a$gd $ 8!a$gd}qrtտթueUEUEUE6hZhX;9OJQJmH sH hZhX;95OJQJmH sH hZhG5OJQJmH sH hZh# 5OJQJmH sH 'hZh-C5CJOJQJaJmH sH !hv{5CJOJQJaJmH sH hZh-COJQJmH sH *hZhs5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh+5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs5CJ,OJQJaJ,mH sH ÝĝŝƝǝʝ˝ҝ 0678<AIXYZ[\norsÞǞȞʞ˞̞ўԞŶŶŶŶŶhZh3SOJQJmH sH hZhX;9OJQJmH sH hKzOJQJmH sH hZhG5OJQJmH sH hZhX;95OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH BԞ۞ܞݞ %&'()*+./467;<=?ACDEFGHIKMSTUVX[\^_`abcdekqxyz{|hZh# OJQJmH sH hqBOJQJmH sH hKzOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhX;9OJQJmH sH Jğşʟ˟џӟԟ؟ٟ۟ܟ*-.147:;]^cefmo àϠРՠ֠57<>VYZ[^hz|~hZh*OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhX;9OJQJmH sH M¡á %'9@ABCDcfrsvw|}~ѢӢԢբߢӵөөӚӚhZh) OJQJmH sH h) OJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhX;9OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH <13JMNSY[\almoۣݣޣߣKMgjkuvwxyӸӸӸӸӸӸӸӸӠh5OJQJmH sH hOJQJmH sH h) OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH ?ͤѤ7;@AHNOPQR +2GMNOPUZguyⷧӈxxxhZhyC6OJQJmH sH hZhyCOJQJmH sH hZh*6OJQJmH sH hZhG6OJQJmH sH hZh# 6OJQJmH sH h5OJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH /˦ЦҦӦ!&HJKLMNOPSTUYcklmnp{ݧߧѶћhZh5OJQJmH sH hOJQJmH sH h?WOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhyCOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhyC6OJQJmH sH =7;FPT^_`abclmnquv˻񻣔lXI:IhZhnOJQJmH sH hZh ~_OJQJmH sH 'hZhUXl5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhn5CJOJQJaJmH sH hZh?WOJQJmH sH hGOJQJmH sH h5OJQJmH sH hZhG6OJQJmH sH h5h56OJQJh5hGOJQJhZhGOJQJmH sH hZhyCOJQJmH sH vzͨ '-/489:;<>?ACHJQRSTUWX[\^_hmrsvwz|ӬӬhZh# OJQJmH sH hOJQJmH sH h?WOJQJmH sH hZh ~_OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH Dn|īū%67GHDܲ*$a$gdGh`hgdGgdG$a$gdo~gdo~$0^`0a$gd$a$gd;M"$a$gdgdgd{gd ~_(*+/3:FHI}ǪΪӪԪتڪ.789:⸩hZhaJOJQJmH sH h?WOJQJmH sH hZhbTOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh ~_OJQJmH sH B:;<ABFHIJKPRW\]_`eixëū׫ثݫ +ĒăăăăăhZhGOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH 'hZh ~_5CJOJQJaJmH sH hZhROJQJmH sH hZhaJOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh ~_OJQJmH sH 3+,:>?ACDEGgqrƬǬȬɬʬ 񫜃jjj0hZhf5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh+5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh-COJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hOJQJmH sH hZh ~_OJQJmH sH h?WOJQJmH sH hZhaJOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH ' $%(,-0567FGխk\K7'hZh-C5CJOJQJaJmH sH !h?W5CJOJQJaJmH sH hZhpoOJQJmH sH *hZhs5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh+5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhg5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh+5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhG5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh;M"OJQJUmHnHsH uGHMNRSYZ[bcdeghknstu­˹˹˹˹˹˹˹˨u hZhL'@OJQJmH sH  hZh3S@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH  hZhaJ@OJQJmH sH #hZhaJ5@OJQJmH sH #hZhG5@OJQJmH sH #hZh# 5@OJQJmH sH hZh-C5OJQJmH sH -)+/035;DEILMOP\^_cdgxz|~Ϯخٮܮޮ߮;<>@XYZ[\^_bcdfghkm޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿пп޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿޿ hZh-_@OJQJmH sH h o@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH  hZh# @OJQJmH sH Kmtѯԯ  %'ABHMUqrz{ŰưǰȰɰʰΰа ޿ޮ hZh o@OJQJmH sH  hZh# @OJQJmH sH h o@OJQJmH sH  hZh-_@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH D )./01245679:?AWY^_ڱ۱ݱ"#()BDpq{ޝޝޝޝޝޝޝ hZhA@OJQJmH sH h o@OJQJmH sH  hZh,Pb@OJQJmH sH  hZh# @OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH  hZh-_@OJQJmH sH <òŲʲ˲ڲܲ.3468:?@KMNT[j³ijȳ˳̳ͳϳѳԳ ޼͚͚ͫͫͫͫͫͫͫͫͫͫͫͫͫͫ{{͌ hZhE$@OJQJmH sH h|{+@OJQJmH sH  hZh# @OJQJmH sH  hZhh@OJQJmH sH  hZh|{+@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH  hZhA@OJQJmH sH  hZh o@OJQJmH sH 0  #/@BEGqsѴӴ'()*:<@õЕУm'hZh[Fd5CJOJQJaJmH sH 'hZhE$5CJOJQJaJmH sH h0@OJQJmH sH #hZhG6@OJQJmH sH h0h06@OJQJh0hG@OJQJ hZhE$@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH h o@OJQJmH sH **;<߶ !"HIBC>?Oe$a$gd;M"$a$gdgdgdE$gdGgd[Fd@EFHKQRThjklѵӵԵյ '012@FHIMNQR^_nrsuh+@OJQJmH sH h"U@OJQJmH sH  hZhE$@OJQJmH sH  hZh\#@OJQJmH sH IʶжѶն׶ڶ۶޶ ̺tbtbtbtbt̨̨Q̨ hZhLo@OJQJmH sH #hZhE$6@OJQJmH sH #hZh\#6@OJQJmH sH  hZhE$@OJQJmH sH  hZh\#@OJQJmH sH #hZhE$>*@OJQJmH sH #hZh[Fd>*@OJQJmH sH #hZhC>*@OJQJmH sH  hZhC@OJQJmH sH  hZh[Fd@OJQJmH sH   !"?EGHIPQRT]~̺m^MMM*@OJQJmH sH #hZhC>*@OJQJmH sH  hZhC@OJQJmH sH  hZhE$@OJQJmH sH ·ʷܷ޷*,-./012346;<>?ACu{}Ըڸ۸ܸп hZh[Fd@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH  hZhC)@OJQJmH sH  hZh ~_@OJQJmH sH  hZhE$@OJQJmH sH h"U@OJQJmH sH >ܸݸ߸ !$,;<\]fhkm̹ӹԹչֹ׹عٹ 689=?@hklnprtuvw޼ hZhR@OJQJmH sH  hZhG@OJQJmH sH  hZh[Fd@OJQJmH sH  hZhC)@OJQJmH sH Jĺغٺ /89:=>?@BEFﰡo0hZhf5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh+5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhVOJQJmH sH  hZh# @OJQJmH sH h"U@OJQJmH sH  hZhC)@OJQJmH sH  hZh[Fd@OJQJmH sH +FIKNOPWZ[\]`deioε瞊vvvbL6*hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh+5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhg5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh+5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhG5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh;M"OJQJUmHnHsH u0hZh+5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhf5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH epq@";{ & F 8h^hgdXgd7an $ & F0a$gd{h`hgd7anh`hgdGgdG$a$gdo~gd gdgdDP$a$gdopqûǻܻʶۦwhYhYhYhYhYhYhZh$^OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh 5OJQJmH sH hZhG5OJQJmH sH hZh# 5OJQJmH sH 'hZh-C5CJOJQJaJmH sH !h"U5CJOJQJaJmH sH hZh-COJQJmH sH *hZhs5:CJ,OJQJaJ,mH sH ܻ !&()67KLST[\]bst¼üɼʼ˼̼ %'>@HJLMNO_`htxhiOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh$^OJQJmH sH h? OJQJmH sH Jx}~FGKMNOZ\px}ƾǾȾԾվ־߾ өhZh{OJQJmH sH hZhiOJQJmH sH h7anOJQJmH sH hZh$^OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH B4<=?Y_`abmÿտ׿"367;EGpwx{79=>ABJKPRĸĸhiOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh$^OJQJmH sH HRSWXZ\^bfghjm 8:?@QSTY78:hZh# OJQJmH sH hiOJQJmH sH hZh? OJQJmH sH h? OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH D:;LQRSValmou~񼰤Lj|mT0hZh{5B*CJOJQJaJmH phsH hZh7anOJQJmH sH h{OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhG6OJQJmH sH hihG6OJQJhiho6OJQJhihGOJQJhZh{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h7anOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH  !$%&'7:=>?εufWfH9H9H9H9H9hZhAOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH h7anhAOJQJmH sH h7anhXOJQJmH sH hZhl`5OJQJmH sH hZhA5OJQJmH sH hZh{5OJQJmH sH hZh-C5OJQJmH sH 0hZh-C5B*CJOJQJaJmH phsH 0hZh{5B*CJOJQJaJmH phsH 0hZhl`5B*CJOJQJaJmH phsH ?@AHZ_ghijkqv}~ %&'(*./67]_cefghjxy~ƶhZh# OJQJmH sH hZhA6OJQJmH sH hZhX6OJQJmH sH h7anOJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH B/6BC $,./EKMNOP]cefijhZhOMOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h7anOJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH GGH 45BEFHJKWY_e}~ :<@B\_`abez{hZhg?QOJQJmH sH h7anOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH hZhOMOJQJmH sH h?FGlmn{ƲƞqqqqqqqbqqqqqqqhZh# OJQJmH sH hZhaMOJQJmH sH hZh/u OJQJmH sH hZheOJQJmH sH 'hZh?{5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhSL5CJOJQJaJmH sH !h/u 5CJOJQJaJmH sH &+4UXnopq®rcJ0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZhyOJQJmH sH hZh6?OJQJmH sH hZh-eOJQJmH sH hZhaMOJQJmH sH hZheOJQJmH sH 'hZh6?5CJOJQJaJmH sH 'hZhaM5CJOJQJaJmH sH hZhSLOJQJmH sH huOJQJmH sH hZh OJQJmH sH 緣ycycycO@/!hT 5CJOJQJaJmH sH hZh& OJQJmH sH 'hZhs:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh1.5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh1.OJQJUmHnHsH u0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH  1346:<AO\^hijlo $&;;;;;;;;;;;;;ͲͲ;Ͳ;ͲͲ;Ͳ;Ͳ;ͲͲͲͲͲͲhT OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZhy5CJOJQJaJmH sH F&5789:AIJprtuvw} SUc >@BD[`abqstuwzh,OJQJmH sH h5T]OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hT OJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH K"$%)*267<>@AKL]^eh#$%&-4HJKMilmruwxzָָָָhZh{9OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h,OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH H@oLBgde & F%^`gde & F%gdGgdGgdgd5T]$a$gdGh`hgdGz|}  "#$%,-/oqrsuxy ()*-moqr|}hIOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH h,OJQJmH sH hZh{9OJQJmH sH J}789=@JLR\jlnoy}~ ')*+/1ENOhZhIfOJQJmH sH h,OJQJmH sH hZh{9OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH NOPVXYZ^akmz{|~˿⠔q]q'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZh5T]OJQJmH sH hGOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhG6OJQJmH sH h,h,6OJQJh,hGOJQJh,OJQJmH sH hZh{9OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH  "#$8?ABCDKNOQRSfg{|вввЗyвyyyyвhZhGOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH heOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZheOJQJmH sH hZh/bOJQJmH sH hZh,oOJQJmH sH h5T]OJQJmH sH 'hZhy5CJOJQJaJmH sH / ./013:<?ABCDFHIJQRSjlrstuvxhZhIOJQJmH sH hZheOJQJmH sH hZh5T]OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh/bOJQJmH sH hZh,oOJQJmH sH ; !%&*,.45678:?DGHRSTU[]^_`efĵӦhZhGOJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZheOJQJmH sH hZh,oOJQJmH sH hZh/bOJQJmH sH Afx9:DFGָ֩h,jhZh;M"OJQJUmHnHsH uhZh& OJQJmH sH hZh5T]OJQJmH sH hAOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZheOJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hIOJQJmH sH hZh,oOJQJmH sH 'зззycycyO@/!hJ%5CJOJQJaJmH sH hZhyOJQJmH sH 'hZhs:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh1.5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH 0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH ,jhZh-rOJQJUmHnHsH u}s..\gd! $h^ha$gdQz $ & F0a$gdQzh`hgdG h^h`gdgd$a$gd$a$gdJ%',478;[`yz|} +-.JLMlno $/;;;;;;;Ͳ;Ͳ;;ͦ;;ͦͦͦ;;;;;;;;;;hRROJQJmH sH h OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhyOJQJmH sH 'hZhy5CJOJQJaJmH sH A/1_bqstu{|}~#$.0SVZ[egu},./0hZh pOJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hZhRROJQJmH sH hRROJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH @03HSUVWXY[]`uvy{LRhjz  #$&'.0345;?@ǻ֯֠hZhRROJQJmH sH hR`7OJQJmH sH hRROJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh pOJQJmH sH h OJQJmH sH hZhOJQJmH sH >@Wfw\]^`ek 9:ǸǸǸǸǸǸǸhZhOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH h!OJQJmH sH hZh pOJQJmH sH hZh!OJQJmH sH C:?@LNO[]^`aeopqstuvwxyz #%23>IJNOPQTUWX\]abdfikmӸӸhR`7OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH Hm"&'(,.29ABCEFGILOY]^kltuvw| -ǸhZhQzOJQJmH sH hR`7OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhOJQJmH sH H-789EGMOSU[cvxyz -.4=UXZ[\⎂hGOJQJmH sH hZhyOJQJmH sH hR`7hQzOJQJhR`7h 6OJQJhR`7hR`76OJQJhR`7hG6OJQJhR`7hGOJQJhR`7h|OJQJhZhQzOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH -ɺppp`hZhA>*OJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hZhQz>*OJQJmH sH hZhi>*OJQJmH sH h!OJQJmH sH hZhiOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH 'hZhA5CJOJQJaJmH sH 'hZh z5CJOJQJaJmH sH hZh!OJQJmH sH %]ef  [$\$gd8j{$a$gdgd b!gdigdi"'()/0?ABCDHLMNOPQYbdj²◣h!OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhQz>*OJQJmH sH hZhA>*OJQJmH sH hZhi>*OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhiOJQJmH sH ; )-78;<S]^{񿫗teeeeYh8j{OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhyOJQJmH sH 'hZhy5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhq5CJOJQJaJmH sH hZh OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhOJQJmH sH " )*+26DERUWXYZ^_`adkqrtvwy{|hZh# OJQJmH sH h8j{OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH N *,-.456XYZ\z )/12345:;CDEFGISadefsvh8j{OJQJmH sH hZhhJOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhOJQJmH sH M īīīlV@,'hZh&:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh1.5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh1.OJQJUmHnHsH u0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 'hZh5F5CJ$OJQJaJ$mH sH hZh,-OJQJmH sH   FHIRWXYir*+JNOPSUnruv̽uuuuuuuuuhZh{sOJQJmH sH hpuOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZhktOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhpOJQJmH sH 'hZhp5CJOJQJaJmH sH !hpu5CJOJQJaJmH sH hZh5FOJQJmH sH .Ir+TUv*Qst>gd4z [$\$gd8j{ [$\$gdDv')*PQqt$=>UWX}~⩵hpuOJQJmH sH h)(OJQJmH sH hZh)(OJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZhktOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh{sOJQJmH sH >>X~Qh^hgdQ & F ^gdQgd)( & F 8h^hgdQgd [$\$gdkt$a$gd4zgd4zⷨl\L<hZh&5OJQJmH sH hZhnT5OJQJmH sH hZhp5OJQJmH sH 'hZhp5CJOJQJaJmH sH 'hZh 5CJOJQJaJmH sH 'hZhnT5CJOJQJaJmH sH hZhpuOJQJmH sH h]gmOJQJmH sH hZh4z6OJQJmH sH hZhktOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh{sOJQJmH sH  !"#$%+-6:<Z\jnp µ¦hpuOJQJmH sH hpuhnTOJQJmH sH hpuhQOJQJmH sH h25OJQJmH sH hZhQ5OJQJmH sH hZhnT5OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhnTOJQJmH sH 6 "#$()*,-/0<=?BCGIMOP  BSTVXʻ֌֌h2OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhQ5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZh)(OJQJmH sH hQOJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hpuOJQJmH sH hZhnTOJQJmH sH 2XY\]_ck"'*+3@KL{}89:;<=?BCEh)(OJQJmH sH hZhROJQJmH sH h2OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhOJQJmH sH JEFGHQRUWX\]bd;=>@ABeklm⳧⚊zzzhZh65OJQJmH sH hZh25OJQJmH sH h25OJQJmH sH h2OJQJmH sH hZh hOJQJmH sH hZhQ5OJQJmH sH hZh h5OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhOJQJmH sH 045<>^_{}  $-./bdghjk๪hZhKOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH h)(OJQJmH sH h2OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZh65OJQJmH sH =STV]^_bcdfghlsuvy")245:;<?@ʻhZhOJQJmH sH hZhX5OJQJmH sH hZh)(OJQJmH sH hQOJQJmH sH h2OJQJmH sH hZhXOJQJmH sH hZhQOJQJmH sH :@GHIN| !"/1246789;<=>?@ABCDEJLMNPQacdپʏ}"hZhQ56OJQJmH sH hZhQ5OJQJmH sH hZhX5OJQJmH sH hZh)(OJQJmH sH hQOJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH h2OJQJmH sH h)(OJQJmH sH 1!"P78V? @ P X f g w x     ~ h`hgd4z$a$gd5$a$gd4zgdIwgd$a$gdh^hgdQ & F ^gdQgd)( & F 8hh^hgdQ)4578GJRVWXYZ[f   ?EXZhZhKOJQJmH sH h2OJQJmH sH h)(OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH DTUVWX[]_`aijklmnopstuvwxy ! & ' ( * + 3 : ; > ? @ ֩hZhDOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh2OJQJmH sH h)(OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhKOJQJmH sH >@ A B C F H L O P Q W X Y Z [ ] ؿؿؿ{gT>T>*hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h25:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZhp5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH ] e f g v w x | } ~       ǶvfvYJ;+hZhf(6OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH h)h)OJQJmH sH h4z5OJQJmH sH hZh)5OJQJmH sH hZhf(5OJQJmH sH h)5OJQJmH sH hZhpOJQJmH sH 'hZhp5CJOJQJaJmH sH !hIw5CJOJQJaJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZhs:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD?5:CJ,OJQJaJ,mH sH                    $ % ( * + , E I T \                ô}ôôôôôôônôôôôôôôhZhLoOJQJmH sH hZh)6OJQJmH sH h4zOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH h)OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH h)6OJQJmH sH hZhf(6OJQJmH sH hZh4z6OJQJmH sH +      % ' ( + , - . / F M b d e k w x }                                     # + 1 9 : C E S U o p r } hZh&OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH G}                       % & + - G I Q W Y Z d e h o q r w ~ $&(+4NUWXxhZh*fOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh)OJQJmH sH hZh;4OJQJmH sH hZh&OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH 5xz  BLTV]`abcdfg{~ ;@ACGIcmozhZh,WOJQJmH sH hZh`OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh*fOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH G~ I 7`abstYZksgdz=$a$gd$0^`0a$gdgd $h^ha$gd,W $ & F0a$gd,Wh`hgd4z$)*/1VXY[]^_ahijknz{|}~  h&h4zOJQJhZh&OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH h)OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh,WOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH ;67_`abrstyzʹ}nn_nnPPPPAPhZh6OJQJmH sH hZhmOJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZh5OJQJmH sH 'hZh55CJOJQJaJmH sH 'hZh z5CJOJQJaJmH sH 'hZhi5CJOJQJaJmH sH !h4z5CJOJQJaJmH sH hZhpOJQJmH sH hZh,WOJQJmH sH h&h,WOJQJh&h4z6OJQJ  $-89:;RSno")-^gĵhZhQzOJQJmH sH h)OJQJmH sH hZhjPOJQJmH sH hZh%NOJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhiOJQJmH sH hZhmOJQJmH sH hZhFmeOJQJmH sH 6  4I^_ehƶ⪛s'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZhiOJQJmH sH h5OJQJmH sH hZhjP6OJQJmH sH hZh%N6OJQJmH sH h)OJQJmH sH hZh%NOJQJmH sH hZhjPOJQJmH sH '#'*0GMefnuvxz{} 56<=?@BDEȹȹȹȹȞȹȭȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹȏȏȏȏȏȏȏȏȏhZhm"OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hiOJQJmH sH hZhjPOJQJmH sH hZhmOJQJmH sH 'hZhm5CJOJQJaJmH sH 'hZhp5CJOJQJaJmH sH 8EGIJSXYZ[]^abgjklrǸwwwhQ='hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhsOJQJUmHnHsH uhZhOJQJmH sH 0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZhgOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh+`OJQJmH sH hiOJQJmH sH hZhm"OJQJmH sH hZhmOJQJmH sH rsuտtt`L@1hZhxKOJQJmH sH hP{wOJQJmH sH 'hZhm5CJOJQJaJmH sH 'hZhp5CJOJQJaJmH sH 'hZhm5CJOJQJaJmH sH 'hZh z5CJOJQJaJmH sH hZh:OJQJmH sH 'hZhMv:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs5CJ,OJQJaJ,mH sH  6"X% (**+++6+7+++++++$a$gdgdc $h^ha$gdc $ & F0a$gdch`hgd4zgd"HOPSVWZ[]^  9:;<OPy{}~hZhROJQJmH sH hZhxKOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH S,.Nacefjlm#.0AILN~hP{wOJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhxKOJQJmH sH N#=>v  ;=@AGHY[,.46@FIJMNOPUVcdehjkpq|~VWfghP{wOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhTOJQJmH sH TO Q \ a c d g h j q                   !!!! !"!%!-!/!2!a!c!!!!!!!!""">"@"L"M""""""""ӸӸhP{wOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhlCOJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH F"""""""#$#&#(#2#N#P#Q#S#T#V#m#n############$$$$$ $!$"$G$I$X$Y$Z$r$t$v$w$x$$$$$$$$$$$% % % %?%A%B%G%V%Y%|%}%%%%%%%%%%%%hP{wOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhlCOJQJmH sH hCsOJQJmH sH P%%%%%%%%%%%%%&&&/&1&6&;&E&O&P&Q&V&X&Y&\&`&a&f&k&l&&&&&&&&&&&&&&&&&&&F'J'K'Q'\'^''''''''''''''''hCsOJQJmH sH hP{wOJQJmH sH hZht:?OJQJmH sH hZhlCOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH G''( (((?(K(w(((((())O)V)g)j)k)m)p)r)))))))**C*F*O*Q*h*k*l*n*o*q***************ӼhP{whcOJQJhP{whc6OJQJhP{wh# 6OJQJhP{wh4z6OJQJhP{wh4zOJQJhqOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhlCOJQJmH sH hZhcOJQJmH sH 7** ++++-+3+5+6+7+8+=+D+R+d+f+g+i+u+w++ɺ~j[LLLLL<hZhc6OJQJmH sH hZhs OJQJmH sH hZh[OJQJmH sH 'hZh[5CJOJQJaJmH sH 'hZhp5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hCshCsOJQJmH sH hpOJQJmH sH hZhs5OJQJmH sH hZhcOJQJmH sH hP{wOJQJmH sH +++++++++++++++++++ӺvbL6L6L*hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhsOJQJUmHnHsH u0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhbOJQJmH sH hbh-OJQJmH sH ++++++ , ,,,*,0,2,3,4,5,6,8,9,<,=,>,?,@,X,Z,,,,,,,,,,,,,-----˷{lllhZhbOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh)mUOJQJmH sH hZh\OJQJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH !hq5CJOJQJaJmH sH hZhcHlOJQJmH sH 'hZhMv:CJ,OJQJaJ,mH sH *+++.1"3#35589$:Q:R:S:d:e:j;k;;;gd%Ngde $h^ha$gdey $ & F0a$gdey $h]ha$gdg $hh]h^ha$gds gdbh`hgd4zgd---- -!-7->-?-@-A-B-E-F-\-c-e-------------------------....<.=.B.X.[.\.]._.`.a.b.c.d................hZh{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hbOJQJmH sH hZh)mUOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH H....///'/)/Q/Y/Z/[/n/p///////0 00000000A0C0E0F0K0L0P0V0\0b0d0z00000000000011111111111111111222hZh OJQJmH sH heOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH H2222425292:2=2>2W2Y2g2r2z2|222222222222222222222 3333!3"3#303:3t3v3x3y3333333333333333ֻ֬֝֝֝֝֝֝֝֝hZhOJQJmH sH hZhg OJQJmH sH hbhbOJQJmH sH hbOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH heOJQJmH sH >3444 4(4)4-494;4<4U4W4c4d444444444444444444444445!5"5#5-5/5052585:5C5J5K5N5T5U5V5Z5[5o5p5{5}5555555555ʬhZhg OJQJmH sH hZheOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH heOJQJmH sH hbOJQJmH sH hZhOJQJmH sH D5555 6 666[6e6666666666666666666666667;7<7=7>7?7A7]7d7e7j7l7m7o7x7y7z777777777777777777ĵheOJQJmH sH hZhcOJQJmH sH hZheyOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH B7788,8-8:8<8=8A8J8V8Z8[8\8`8h8i8w8x88888888888888888899 9 999(9.989I9K9P9R9U9V9h9n9o9s9t9u9w9x99999999hZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH heOJQJmH sH hZhcOJQJmH sH hZheyOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH B99999999999999999: : :: :":#:$:P:Q:R:S:ȽsgXhZheOJQJmH sH heyOJQJmH sH hZhanOJQJmH sH hqheyOJQJhqh 6OJQJhqhey6OJQJhqhb6OJQJhqh4z6OJQJhqh4zOJQJhqh|OJQJhZhcOJQJmH sH hZheyOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH S:c:e:j:k:n:t:u:w:x:y:::::::::::;;3;4;D;R;S;T;U;W;X;Y;Z;[;\;^;c;d;f;g;i;j;ȹȹȹȹȹȹȹȌȹȹȹȹȹȹȹȹȹ}hZhs OJQJmH sH hZhcOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh%NOJQJmH sH hZheyOJQJmH sH 'hZhs 5CJOJQJaJmH sH 'hZh z5CJOJQJaJmH sH *j;k;l;;;;;;;;;;;;;;;;;<<<<<<"<*<-<.<1<3<4<7<C<E<F<H<I<J<M<T<U<V<X<ɵɡ~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~o~ohZhg OJQJmH sH hZh%NOJQJmH sH 'hZhPUG5CJOJQJaJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH !he5CJOJQJaJmH sH !hs 5CJOJQJaJmH sH +X<Z<i<n<o<p<s<~<<<<<<<<<<<<<== =!="=#=$=&=1=2=3=4=6=9=:=?=B=C=ⵦ~e~e~e0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhojOJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZhg OJQJmH sH hZh%NOJQJmH sH %;2=3=C=K=V=W=a=}=~==#>>>>Q??>@?@@@UAAAAE$a$gdWgd4z$a$gdWgd$a$gdgdC=D=J=K=O=U=V=W=`=a=t=u=z=p\H8+8he5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH 'hZh z5CJOJQJaJmH sH !h)<5CJOJQJaJmH sH 'hZhMv:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhsOJQJUmHnHsH u z=|=}=~===========>>">#>3>9>J>K>Z>]>y>>>>>>>>>>>>>>>>>>>??????P?Q?|?}????÷èè÷è÷ҷè÷÷Íh$OJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hZhvOJQJmH sH hTOJQJmH sH hZhO*OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh4z5OJQJmH sH hZhOJQJmH sH 7??????????????????=@>@?@A@B@M@V@^@_@`@e@y@z@@@@@@@@@#A+A-A.ATAUA]AgAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhZh OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hTOJQJmH sH hZhvOJQJmH sH hZhO*OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH BAABBB B!B$B.B5B7B8BEBGBKBLBMBvB{B}B~BBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB#C/C=C?CGCHCPCQCRCSC^C_CbCcCCCCCCCCChZh OJQJmH sH hZh`FqOJQJmH sH h9LOJQJmH sH hZhvOJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH HCCCCC5D6D;D=DYDZD[D\D]D^DwDxDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDEEEEE"E$E4E5EHEIESETEUEVEgEkEoEpEsEyEǬhZh`FqOJQJmH sH h~eOJQJmH sH hFOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZhvOJQJmH sH @yEzEEEEEEEEEEEEEEEַmYI9hZh`Fq5OJQJmH sH hZh\5OJQJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH 'hZh`Fq5CJOJQJaJmH sH $h)<h)<CJOJQJaJmH sH hZhanOJQJmH sH hZh4z6OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh4zOJQJmH sH hZh`FqOJQJmH sH h9LOJQJmH sH EEEEEEEELLMMMMMKMMNOQRSTTh`hgdWgd $a$gd & F 8h^hgd|gd$a$gd4zEEEEEEEEEEEEEEE F FF$F&F(F)F+F,F-F4F5F>F@FAFGFJFQFTFUF[FbFcFeFsF{FFFFFFFFϿϿϿϿϲϲϣyhZh|OJQJmH sH hFOJQJmH sH hZh`FqOJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hF5OJQJmH sH hZhQ5OJQJmH sH hZh`Fq5OJQJmH sH hZhb5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH /FFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFGGGGGG&G'G(G)G=GCGKGLGMGNGdGeGmGoGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGHHH HhZh# OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZhFOJQJmH sH hZh`FqOJQJmH sH hFOJQJmH sH E H HHH"H,H.H2H4HFHGHOHPHHHHHHHHHHHHHHHHIIIIIII I I@IAIBIDIEIGIHIIIJIKILIMI^IbIcIdIgIhIjIkIlImInIsItIuIxIyIzIIIIIIIIIIIIIhFOJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZh`FqOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH MIIIIIIIIIJJ)J+J.J1J6J7JrJsJtJ{J}J~JJJJJJJJJJJJJJJJJJJ K KKK;KEKtK|K~KKKKKKKKKKKKKKKKKKKKӻӻӬhZhFOJQJmH sH hFOJQJmH sH h$OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhQOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH DKKKLLLL(L)L*LOLPL`LaLcLdLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLϾϾϾ⯠nnn_hZh\OJQJmH sH 0hZh z5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh+5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhE-OJQJmH sH  hZhQ0JOJQJmH sH %jhZhQOJQJUmH sH hZhQOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH %LLLMMMMMMMMMMMխnZK7'hZh z5CJOJQJaJmH sH hZh=OJQJmH sH 'hZhCH:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh z5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hoH5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhCH5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhW5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhanOJQJUmHnHsH u MMMMMMMAMKMMMRMSMTMUMVMYM\M]MaMdMeMmMoMqM{M~MMMMMMMMMMMƲvg[h]OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhKeOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZh+OJQJmH sH hZh\OJQJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH !hoH5CJOJQJaJmH sH 'hZh z5CJOJQJaJmH sH 'hZh3M5CJOJQJaJmH sH #MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM N N N NNNNNNNN N!N#N%N'N(N?NINVNWNXN[N]NcNeNzN{NNNNNNNNNNNNNOO O O OO:OZ?Zr[s[gd3MgdgdW $h^ha$gdKe $ & F0a$gdKeh`hgdWIVKVLVQVkVmVoVpVqVrVsVuVVVVVVVVVVVVVWW%W1W3W8W:W;W=W>W?WKWLWwWyWzWWWWWWWWWWWWWW⟓hZhilOJQJmH sH hWOJQJmH sH hZhanOJQJmH sH hZhKe6OJQJmH sH hh5RhW6OJQJh]OJQJmH sH hoHOJQJmH sH hZhKeOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH 4WXXXX X XXXXXX X#X$XEXHXIXJXUXWXuXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXYYYY%Y3Y9Y:Y;Y]V]X]Y]\]]]^]f]g]]]]]]]]^^&^(^Z^e^v^вyyhJ^OJQJmH sH hZhmOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hJ^hGOJQJmH sH hJ^hWOJQJmH sH hZhG5OJQJmH sH hZhW5OJQJmH sH )v^w^}^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^_ ___?_A_B_D_n_p_q_z_~_________ӵhmOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hZh<.OJQJmH sH >_________________``` ` ``````8`:`<`A`k`m````````````````ǷLjyhZh# OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhG5OJQJmH sH hZhW5OJQJmH sH hZh# 5OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhGOJQJmH sH hJ^OJQJmH sH /`````a,a-a7a9aZa[a]afarasaxayaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaab"bDbFbibkbqbsb|b}bbbbbbbbbbbbbbbbbbbccccc cEcFcGcKcLcMchZhf(OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhWOJQJmH sH MMcOcRccccccccccccccddd d d ddddddd d)d1d3d5d6d8dGdHdUdZdddddddddddddddddddee ee2e8eĸĬĸĸӝ❸hZhxOJQJmH sH hjOJQJmH sH hJ^OJQJmH sH hZhYOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhROJQJmH sH >8eKeWeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee ffffAfJfWfZf\f]f_f`fafcfffffffffffg#g%g,g>g?g^g`gagcgogpggggghNOJQJmH sH hmOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh2AOJQJmH sH hJ^OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhxOJQJmH sH ?ggggggggggggggggggggggggggggggg hh3h=hWhXh]h_h`hbhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh񸭡hNhN6OJQJhNhWOJQJhNhWOJQJmH sH h<.OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH =hhhhiiiii iiii2i7i8i:i;i=iFiIiJiೢzfWHWHWHWkRk]kh<.OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhmOJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH <]kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkklǸ񩸚񚸩񩸩񩸩񩸩paphZhLoOJQJmH sH hZhy0OJQJmH sH hZhwiOJQJmH sH hmOJQJmH sH hZhLOJQJmH sH hZhiDOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhvxOJQJmH sH hZhmOJQJmH sH hOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH %kkkkkkkkkkkkll$l%l&l'lMlNlllmmpp5q6qgd~]CgdW & F&gdvxgdl l llllll"l$l%l&l'lDlJlLlMlSllllӿuaRCR4hZh# OJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH !h<.5CJOJQJaJmH sH !hm5CJOJQJaJmH sH 'hZhvx5CJOJQJaJmH sH hZhvxOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH llllllllllllllllllmm m mmmmm3m4m>m?mnmtm{mmmmmmmmmmmmmmm+n,n4n@n񝩝񩎩hZh OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH h2,OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh~]COJQJmH sH hjOJQJmH sH hZhjOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZh$OJQJmH sH 2@nBnQnSnnnnnnnnnnnnnnnnoooo o3o4o;o>o@oBoCoSo]ohojoooooooooooooooooooopӴӊh2,OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH 6pppppp p pppp$p/p4p5p;pp?p{p}p~ppppppppppppppppqq%q)q*q-q4q5q;q>q?q@qAqBqCqIqPqQqVqeq񣲣ѣhZh~]COJQJmH sH hZhiDOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhW6OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZh2,6OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH 8eqkqrqyqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqr rrrrr(r-r.r/r0r;rQrWrYr^r_r`rarcrlrxrzr~rrrrrrrrӸөөӚhZh~]COJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhIOOJQJmH sH h<.OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhQOJQJmH sH :6qrrrrrrrrrHsgtWuruuu@w8xxy:zzh`hgdWh`hgdWgd~]C$a$gd$0^`0a$gd $h^ha$gdgd2,gdgdWrrrrrrrrrrrrrrrҹҹҹzgQ;*hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh`#5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhCHCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhW5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh*t5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhanOJQJUmHnHsH u0hZhan5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh*t5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 'hZh\5CJ$OJQJaJ$mH sH rrrrrrrrrrrrrrss,s.sFsGsHsIsKsOsPsQsRsTsWscsmsssssssssssssss˷{{{{{{{{{{{{{{{hZhWOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhdhOJQJmH sH 'hZh\5CJOJQJaJmH sH !h2,5CJOJQJaJmH sH hZhCHOJQJmH sH 'hZhCH:CJ,OJQJaJ,mH sH ,ssssst ttttttt!t]tdtftgtitkt|ttttttttttttttttttu u0u8u:u;uu?u@uMuWubucuguhupuruuuuuuuuuvv$v%v&vhZhWOJQJmH sH hQOJQJmH sH hwOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhROJQJmH sH D&v)v,v.v;v=vDvGvHvIvJvKvXv]v`vavcvdvevfvlvsvtvvvyvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvww w w wwwwww6w;w?w@wZwbwdwwwwwwwwwwwwwwwwwwhZh}}OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH Swwwwwwwwwwwwwwwwwx xxxx%x6x8x;xBxaxbxjxlxmxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxyy yyyy6y7yLyhZh# OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZh`#OJQJmH sH hQOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZh}}OJQJmH sH BLyMyWyXyjylytyuyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyzzzz zz z8z:z;z~?~I~N~~~~~~~~~~~~ⴤw^w^w^0hZhan5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh95B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 'hZhQBA5CJ$OJQJaJ$mH sH hZh,P6OJQJmH sH hZh`#6OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh`#OJQJmH sH hZh,POJQJmH sH !~~~~~~~~~~~~~ծn_K7+hwOJQJmH sH 'hZhQBA5CJOJQJaJmH sH 'hZh95CJOJQJaJmH sH hZhCHOJQJmH sH 'hZhCH:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh95:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhdhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhW5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh95CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhdhOJQJUmHnHsH u ~~~~*,^`su  ֬֬֬֝h%5OJQJmH sH hZhdhOJQJmH sH hZh9OJQJmH sH h}vOJQJmH sH hZh}vOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH h|Z0OJQJmH sH hZhgOJQJmH sH 2~ )DErsh`hgdW$a$gd$0^`0a$gd $h^ha$gdgd|Z0 & F 8h^hgd gd$a$gdWgdg!%')CDE\^biq6>۳xi]ixNxNxixixxxxhZh9{OJQJmH sH h|Z0OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh9OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hb5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH 'hZhQBA5CJOJQJaJmH sH 'hZh=5CJOJQJaJmH sH 'hZh95CJOJQJaJmH sH hZh|Z05OJQJmH sH >IPQX#$%9;<?ABGPcenwǂ͂ςЂтӂՂق+,/4@Bnsvw{ӃփӸhZhOJQJmH sH h|Z0OJQJmH sH hZh9{OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh9OJQJmH sH Fփڃۃ݃MPgiklmprsքׄڄۄ݄*,FGKLO.8BCEGzhZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH h|Z0OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhgOJQJmH sH Hφֆ"$JKRXZ\^_fhijkmƇ·  V]_fjk}ÈĈ͈̈Έψ҈ӈ؈و8AhZhd{OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhgOJQJmH sH SALR_tuIPTtNJʊ ?@KMno‹ËŋƋNj1345BPpqrֻֻֻֻֻֻʻ֟h|Z0h&5OJQJmH sH hpOJQJmH sH hZhOJQJmH sH h}vOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhOJQJmH sH h|Z0OJQJmH sH DEHLRⵦⵚ|mhZhQzOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZh OJQJmH sH h OJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZh6eOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh{sOJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZh-iOJQJmH sH $89:HUVWX~~ʕ˕$a$gdW$a$gd gdc$a$gd$0^`0a$gd$a$gdTgdgdW & F)gdOgd-iRVWXu{}~ϔДؔڔ $&'(*-ӿyjyyyy[yyyyyyyyhZh6OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZhQBAOJQJmH sH 'hZhQBA5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZh{sOJQJmH sH hZh6eOJQJmH sH hZhOOJQJmH sH #-5ghmn}~ⵦttt]I6$hZhdhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhEbt5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhdhOJQJUmHnHsH u0hZhEbt5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh%5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhtY7OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh%OJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZh{sOJQJmH sH ɕʕ˕͕̕ѕӕԕٕؕݕޕ}m]m]m]m]m]P>"hf>hf>56OJQJmH sH hW5OJQJmH sH hZhy5OJQJmH sH hZhW5OJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH !h 5CJOJQJaJmH sH hZhCHOJQJmH sH 'hZhCH:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhEbt5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH :>ؖݖ&(*+-./VW]_ôè{lllllllllllhZhWOJQJmH sH hZhgOJQJmH sH hZhyOJQJmH sH hhf>OJQJmH sH hWOJQJmH sH hhROJQJmH sH hhWOJQJmH sH huN6OJQJmH sH hZhW6OJQJmH sH hZhy6OJQJmH sH *E-abctu123YZ;<=GH $h^ha$gdgdgdf>$a$gdWh`hgdW$a$gdW+4ILMPRSij˜Ø$%./01RVWXYZ[]_cÙřșٙۙܙh{MOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhyOJQJmH sH hZhgOJQJmH sH Nܙ"-;BCE_cjlmopq֚ޚ 4589;<JKab .01345LUǸhZhrFOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhgOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhyOJQJmH sH hZhWOJQJmH sH <՜֜ޜߜ"$OQUVhkloqstvwx}ĝ+?M`abc񬠑hZhf>OJQJmH sH hWOJQJmH sH hZhDk}OJQJmH sH hhW6OJQJhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhWOJQJmH sH hZhrFOJQJmH sH 2csuz{žĞ͞Ϟ 0123ȹȹȹȹȹȹȚȹȹȹ|kW'hZhf>5CJOJQJaJmH sH !hT5CJOJQJaJmH sH hZhIOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh 6OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZhT5CJOJQJaJmH sH 'hZhrF5CJOJQJaJmH sH 3PVXYZ_emԟ֟  )/:@IKlwxïufhZhdOJQJmH sH h{MOJQJmH sH hZhT 6OJQJmH sH hZhT OJQJmH sH hZhTOJQJmH sH 'hZhT5CJOJQJaJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH #ƠҠӠԠ  SY[\^_`aefgvϡѡ')*-.7:hZhOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h{MOJQJmH sH hZhT OJQJmH sH hZhdOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH =:;<=FGHz{|~Ţ͢΢ϢТѢƲqqqqqbbI0hZh%5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hZhIOJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH 'hZhT5CJOJQJaJmH sH 'hZhI5CJOJQJaJmH sH 'hZhf>5CJOJQJaJmH sH !hT5CJOJQJaJmH sH 'hZhd5CJOJQJaJmH sH $%&.ηzdPA-'hZh|5CJOJQJaJmH sH hZh& OJQJmH sH 'hZh3f:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK15:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhdhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhK15CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhdhOJQJUmHnHsH u0hZh%5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhK15B*CJ,OJQJaJ,mH phsH %&/0ΤIS ?@ŵƵgdHgdS_|$a$gdS_|h`hgdS_|gduNgd$a$gd$0^`0a$gd./0=>EFGHIJUV[\vwģԣգףأ٣ @AFHJKR_{¤ǤȤͤΤϤӤԤפ ;;;;;;;;;;;;;;;;ͯ;;;;;;;;;h~OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH <  #$&'(.0;ABEV^xyѥӥ)/012359:=?@ABCDEFGHIKMNPRTVWXY\]bhqsthZh VOJQJmH sH h{MOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhOJQJmH sH huNOJQJmH sH JӦڦۦܦݦަGKLMNOPQVadegl|ҧާָ֚֚֩֩֩֩hZh)OJQJmH sH hZhCiOJQJmH sH hZhuOJQJmH sH hZh VOJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH h{MOJQJmH sH hZhOJQJmH sH 6 $&')+,AB]^kmnǨȨEFGJKMRWXZ^_`bwxĩʩ˩̩óhZh wOJQJmH sH h{MOJQJmH sH hZh)6OJQJmH sH hZhCi6OJQJmH sH hZh)OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhCiOJQJmH sH </29]bcijl+123km«īū   !#%'(024567:;=>?@JOPRSUZbָ֩hZh# OJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH h~OJQJmH sH hZh wOJQJmH sH Abejyz,.MRSXYZ]^_npsuvwx­í    +/24RUXYafy}Ǹө⚋hZhqOJQJmH sH hZhJIOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hJIOJQJmH sH hZh wOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH 6®îŮޮ    "(.235=?@EGHIJMNOUVY[\^tuЯүӸӚhZhxOJQJmH sH hZhJIOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hJIOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH <үu} 079:noptvwxyϱѱ35DEWX⸬⸬huNOJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhG;OJQJmH sH hJIOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhqOJQJmH sH A?@ȳʳ78]_kmnpqruv̽paaaaaUaaaaahuNOJQJmH sH hZhFOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH 'hZhH5CJOJQJaJmH sH hZh~OJQJmH sH hS_|OJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hJIh# 6OJQJhJIhx6OJQJhJIhS_|6OJQJ!fgĵŵƵǵȵɵ̵͵ҵյֵ׵񵦍ttt],jhZhdhOJQJUmHnHsH u0hZh>l5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh%5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh9EOJQJmH sH hZh?OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhdOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhFOJQJmH sH Ƶֵ ַ׷ط+Xڸ!)*$a$gdS_|gdS_|gd.egd$a$gd$0^`0a$gd $h^ha$gd׵ BC¬t`QB3B3BhZhS_|OJQJmH sH hZh>lOJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH 'hZh>l5CJOJQJaJmH sH !h.e5CJOJQJaJmH sH $h3f5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh>l5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhdhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh>l5CJ,OJQJaJ,mH sH %'SUWY]_bd·շ߷*+458ֻ}h.eh.e6OJQJh.eh# 6OJQJh.ehS_|6OJQJh.ehS_|OJQJh.ehS_|OJQJmH sH h.eh.eOJQJmH sH hdOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh>lOJQJmH sH h.eOJQJmH sH 18:WXٸ*3479SUWXYZ[`abdegiyz¹йѹԹORSWYZ[eghl{|}hdOJQJmH sH hZh{oOJQJmH sH hZh>lOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH N*UϹйQR| ;<CDgdr`h^hgd & F hh^hgdd{gd$a$gdS_|gdS_|  ⳟwcShZh9E5OJQJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH 'hZhz5CJOJQJaJmH sH 'hZh{o5CJOJQJaJmH sH 'hZhS_|5CJOJQJaJmH sH 'hZhu5CJOJQJaJmH sH hZh.eOJQJmH sH hS_|OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh{oOJQJmH sH  :;\_`aegkm|}Ȼʻ˻ͻλӻٻڻ߻"#%)*-4EFxhZhQzOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hdOJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZh{oOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh{o5OJQJmH sH hZh3f5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH /FKNOQRTvwҼӼԼռּ׼ۼ$&)Zf½Ľƽǽɽ˽ܽݽ5=Z[vwӻhZhljOJQJmH sH hr`OJQJmH sH hcOJQJmH sH hZhdOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh{oOJQJmH sH Dľž(*+./1245678:=WYɿʿ  -/=?@CEFKLOPYZhZh|OJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhdOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH G$2@BCD_abc⯠nn]nnn]n hZhd{0JOJQJmH sH %jhZhd{OJQJUmH sH hZhwOJQJmH sH hZhd{5OJQJmH sH hZhr`OJQJmH sH hd{OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hr`OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhdOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH $Db$ 0^`0gdgdS_|$a$gdS_|h`hgdS_|gd$a$gdgdQE & F ^gdd{%&MNPRZ`aGH`abqstuοήο񿗿οήοοήοοήοyhZhyOJQJmH sH hZhsOJQJmH sH hr`hd{OJQJhr`OJQJmH sH  hZhd{0JOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH %jhZhd{OJQJUmH sH hZhd{5OJQJmH sH hZhwOJQJmH sH -ؿؿؿبlYCYC-*hZhV5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh~T5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h{5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhqn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhS_|5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~T5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhz|OJQJUmHnHsH u0hZh~T5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh9E5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZhqnOJQJmH sH  =?]fhijklnopqrstʶ}n}hZh9IOJQJmH sH h{OJQJmH sH hZh 0OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH !h5CJOJQJaJmH sH hZh& OJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH +=?]efh/67:JKLQWXYcdgĵhZhljOJQJmH sH hZh9IOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh 0OJQJmH sH Ggijklmnopsvw"$:=>?@ABCNRilmnqrstuvh{OJQJmH sH hZh9IOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH T"+./0|}~=>CFPXZ[\]^_ǻhZh{OJQJmH sH hS_|OJQJmH sH hZhz|OJQJmH sH hkJOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh9IOJQJmH sH C#%&'/59>BCFLȹqbbbShZh9IOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hf kOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhf kOJQJmH sH hZhFOJQJmH sH hZhpIOJQJmH sH hZhv>OJQJmH sH 'hZh45CJOJQJaJmH sH 'hZh9I5CJOJQJaJmH sH %&'5CQbc}~ABgh !gdf k 0^`0gdf kgdCAK $ !a$gd!  & F*gdf kh^hgd{gdf kLNQY[_`abcdhjklo}~ 138:;=Sa帩hZh# OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhpIOJQJmH sH hZhf kOJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZh9IOJQJmH sH hZhFOJQJmH sH h{OJQJmH sH 6 *,UZhivwyHI\dtuvwy{~dzǤ֘֘ǤǤǘǤǤǤǤǤh{OJQJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZhCAK5CJOJQJaJmH sH hZhf kOJQJmH sH hZh{OJQJmH sH hf kOJQJmH sH hZhpIOJQJmH sH < !$?ABGJKMSovwxyz '(*+,/;EGHIRnphZh0j<OJQJmH sH hZhf kOJQJmH sH h{OJQJmH sH hZh OJQJmH sH NEMVWXYZacdeghijknotwxөwwwhhZh9EOJQJmH sH 0hZh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhY5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hgpOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh0j<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH %hxo !0^`0gd:gd: $h^ha$gd <: $ & F0a$gd <:h`hgdS_|gdgd$a$gd $ !a$gdf kxy~kZF7(hZhOJQJmH sH hZh9EOJQJmH sH 'hZh9E5CJOJQJaJmH sH !h1<.5CJOJQJaJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh'E5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhr>5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhS_|5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhr>OJQJUmHnHsH u !"#$&,-.56789:NP|}  %,./129:;NRprĩĵh1<.OJQJmH sH hZh1<.OJQJmH sH hZh>OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH BPQRZgx~ !"&(){}hZhROJQJmH sH h1<.OJQJmH sH hZh <:OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh UOJQJmH sH H  78=EIJKNOQRSafnoq <>depstxz{ ֻֻֻ񻬻hZh1<.OJQJmH sH hZh <:OJQJmH sH hxcOJQJmH sH h1<.OJQJmH sH hZh UOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH D (*]cdf} #./3:<=>@ABCDEFGHJKRUV񯠯hZhLoOJQJmH sH hZhmDOJQJmH sH hxcOJQJmH sH h1<.OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hR^OJQJmH sH hZh <:OJQJmH sH ?VX[\]_cdefgisu%12378<ⷣqqqqqbqhZh# OJQJmH sH hZh]OJQJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZh:5CJOJQJaJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH hZhYOJQJmH sH hZh <:6OJQJmH sH hxchS_|6OJQJhZh <:OJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH &<=>?BDLklmn*,-/DGHMo⸬zk\k\k\k\kk\k\k\k\khZh0j<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhYOJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH hZh1<.OJQJmH sH h:OJQJmH sH hZh:OJQJmH sH hZhgOJQJmH sH hR^OJQJmH sH hZh <:OJQJmH sH hZh]OJQJmH sH $56^xpq#iC<h`hgdS_|$a$gd$a$gd! gd0j< & F+gd0j<gdgdop     456]^ǸhZhvOJQJmH sH hR^OJQJmH sH hZhR^OJQJmH sH h0j<OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh0j<OJQJmH sH >    %'(-/0FGNRS[\lmnr{    &(*+,-/14⩵hR^OJQJmH sH hZhG^OJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZhR^OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh0j<OJQJmH sH A4XZ^defgjopvwyz ).128HQWXbcmopqrt0hZh@w5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh0j<OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhG^OJQJmH sH hZhvOJQJmH sH 8twx}εvbL6"'hZhqn:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh@w5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhr>5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhS_|5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh@w5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhr>OJQJUmHnHsH u0hZh:5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh@w5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhY5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH   46FKMNOQdeiwz|Ʒ~ochROJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h-ZHOJQJmH sH hZh@wOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh:OJQJmH sH 'hZhqn5CJOJQJaJmH sH !hR^5CJOJQJaJmH sH 'hZhY5CJOJQJaJmH sH & "#$%),?@FGPQ]^_gkmst   "#$')*.hZhROJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hROJQJmH sH h-ZHOJQJmH sH hZh@wOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH D.5789Y\]_`bcdgi !#$%&(13<=GIrzhROJQJmH sH hZhoOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh@wOJQJmH sH N+789AN :<[]abcgp |~hZh2uOJQJmH sH h-ZHOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZhoOJQJmH sH L<]( & F,gd]vgdz3gd $h^ha$gdz3 $ & F0a$gdz3h`hgdS_| %&,HJ^_ir !>@mn '(XYZad{}֬hZhOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h-ZHOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH hZh2uOJQJmH sH hAOJQJmH sH D!"#+<N`b  ,1~ĵ񩵕p'hZh-ZH5CJOJQJaJmH sH !h$:5CJOJQJaJmH sH 'hZhu5CJOJQJaJmH sH hRhS_|6OJQJhZhz3OJQJmH sH hZh$:OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh2uOJQJmH sH hZhS_|OJQJmH sH '#+.0BHfguyȹqbhZh3SOJQJmH sH hZhAOJQJmH sH hz3OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZh]vOJQJmH sH hZh$:OJQJmH sH hZhx'SOJQJmH sH 'hZh:5CJOJQJaJmH sH 'hZh$:5CJOJQJaJmH sH &  $%()*PQTYZaghijlpqrsuv񦚋whhhhhhhhhhhZhf/OJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH hZh-ZHOJQJmH sH hY>OJQJmH sH hZh]vOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhx'SOJQJmH sH hZh$:OJQJmH sH (()*PQ  $a$gdgd !^gdf/ !gdf/gd !0^`0gdY>#$%&')*GNXZlnoz{ (0136>?DEFQS^`ehikóӤӤhZhx'SOJQJmH sH hZh)"OJQJmH sH h8hf/6OJQJmH sH h8hK/6OJQJmH sH hZhf/OJQJmH sH hZhK/OJQJmH sH hZh$:OJQJmH sH :kz}')~óh8OJQJmH sH hZh)"6OJQJmH sH hZhx'S6OJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZhx'SOJQJmH sH hZh)"OJQJmH sH B    #%)*+,24>AGNQS^deghiprstu{*/01PUVZ\]`bcdoqrtuhIOJQJmH sH hZhf/OJQJmH sH h8OJQJmH sH hZh)"OJQJmH sH hZhx'SOJQJmH sH Juvwx    34689:;=>ǸhIOJQJmH sH hZhY>OJQJmH sH hZhz3OJQJmH sH hAOJQJmH sH hZh)"OJQJmH sH hZhf/OJQJmH sH D>@OPqst  >?GHV^w{|ʻxhhZhY6OJQJmH sH hZhz36OJQJmH sH hZhY>>*OJQJmH sH hZh@ROJQJmH sH 'hZh$:5CJOJQJaJmH sH hZh-ZHOJQJmH sH h@ROJQJmH sH hIOJQJmH sH hZhz3OJQJmH sH hZhf/OJQJmH sH (ɰɰənZF0*hZhK/5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhr>5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhK/5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhr>OJQJUmHnHsH u-hZh:B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh:5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhK/5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhOJQJmH sH  '(cnp"01OPQUVWXoqrsuï}n}n}bn}n}n}n}n}n}n}n}n}n}n}n}n}h6EOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhBqOJQJmH sH hZh.c>OJQJmH sH 'hZhf5CJOJQJaJmH sH 'hZhK/5CJOJQJaJmH sH $hZhqnCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhqn:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh,5:CJ,OJQJaJ,mH sH &("PQGHXbpyh`hgdgd$a$gdgd*| & F hh^hgdd{gd$a$gdgdö~j[K;hZh3f5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH hZhfOJQJmH sH 'hZhf5CJOJQJaJmH sH 'hZh.c>5CJOJQJaJmH sH 'hZhBq5CJOJQJaJmH sH hZhO5OJQJmH sH hu5OJQJmH sH hZh:GG6OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhBqOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH +134BK.236LVcjlqrtuv{5=>?@AfhZhBqOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhd{5OJQJmH sH hZhBq5OJQJmH sH Jfuv   !05?@GHTUXZnstv ,23457:;ǸhZh6OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh*|OJQJmH sH hZhBqOJQJmH sH h6EOJQJmH sH H;=>?@CF_`mtwz|}$%&'(),.0suhZh^"OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh*|OJQJmH sH N   =CDFJLMNQ]opuvxyz|  !#.4PXY[`bfhih6EOJQJmH sH hZh^"OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH Nik%:ACF]`bhjkpqrwxƶƶhOOJQJmH sH hZh6EOJQJmH sH hZhd{6OJQJmH sH hZh^"6OJQJmH sH h6EOJQJmH sH hZh^"OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH =,./3457EGHIJKNOTWXYָwww^G,jhZhN;;OJQJUmHnHsH u0hZhf5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh*|5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhQT5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh*|OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh^"OJQJmH sH hOOJQJmH sH Yabcdegopxy CJKLkmůůq`QBQBQBQBQBQBQBQhZhOJQJmH sH hZh$OJQJmH sH !hQT5CJOJQJaJmH sH 'hZh|5CJOJQJaJmH sH 'hZhqn:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh,5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh*|5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h:E5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhqnCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh*|5CJ,OJQJaJ,mH sH 4<>?@ABCDE&()4;<>BUc{}~ :CDEFGHK]_hshQOJQJmH sH hZh@OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hZhOJQJmH sH H  01   "$%&'(;<@I^`h-OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh$OJQJmH sH Ny~ s         8 9 { |       $a$gdgd\`gdgd $h^ha$gd\` $ & F0a$gd\`h`hgd68EGgmwy"$QWXY! $ 9 : k o q y | ~               9 ; @ E F H ^ b c d q ~ hZh\`OJQJmH sH h1XOJQJmH sH h-OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH J~                           ! " % - . / Ĵ{l]]]]]]]]]]]]hZh@OJQJmH sH hZh0aOJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH 'hZhshQ5CJOJQJaJmH sH !h5CJOJQJaJmH sH hZh|v6OJQJmH sH hZh\`OJQJmH sH hZh\`6OJQJmH sH h-h6OJQJhZh6OJQJmH sH  / 4 B D M O \ _ ` c r s t u v w x y                    6 9 W Z [ b f g o p q r u x { | } ֻ֬hZh& OJQJmH sH hZh xOJQJmH sH h1XOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZh@OJQJmH sH hZh\`OJQJmH sH hshQOJQJmH sH 5}                   緣zdzdzdPAhZh& OJQJmH sH 'hZhqn:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh\`5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh@@5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhJ fCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh\`5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhJ fOJQJUmHnHsH u0hZh\`5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhN;;5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH                           3 4 5 6 : ; E P Q S ] ^ h j n o r s v |               ˼hZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh%OJQJmH sH hZhQTOJQJmH sH 'hZhf5CJOJQJaJmH sH !hshQ5CJOJQJaJmH sH =   \|= 8!y 5$5%h`hgd P*h`hgd$%./=>XY[\ efuz|ӸhZhu/OJQJmH sH hOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh%OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH B !#*+/189:=?LPRV[\^ep "#SUmnsuӸӚӚhZhOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hOJQJmH sH hZh1cOJQJmH sH hZhu/OJQJmH sH hZh%OJQJmH sH hZhOJQJmH sH 835;<?Efgtv|}%&<=xyӚӚӚӋ{k{hZh@6OJQJmH sH hZhK6OJQJmH sH hZhKOJQJmH sH hZh1cOJQJmH sH hZh@OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhu/OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH & 78GHbdtu$%ߢߢhZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhKOJQJmH sH hZh@6OJQJmH sH hZhK6OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH 4%HJMNOPRWXx}~ BDho XZ[acijkhOJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhKOJQJmH sH J'*13678=?@ABCDEFHJXcfgr|5<EXZeflǻǻ嬻֬hZhN5OJQJmH sH h fOJQJmH sH hZh fOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh6OJQJmH sH h@OJQJmH sH Dlm "#$+67EIKMSXpz 34XӵӵӵhZhoWOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhN5OJQJmH sH hZh fOJQJmH sH BXYZglm./68DFsu()13NPmoǸǸǸǸhZh@OJQJmH sH hZh2OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhoWOJQJmH sH h fOJQJmH sH B !OQ #%&ACHIwy      N P w y             !!!hZhOJQJmH sH h fOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h@OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh2OJQJmH sH D! ! !!!!D!E!G!S!c!g!i!k!l!u!!!!!!!!!!!!!!!!!!!8":";"<"l"n"""""""" # #####!#"#5#ĵĩөӚċĵhZhXYOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hXYOJQJmH sH hZh@OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh fOJQJmH sH hZh2OJQJmH sH 65#7#P#R#`#e#g#h#y#{#########*$+$4$5$X$Z$r$s$$$$$$$$$$$$$$$$$4%A%\%]%}%~%%%Ʒ'hZhs5CJOJQJaJmH sH !h5CJOJQJaJmH sH hZh|vOJQJmH sH hZhEO,OJQJmH sH hZhEO,6OJQJmH sH hXYh6OJQJhZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH 15%]%~%%%%%@(A())O+P+Q+b+l+m+n+o+++A,gdKgd & F-gd~h^hgdli"gdsgd P*gdgd $h^ha$gdEO, $ & F0a$gdEO,%%%%%%%%%%%%%%%%%%&& & & &&&$&%&P&U&V&W&X&Y&\&^&s&t&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&ȹȹȹȹȹȹȹȪȹțȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹȹhZh# OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhEO,OJQJmH sH hZh P*OJQJmH sH 'hZh P*5CJOJQJaJmH sH 'hZhEO,5CJOJQJaJmH sH 7&&&' ' ' ''''*','>'?'U'\'p'v'''''''''''((*(+(3(:(;(=(?(A(I(K(L(M(N(O(P(R(S(U(V(j(k(o(p(w(x(y({(|((((Ӹ⸩⸚hZh# OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhy0OJQJmH sH hlOJQJmH sH hZh P*OJQJmH sH hZhEO,OJQJmH sH hZh@OJQJmH sH <((((((((((((((((((%)+)0)1)E)F))))))))))))))))))*********"*#*$*%*.*/*=*@*B*C*ĵ񦗵hZh~OJQJmH sH hZh P*OJQJmH sH hZhd9OJQJmH sH hZhDkOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhEO,OJQJmH sH hZhy0OJQJmH sH ;C*E*F*G*I*X*`*a*b*j*l*m*r***************>+D+M+O+Q+[+_+`+b+e+i+l+m+n+o+╄p'hZhs5CJOJQJaJmH sH !h P*5CJOJQJaJmH sH 'hZh@5CJOJQJaJmH sH hZh@OJQJmH sH hZhli"OJQJmH sH hsOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhd9OJQJmH sH )o+++++++++++++++++++++,, ,,,+,,,5,>,@,A,B,C,D,G,H,I,J,K,m,n,,,,,,,--^-ܾܲͦ܈hZhli"OJQJmH sH hZhsOJQJmH sH hKOJQJmH sH h4OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZhd9OJQJmH sH hZhKOJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH 2A,B,----...//0'010B0C0S0T00Q22~3|4A556h`hgdgd$a$gdgd + & F.gdKgdK^-b---------------------........... .,.../.0.a.b.c.d.e.i.r.y..........ѶѧјhZhlOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH h4OJQJmH sH hZhKOJQJmH sH hZhli"OJQJmH sH h4hli"6OJQJmH sH 6................//"/$/>/E/G/H/J/K/L/M/T/V/]/c/j/k/y/{/}///////////////ǸӁhZh@OJQJmH sH 'hZh +5CJOJQJaJmH sH 'hZhli"5CJOJQJaJmH sH hZh4OJQJmH sH hKOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhli"OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH 2//////00000000#0&0'0(0.000ôkWC'hZh5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhPh5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhJ fOJQJUmHnHsH u0hZhPh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh|v5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH  *hZh +OJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZhli"OJQJmH sH hZh@OJQJmH sH 001040A0B0C0R0S0T00000000000000000yj[L[@[L[L[L[L[L[Lh<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhNpOJQJmH sH hZh,sOJQJmH sH 'hZhf5CJOJQJaJmH sH !h45CJOJQJaJmH sH hZh& OJQJmH sH 'hZhqn:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhPh5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhJ fCJ,OJQJaJ,mH sH 0+1,1I1J1P1R1z11111111111111111111222 2222222 2!2#2$2P2Q22222222222222222222222222233 3"3?3h<OJQJmH sH hZh<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhNpOJQJmH sH I?3A3C3D3E3F3J3M3O3P3R3S3T3|3~3333333333333333344 44494I4K4R4S4p4u4z4|44444444444444455ĩĩĩĩĩĩĩĩĩĚĩhZh# OJQJmH sH hZh#"OJQJmH sH h<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhNpOJQJmH sH hZhV?OJQJmH sH <54575<5A5B5C5D5K5L5M5N5Q5X5Y5[5]5_5`5b5c5d5f5r5t5u5v5w5z5|5}5555555555555555555 6666(6N6O6Y6`6d6e666666666666666ֻhZhlFeOJQJmH sH ho~OJQJmH sH h<OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh#"OJQJmH sH I6666677 777=7>7U7V7[7^7c7d7g7h7t7u77777777 8"8\8]8_8f8h8i8x8y88888888888888899939697989p9w9z9{9999hZh>OJQJmH sH hZhV?OJQJmH sH h<OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhG]OJQJmH sH B679499.:<=====>>???'?(?_?`?CC$a$gdV?gdV?$a$gdV?gd,+gd $h^ha$gdPh $ & F0a$gdPhh`hgd9999999999999999999:::::::::-:.:5:7:A:G:H:J:f:h:::::::::::;;;;;";#;$;&;);*;+;.;2;3;4;5;7;9;:;;;>;@;A;hZhzOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh>OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH GA;s;y;z;;;;;;;;;;;; <<!<#<$<+<8<B<O<U<V<W<X<Y<a<h<k<m<<<<<<<<<<<<< = = ==0=7=F=G=\=]=====ǸǬhZhPh6OJQJmH sH hXh6OJQJhZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hXOJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhzOJQJmH sH :=====>>>>>>%>&>*>.>/>8>?>@>A>D>^>_>a>ѽwhwYwwwwIhZh*6OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhV?OJQJmH sH 'hZhV?5CJOJQJaJmH sH 'hZhPh5CJOJQJaJmH sH 'hZhSQ5CJOJQJaJmH sH !h5CJOJQJaJmH sH hZhEOJQJmH sH hZhPhOJQJmH sH a>c>d>k>l>q>~>>>>>>>>>>>>>>????&?'?(?^?_?ටo_OhZh5OJQJmH sH hZh*5OJQJmH sH  *hZhgOJQJmH sH 'hZhg5CJOJQJaJmH sH 'hZhPh5CJOJQJaJmH sH hZhSQOJQJmH sH hV?OJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhV?OJQJmH sH hZhV?6OJQJmH sH _?`?c?d?f?g?h?{??????????????????????????@@@@@@@@@@@@@3@8@:@;@B@H@I@J@K@L@M@N@_@`@a@c@l@p@r@s@t@@hZhV?OJQJmH sH hZhk OJQJmH sH hZh*OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hSQOJQJmH sH C@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@A AAA:A;A/>/>/>/>hZh8OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhBOJQJmH sH 'hZhf5CJOJQJaJmH sH 'hZh,s5CJOJQJaJmH sH 'hZhPh5CJOJQJaJmH sH 'hZhqn:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhPh5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhJ fCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhPh5CJ,OJQJaJ,mH sH (D,D.D@DBDWDYDuDvDwDxDyDzD{D|DDDDDDDDDDEE'E(E*EZE[EtEvEEEEEEEEEEEEEEEEEFFFF&F-F0FCFFFPFQFbFhZhOJQJmH sH hZh1OJQJmH sH h(OJQJmH sH hZh85OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh8OJQJmH sH MBMCMPMQM`MgMMMMMMMMMM񸨘hZh@r6OJQJmH sH hZhd{6OJQJmH sH hZhL 6OJQJmH sH hZh9OJQJmH sH hZhL OJQJmH sH hgvOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH 5MMMMMMMMMMN/N1N6NBNPNUNVN[N]N_NNNNNNNNNNNNNNNOO6O;ObOoO{OOOOOOOOOOP!P#P%P&P)P6P=P>P?P`PaPqPrPsPtPuPvPhZhEOJQJmH sH hgvOJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hqNOJQJmH sH hZhL OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH DvPPPPPPPPPPPPPQQQQQQQQ/Q6Q7Q8QKQMQdQjQkQnQQQQQQQQQQRRRARIRrRwRxRzRRRRRRRRRRRRRRSSShZhQzOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhEOJQJmH sH AS S S S SSS+S,S-S4S5SxSSSSSSSSS TTT!T$T&T'T)T5TBTDTmTwTxTyT|TTTTTTTTTTTTTTTTUU UU6U8URUYU[U\U^U_UUUUhZh&iOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hgvOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhEOJQJmH sH BUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUV V VVVVVVVV'V(V)V*V+V,V-V.V/V9V:V;VWHWIWUW[W\W]WeWlWmWnWqWtWuWvWwW~WWWWWWWWWWWWWWWW+X-XXXXXXXXXXXXXXXXhZh6OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZh&iOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH DXXXXXXXXXXXXXXXXӺq]I]5'hZhqn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhPh5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhx>OJQJUmHnHsH u0hZhf5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhPh5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhx>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZhqnOJQJmH sH hZh9OJQJmH sH hZhdmOJQJmH sH XXXXXXXXYYYY YYYYvgWGW7(hZh~OJQJmH sH hZh~5OJQJmH sH hZh2x5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhOJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH !h(5CJOJQJaJmH sH hZhqn5OJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhPh5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h(5:CJ,OJQJaJ,mH sH XYYYYZ\}^ ``,`-````````aaaagd  & F/gd gd2xgda$a$gd~h`hgd~gd~$a$gd~gdY"Y#Y(Y)Y+Y0Y3Y4Y5Y7Y9Y:Y=Y>YOYUYWYZY[YkYoYpYqY{Y}YYYYYYYYYYY&Z+Z,Z1Z2Z4Z7Z>Z?ZAZFZQZqZsZvZxZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZhZhZEOJQJmH sH h OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhOJQJmH sH HZZZZZZZ*[,[[[[[[[[[[[6\8\^\e\g\h\t\|\~\\\\\\\\\\\\\\\\\\] ] ] ]"]$]%]&]I]J]M]N]g]i]{]}]]]]]]]ӸhZhVmmOJQJmH sH hVmmOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh.\OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhZEOJQJmH sH B]]]^^^^!^+^2^4^9^;^E^G^H^K^g^h^n^r^s^u^|^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^________ _"_*_+_B_D_f_g_______````hZhx>OJQJmH sH hZh2xOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZh.\OJQJmH sH H`+`,`-`2`3`4`5`6`@`D`F`K`Q`T`U`[`]`^`_````````` a!a%a+a,a0aLaRa}a~aaaaaaȹqhZh(OJQJmH sH h OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh2xOJQJmH sH hZhaOJQJmH sH 'hZhf5CJOJQJaJmH sH 'hZh2x5CJOJQJaJmH sH *aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa$b%bLbNbObPbYb[b^b_b`bcbdbebfbhbnbôl]hZhx>OJQJmH sH 'hZhJm5CJOJQJaJmH sH 'hZh(5CJOJQJaJmH sH !hq5CJOJQJaJmH sH hZhJmOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH 'hZhq5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH $aaNbObPbZb[bbbb c cccc%eeg>ifigihiii9l:l$a$gd~h`hgd~$a$gdgdqgdnbobpbqbrbxbyb}bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb⸟o,jhZhkOJQJUmHnHsH u0hZhJm5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhl5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZhuOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hL4OJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZhJmOJQJmH sH 'bbbbbbbbccc c cccccíraM=.hZhxIOJQJmH sH hZh3|5OJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH !h(5CJOJQJaJmH sH hZhqnOJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhJm5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhk5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhJm5CJ,OJQJaJ,mH sH c"cxccccccccdddddd d!d"d%d&d(dHdJdKdMdUdWd[d\ddddd e e#e%eJeLeqe{eeeee f fff,f.fFfHfKfLfkfnf|f~fffffffffffg g$g&gLgʻٻʻٻʻʻʻʻʻʻʻʻʻʻʻʻhZhDOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hVOJQJmH sH hZhxIOJQJmH sH h@OJQJmH sH JLgNgPgSgUgVgWgXgagcggggggggggghhhhhhhhJhLhahghjhkhmhnhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhi iiij@jAjZj\j^j_jajbjcjdjfjhjnjujzj|j}jjjjjjjjjjjjjjjjjjkkkkkkkkkkkkkkkk k!k"k*k+k/k0k2k4kָhZh# OJQJmH sH hZhW[gOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH h@OJQJmH sH H4k5k8k9k:k]k^k`kdkfkgkhklknkpksktkykzkkkkkkkkkkkkkkkkk#l$l6l7l:l?lDlEl]l_l`lclhliljlĵ⦗hZhW[g6OJQJmH sH hZhW[gOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh|%OJQJmH sH hZhyOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhOJQJmH sH 1jlklolqlrltlulvlxlylzllllllllllllllllllllllllllllllllllllllm m m mmmm.m/m7m8m9m;mmGmUmVmdmimmmsm~mmmmmmhZh OJQJmH sH hZhW[gOJQJmH sH hZhW[g6OJQJmH sH hZh 6OJQJmH sH Lmmmmmmmmmmmmmmmmmmmnnnnn n n nnnnn!n"n#n$n%n.n/n0nӵrchZhOJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH 'hZhW[g5CJOJQJaJmH sH hZh(OJQJmH sH h OJQJmH sH hZhOEeOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhruOOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhW[gOJQJmH sH &:l#n$n%n/n0nTpUpfprpppppttvwx0x1xBxCxxxxy$a$gd~h`hgd~gd!$a$gdgdgd0nFnHnKnMn\n]n^n_nnnnnnnnnnnoo"o)o*o+o>oEoFoGoHoIoSoToUo\o^odooooooooooooooooooooooooo񸩸hZh OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh`3OJQJmH sH hOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhW[gOJQJmH sH 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhl5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhBG5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZh`3OJQJmH sH hZhOJQJmH sH "gpmpnpqprpuppppppppír^J:+hZhROJQJmH sH hZh5OJQJmH sH 'hZh5CJOJQJaJmH sH 'hZh|5CJOJQJaJmH sH hZhlOJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh)>5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhk5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh)>5CJ,OJQJaJ,mH sH  pppppppppppppppppqqqqq q qqqqqqq6q8q=qDqFqHqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqrr^r`rardrfrkrrrrrrrrrӻh!OJQJmH sH h-.bOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhmJMOJQJmH sH Jrrrrssssssss!s"s#s$s%s&s's)s*s+s,s6s>s@sAsDsKsLsOsQsRsSs]s_shsjsksosssssssssssssssssssssss t tttttt t#t2t8t9t:th-.bOJQJmH sH hZhROJQJmH sH h!OJQJmH sH hZhmJMOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH J:t;t>tMtOtPtQt\t_t`tctdtetftgtpttttttttttttu uuuu u!u"u$u%u*u,u/u0u1u2u3u4u6u9uSuTutuvuuuuuuuuuuuuuuuuuָhZhxOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH h-.bOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhmJMOJQJmH sH Buuuvvv v v4v8v:v;v=v>vLvVvrvuvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvwwwwwwww*w+w0w2w7wwYw[w\w]w_w`wwwwwwwwָָָhZh OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH h-.bOJQJmH sH hZhOJQJmH sH Hwwwwwwwwwwwwwwwxxx/x0x1xAxĹ{l]I'hZh5CJOJQJaJmH sH hZh3|OJQJmH sH hZhkOJQJmH sH hQ}hOJQJmH sH h-.bhq6OJQJh-.bh 6OJQJh-.bh~6OJQJh-.bh~OJQJh-.bh|OJQJhQ}hqOJQJmH sH hQ}h~OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH AxBxDxHxJxKxLxOx\x^x`xaxbxexnxsxtxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxyyܾܾܭq'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZh(5CJOJQJaJmH sH !hiuC5CJOJQJaJmH sH hZh OJQJmH sH hZh|KOJQJmH sH hZhiuCOJQJmH sH 'hZhiuC5CJOJQJaJmH sH (yyyyyyyyyyyyzzzzzzzzzzzz$z%z*z0z2z:z=z>zRzZz\z]z^z`zzzz͔͔͔͔͔͔͔ܲͣuhZhM>*OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhMOJQJmH sH hZhXOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hQ}OJQJmH sH hZh|KOJQJmH sH hZhiuCOJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH (y yzzzzzzzzzzz~~~ ~+~,~5~6~\~]~^~gd~$a$gd~$a$gd~gd$a$gd 0^`0gdgdiuCzzzzzzzzzzzzzzzzzzz{{{${&{.{9{?{@{C{R{V{Y{Z{{{{{{{{{{{{{{{{{¶϶Ϙ߉zhZhljOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZhMOJQJmH sH hI8OJQJmH sH hI8>*OJQJmH sH hZhI8>*OJQJmH sH hZhM>*OJQJmH sH hZhq>*OJQJmH sH 0{{{{{{||||$|%|'|>|\|]|^|k|q|||||||||||||||||}}}}} } } } }%}(}*}+}-}.}?}@}^}_}a}b}c}f}g}i}k}l}}}}}}}ǷӫӫhVWOJQJmH sH hZhw6OJQJmH sH hQ}hM6OJQJhZhqOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZhMOJQJmH sH C}}}}}}}}}}}}}~~~~~ ~ ~~~~~~~~Ǹo[G['hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhK5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhkOJQJUmHnHsH u0hZhl5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhK5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZhWnOJQJmH sH hZhWEOJQJmH sH hZhMOJQJmH sH hVWOJQJmH sH hZhqOJQJmH sH ~ ~$~*~+~,~4~5~6~7~[~\~^~տrcSC3$hZh~OJQJmH sH hZh~5OJQJmH sH hZhh5OJQJmH sH hZhK5OJQJmH sH hZhOEeOJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH 'hZhK5CJOJQJaJmH sH hZhqnOJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhk5CJ,OJQJaJ,mH sH  ^~m~q~r~s~u~v~{~|~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~13>?BDFKNuv}hZhhOJQJmH sH hhOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhKOJQJmH sH H^~~~~~~3MNvB`aހ)K$a$gd~gd~&)+,058ABOP^a€Àǀɀˀ̀܀ހ !')*,.1HJKh OJQJmH sH h~OJQJmH sH hZh9OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhhOJQJmH sH hhOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhKOJQJmH sH 7Á΁ρRScs֌,yɍʍgd~gd$MH$a$gd $h^ha$gdiuCgdpC & F hh^hgdd{gd$a$gd~ÁƁǁˁ́΁ρ'(̸कueUeUeUeUeF7Fh(hsOJQJmH sH h(hd{OJQJmH sH hZhd{5OJQJmH sH hZhs5OJQJmH sH hZhzQ5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH hZhOEeOJQJmH sH 'hZh& 5CJOJQJaJmH sH 'hZh`k5CJOJQJaJmH sH 'hZh(5CJOJQJaJmH sH !h(5CJOJQJaJmH sH hZh(OJQJmH sH (+58:;=>?@NOaijklmqry{|‚ĂłƂǂȂЂӂԂՂւׂ $&,3678;>@ACDEFIJKOPQ`hhZhOJQJmH sH hZhsOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH Shijkl#$&'^`abc̈́Єф҄    !"$&/0467KMPQSTU⚩hZhLJȇɇ͇χ /0259:>?@IJKLMQRňȈ͈Ո   123467MNYajl~h-OJQJmH sH hZhN9OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhLcOJQJmH sH M~‰239:NOWXY]_`ajklmnsv{?@tv‹ċŋƋNjָhZhljOJQJmH sH hZhpCOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh)5QOJQJmH sH hXOJQJmH sH HNjȋɋ΋ϋ֋׋ًڋۋ;<OPQRSTUVYZ_bcϾ⠇nnnU0hZhOEe5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhPB5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh`k5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhzQOJQJmH sH  hZhd{0JOJQJmH sH %jhZhd{OJQJUmH sH hZhpCOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH cdhipqrstuvxծoYJ6'hZhPB5CJOJQJaJmH sH hZhqnOJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhPB5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h(5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhqnCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhPB5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhTnOJQJUmHnHsH uӌԌ֌ ̼paUIIh<4OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhNROJQJmH sH hZh<4OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhPBOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZh~5OJQJmH sH hZh(5OJQJmH sH hZhPB5OJQJmH sH hZhR OJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH  &'(+,MNwy{}Ǎʍэҍ׍ٍ 1256RSUWyzҎԎՎ؎َݎގߎ  !ӵhZh<4OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhNROJQJmH sH hZhPBOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH CS;{<=?@"#Iޓ $h^ha$gd^gd' gd:gd$a$gd~gd~!":;TVy{39;ֻ֬֝xdPd'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZh(5CJOJQJaJmH sH !h~5CJOJQJaJmH sH hZhTnOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh<4OJQJmH sH h<4OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhNROJQJmH sH hOJQJmH sH ;<=BHPZ[\]_flmrsȐʐ!()*,<>?;;;;ͯvhZheOJQJmH sH hZh$MHOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZh:OJQJmH sH hZhNROJQJmH sH hZhiuCOJQJmH sH hZhOEeOJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH .?@horsu}~ɑБёԑՑݑޑ !"#13tuvx̒ΒGHIXdikܓݓޓ ĩ񚸚񚸚ĩ񩸩ĩhZhUOJQJmH sH hZh$MHOJQJmH sH hOJQJmH sH hZh' OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhNROJQJmH sH hZh:OJQJmH sH <!"$%'25E]^`fijopwxyzƔԔ۔ݔޔ NP`fΕЕIJijhZh' OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh$MHOJQJmH sH hZh:OJQJmH sH Eɰɰɰəqq^H2H*hZh$MH5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh$MH5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZh$MH5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhTn5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZheOJQJmH sH ʖ˖ۖܖ?uΞϞopѠҠӠݠޠ 0^`0gdgd:^7$a$gd~h`hgd~$a$gd~gd(gd$a$gdÖɖʖ˖ږۖܖEF꾯{k^O?/?/?/?hZh~6OJQJmH sH hZhJ46OJQJmH sH h(h(OJQJmH sH h~5OJQJmH sH hZh$MH5OJQJmH sH hZhOEeOJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH !h(5CJOJQJaJmH sH hZhqnOJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh2 5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh$MH5:CJ,OJQJaJ,mH sH Ǘ͗Зҗ*+ĘɘʘΘϘژۘ"'*,?Art&(Y[ƶhZhXOJQJmH sH hZh(6OJQJmH sH h~6OJQJmH sH har7hQzOJQJmH sH har7h~OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH B[adКњ bjƛǛɛʛ˛    EGbdלٜ    $&')*-=?FHIKLNOPQSv}ĸhwOJQJmH sH hZh, OJQJmH sH hZhf?OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhXOJQJmH sH Hĝ̝ݝߝ!"#%+,./123?EKSUVWXsŞ˞͞ΞԞ񯛇sdhZh!OJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZheOJQJmH sH hwh~6OJQJhwOJQJmH sH hiOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZh, OJQJmH sH 'Ԟמ؞ٞڞ۞   #@EVX\]^_acdfghijklmo  (*+,8=^hZhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh1OJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZhyOJQJmH sH G^dmnopРѠҠӠܠݠޠĵĵĝzfRCĵĵĵhZh+POJQJmH sH 'hZh:^75CJOJQJaJmH sH 'hZh2 5CJOJQJaJmH sH 'hZh.:5CJOJQJaJmH sH hZh(OJQJmH sH h2 OJQJmH sH hlOJQJmH sH hZh.:OJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZhOEeOJQJmH sH hZhyOJQJmH sH hZh OJQJmH sH !#&,-.01568;<?@ABCDJKMNVWXZ[\chiprswxá١ /0ǝӝӝӝhZh+POJQJmH sH h6OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hlOJQJmH sH hZh1OJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZh.:OJQJmH sH >0JLZ]^bhikpry¢Ģ +-JKQR`fghijlrⵦhZh& OJQJmH sH hZh2 OJQJmH sH hZh:^7OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZh^OJQJmH sH hZh!OJQJmH sH hZh+POJQJmH sH 7ޠʣˣۣ\klF./ݪԮ  gd3 $h`ha$gdth`hgdt $h`ha$gdt$a$gdgdgd:^7ɣʣˣ緣|fP<+!him5CJOJQJaJmH sH 'hZhqn5CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh.5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh.5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZh.5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhTn5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH ˣڣۣܣXY[\^˻}m}m}m}m}m}^O@^hzf7h3OJQJmH sH hzf7h.OJQJmH sH hzf7hzf7OJQJmH sH hZht6OJQJmH sH hZh.6OJQJmH sH hZh.OJQJmH sH h7wh(OJQJmH sH h(ht5OJQJmH sH h(h.5OJQJmH sH hZhOJQJmH sH 'hZhqn5CJOJQJaJmH sH !h(5CJOJQJaJmH sH ^cdklvĤŤǤȤФ֤ۤܤ[acetuåĥǸhZh~OJQJmH sH hZh3lOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH h3lOJQJmH sH hZh.OJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hOJQJmH sH hzf7h.OJQJmH sH hzf7htOJQJmH sH .!')*+,-./0DGJKLOPRTYtxy~"$%')*+-ABDEchilnopqruwyhZhQzOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh%OJQJmH sH S*,-./19@BCSU[\ijkxַxxxxxxxk\hzf7htOJQJmH sH hzf76OJQJmH sH hZhj6OJQJmH sH hZht6OJQJmH sH hZhWnc6OJQJmH sH hZhjOJQJmH sH hZht5OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh%OJQJmH sH h3lOJQJmH sH /1234567IKOQW]gisuөթ  (*+,6>@ivwǸh|B4OJQJmH sH hZh$OJQJmH sH hTFOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhwEOJQJmH sH hzf7hOJQJmH sH htOJQJmH sH hzf7htOJQJmH sH hzf7hQzOJQJmH sH 3wy۪ݪ#-;>NRSUWYghipy>AHJlnpqr~hZh OJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hTFOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhwEOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH B֬׬ڬܬ߬/0BCDGHJKL`jpq٭ܭݭޭ  :?@CEGemntîҮhTFht6OJQJhZhTFOJQJmH sH hTFOJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH F  #$%./0AHIJefjouv̯®p\H'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZh(5CJOJQJaJmH sH !h 5CJOJQJaJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh3OJQJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZh 5CJOJQJaJmH sH 'hZh35CJOJQJaJmH sH hZh(OJQJmH sH htOJQJmH sH hZhmcOJQJmH sH կ֯ijCD#$͹ιºúԺ$a$gd $h^ha$gdgdgdU0$]^a$gd1gd 0^`0gdgd̯үԯկ֯%(),/04egɱʱݱ߱ôxiiihZhU0OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh?OJQJmH sH hZheOJQJmH sH 'hZhOEe5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH )hijlmnoòIJŲƲȲʲ˲ͲβвԲղײزٲڲܲ!%-.146ĸĞh[B[OJQJmH sH hZhx#OJQJmH sH h7whOJQJh7wh6OJQJhZhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhU0OJQJmH sH hZh?OJQJmH sH 767BCtuóͳγϳٳ!*,-.124;=>Mcuw´Ĵ!)*+-.Ǹ֬֬Ǭ֬ǬǬh[B[OJQJmH sH hZhxbOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh?OJQJmH sH himOJQJmH sH D./023;>@BCDcdtwxyʵ̵εϵеصڵ۵,.01EFLNOPQR񸨘hZht6OJQJmH sH hZhx#6OJQJmH sH hZhx#OJQJmH sH h[B[OJQJmH sH hZhxbOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH ?@ACEHtu̸͸θѸҸԸո۸ݸ޸349;̹͹񵦵hZhU06OJQJmH sH hZh[L6OJQJmH sH hZhU0OJQJmH sH hZh[LOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhxbOJQJmH sH hZhx#OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH 4͹ӹֹ׹عٹ $)*./023QRdfgnpqºúĺƺǺʺ˺кӺԺպī{,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZh[L5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhTn5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh[LOJQJmH sH hZhU0OJQJmH sH -պٺںĮr^J;,hZh'OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZhqn5CJOJQJaJmH sH 'hZh[L5CJOJQJaJmH sH hZh75OJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh[L5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hZhCJ,OJQJaJ,mH sH 'hZht5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh[L5CJ,OJQJaJ,mH sH y]/0@q$a$gdh^hgd  & F ^gdd{gd( & F hh^hgdd{gde$a$gdtgdtgd   +-7?@ACFGH[`acdejnqtuvz߻ AC}üռּݼ߼hOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh'OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH N   79TU\`ors{|~ƽȽѽҽӽԽսڽ78=>CEPRȾӾվ׾ؾھĩĩĩĩhOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhjf@OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh'OJQJmH sH B"%12[r~ðr^N>hZh95OJQJmH sH hZh75OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZh~5CJOJQJaJmH sH 'hZhjf@5CJOJQJaJmH sH +hZh(5B*OJQJ\mH phffsH %h(5B*OJQJ\mH phffsH hZhOJQJmH sH hZht6OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhjf@OJQJmH sH ȿ˿ͿοпѿҿӿԿտ   ",-/01234=>Q]`iklxz{}hZhOJQJmH sH h[gOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhjf@OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhjf@5OJQJmH sH hZhu5OJQJmH sH 5<>Yagnoqsw !$%*138?AT[]^_a⸩ָhZh# OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh OJQJmH sH h[gOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhjf@OJQJmH sH B  *6P\ghwz{|YZozǷ񷧷񧷧hZhd{5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZh(OJQJmH sH hd{OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH B;=>ACDEFw#.вввввввввЗввввввввввввhZhljOJQJmH sH h_mOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh 5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH 5./012367<?@AVWgipӺq]I]5]'hZh+5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZht5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh.%5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhaOJQJUmHnHsH u0hZh\5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh.%5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh75B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhhOJQJmH sH pqrstv~¬vbSD8D8DhTOJQJmH sH hZh+OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH !h(5CJOJQJaJmH sH hZhqnOJQJmH sH *hZhqn5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh.%5:CJ,OJQJaJ,mH sH $h(5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhqn5CJ,OJQJaJ,mH sH q.,/01BCgdXagdt $h^ha$gdpO $ & F0a$gdpOh`hgdtgd$a$gd()OPVWabqrsu   +/01KLqsw{|}~ %*+/78:VӬӻhZh# OJQJmH sH hTOJQJmH sH hYLOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh+OJQJmH sH hZh[oOJQJmH sH DVghmnost|}  7;<>?@nopr  OQv~婚hZhOH OJQJmH sH hZhpOOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh[oOJQJmH sH hZhTOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hTOJQJmH sH < ,.MTXY_`jo    #%&()*,9:?@rs|hZh# OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhpOOJQJmH sH S ./01ABHKL\^񨗃o[LLLhZhXaOJQJmH sH 'hZhXa5CJOJQJaJmH sH 'hZhpO5CJOJQJaJmH sH 'hZh(5CJOJQJaJmH sH !ht5CJOJQJaJmH sH hZhiOJQJmH sH hZhOH OJQJmH sH hZhpO6OJQJmH sH hTht6OJQJhZhtOJQJmH sH hZhpOOJQJmH sH ^_`adefkmnrstw!#$')02ad~  CJ⨘hZhXa6OJQJmH sH hZhOH 6OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH h%cOJQJmH sH hZh 3OJQJmH sH hZhXaOJQJmH sH hZhOH OJQJmH sH nOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhXaOJQJmH sH hZh 3OJQJmH sH B;ACDEJ\_`eκ~n____PPPhZh OJQJmH sH hZhqxOJQJmH sH hZh,?5OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZh55CJOJQJaJmH sH 'hZhXa5CJOJQJaJmH sH hZhI>nOJQJmH sH hZhXaOJQJmH sH DE!"+,DE|h`hgdtgd[ $^a$gdt$a$gdgd5gd gd%)*012356?@hijkpqrtuӞӏhZhXaOJQJmH sH hB6OJQJmH sH h5;OJQJmH sH hBOJQJmH sH hZhI>n6OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhI>nOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH 4 :CIJLMTUWXRӿ}m^ӜӜhZh/ .OJQJmH sH hZh 6OJQJmH sH hZhI>n6OJQJmH sH hZhI>nOJQJmH sH hZh OJQJmH sH 'hZh 5CJOJQJaJmH sH 'hZhI>n5CJOJQJaJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhXaOJQJmH sH hZh,?OJQJmH sH $RSī{gS=*hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh95CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZha5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh95B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh-OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZh OJQJmH sH  !"*+,89:DEGfg꾭vfVfVG;,;hZhjQ%OJQJmH sH h+kOJQJmH sH hZh/ .OJQJmH sH hZht5OJQJmH sH hZhjQ%5OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZh|5CJOJQJaJmH sH !hPYI5CJOJQJaJmH sH *hZh\5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh95:CJ,OJQJaJ,mH sH gsz|}~ &AHIJKWYz|  >@ĸөӚhZh'HOJQJmH sH hZh OJQJmH sH h+kOJQJmH sH hZh9OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh/ .OJQJmH sH hZhjQ%OJQJmH sH <@AGJKMNOPs|   EGOQWY13?B^hZh/ .OJQJmH sH hZhjQ%OJQJmH sH h+kOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH H^_`dfghiklr$(*+,-.09;<=>@ABbhjnorstuwxyzǸǩhZhIlOJQJmH sH hZh+kOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH h+kOJQJmH sH hZhjQ%OJQJmH sH hZh OJQJmH sH ?m(!CDEVWgdgdM $h^ha$gd8 $ & F0a$gd8h`hgdt  %&*-.012@IVXy~ !"<CEFTW`bjpqr־־־־hZh/ .OJQJmH sH hBsOJQJmH sH h5OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hIlOJQJmH sH E  IKvwyz{~=@CEFHLNTVXY_emnӻhPYIOJQJmH sH hBsOJQJmH sH hZh/ .OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh OJQJmH sH J 02LNQSTU_beg%&'-.0ACJLagtz񸬸ָhZh# OJQJmH sH hPYIOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhBsOJQJmH sH hBsOJQJmH sH hZh/ .OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH > "*467km~ '(34<=>@Xbcehnpq  ǸǸhZh|OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hBsOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhBsOJQJmH sH H %&23DLV[  !"-.4=JOPQZ_djkptyzhZh# OJQJmH sH hPYIOJQJmH sH hBsOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH E"#$,-ceuz| ,./2_aq{!&*+,01456hZh8OJQJmH sH hxVOJQJmH sH hBsOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh*FOJQJmH sH J67DLdflmnrtuxz}~BCDEUW\]⺫tehZhzgOJQJmH sH 'hZhzg5CJOJQJaJmH sH 'hZh85CJOJQJaJmH sH hMhMOJQJmH sH hMhtOJQJmH sH hZh\6OJQJmH sH hxVh86OJQJhxVht6OJQJhZh8OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH ']^_`aijky~$%&.035;<?@MUcdnoĚĚhZhHOJQJmH sH hPYIOJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh}OJQJmH sH hZhqOJQJmH sH hZhzgOJQJmH sH hZh8OJQJmH sH 6$+GI[]nu 5678ⵦhZh& OJQJmH sH hZh*[OJQJmH sH hZh! OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhzgOJQJmH sH hZh}OJQJmH sH 9W67Hyf4Ywxy $h^ha$gde $ & F0a$gde h`hgdt$a$gdgd*[gd89;>?DGHIJKOPxy|緣{eO9*hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh}5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZht5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh}5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZh}5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZha5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH (*EHILY]cqɺhWOJQJmH sH hZhk:OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh#OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZh|5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH 2ACDEFGHIX]^a$&.12358NVWdfhWOJQJmH sH hZhk:OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh#OJQJmH sH Jfijklpqtuvw   ()+-.1FHIKNPQRST]_a":;OSXYZ[`bhWOJQJmH sH h`OJQJmH sH hOyOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhe OJQJmH sH K()24AXYvwxyȼӡ|hTh@'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhM5CJOJQJaJmH sH !ht5CJOJQJaJmH sH hZhv$lOJQJmH sH hWhe 6OJQJhWht6OJQJhWhtOJQJhZhe OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH  !"%(*=?@INPQSklstzĵhZh5IOJQJmH sH hZh1OJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhe OJQJmH sH hZhnWROJQJmH sH =,-PUVX_defhijlopqr'hZh:5CJOJQJaJmH sH hwUOJQJmH sH hZh5IOJQJmH sH hZhnWROJQJmH sH hZh7OJQJmH sH ? !QRb $a$gdtgdt$a$gdgd:gd !%'(+,.56:CEGHJKQ`a>EHIJKS\elvwxȹhXOJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhnWROJQJmH sH hZh5IOJQJmH sH hZh:OJQJmH sH 'hZh:5CJOJQJaJmH sH 'hZh5I5CJOJQJaJmH sH 8 9OQRSTUXY^abcĵl,jhZhOJQJUmHnHsH u0hZhD5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZha5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh#0OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZh5IOJQJmH sH hZhnWROJQJmH sH 'cdeijír^J;,hZhDOJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZhD5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhD5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZht5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhD5CJ,OJQJaJ,mH sH +,RS}%&3589:bcxy񜌀qhZhMOJQJmH sH hoOJQJmH sH hZh]gm6OJQJmH sH hZht6OJQJmH sH hwOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZh1OJQJmH sH h|`mOJQJmH sH hZhDOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH + ?Ifh}ôtgtXI=IXIXIXIXIh|`mOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH h|`m5OJQJmH sH hZhH5OJQJmH sH hZhU5OJQJmH sH hZhu5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh& 5CJOJQJaJmH sH 'hZho5CJOJQJaJmH sH 'hZhU5CJOJQJaJmH sH } (+6?@ACDEKLNOWijkmop(+79;AhZhv1OJQJmH sH hwOJQJmH sH hZhwOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH FACLNOXY[\]^z}   %&,/0149:Bdfqx~ǻh1OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhv1OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH h|`mOJQJmH sH I9:;<=>DFHLdghp{}4;BCPWbcfohZhd{OJQJmH sH hZhv1OJQJmH sH hwOJQJmH sH O  ")*,468>?@ADEJOPUXYgoqrtzֻֻhZh|OJQJmH sH h1OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH h|`mOJQJmH sH hZh;OJQJmH sH J  #+,TUWYprw IJbcdfghò⢓z0hZho5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhj[5OJQJmH sH  hZhd{0JOJQJmH sH %jhZhd{OJQJUmH sH h|`mOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh;OJQJmH sH -fv^ 2 `     I J   ! "  $h^ha$gdQ $ & F0a$gdQ h`hgdtgd$a$gd & F hh^hgdj[hilmruvw絞yeyyQ>$hF5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh_5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZht5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh;5CJ,OJQJaJ,mH sH !h5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh{>OJQJUmHnHsH u0hZh75B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZho5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh;5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH ׫whYJYJYJYJYJYJYJhZhtOJQJmH sH hZh=-OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH !hM5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hF5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh;5:CJ,OJQJaJ,mH sH    &'(+024568BCEV]^_`b GIR^_`egjnӻӻhaOJQJmH sH hc'OJQJmH sH hZh=-OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhe/OJQJmH sH Fnstw  !,-.13467IJNOPQRTUVWXZ[\]^_`giqwٻٻhZh# OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh=-OJQJmH sH haOJQJmH sH hOJQJmH sH JwQSWXYZ\^`aijv{|~+-MORSUVcefjklmhZhQ OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZh=-OJQJmH sH Gmo}   !(*+23456=?W_ce|~  # ' ( * 5 7 8 : = ? hZh OJQJmH sH haOJQJmH sH hZhpOJQJmH sH hZhQ OJQJmH sH hZhtOJQJmH sH H? A D E K \ ^ o w                                        % & ' . / 1 2 ⿳hZh# OJQJmH sH hZhpOJQJmH sH hc'OJQJmH sH hOJQJmH sH h!htOJQJhaOJQJmH sH hZhtOJQJmH sH hZhQ OJQJmH sH 62 8 A Y \ ^ _ `          ҷlXI:hZhlOJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZht5CJOJQJaJmH sH hZh{>OJQJmH sH hZhQ OJQJmH sH hah 6OJQJhahQ 6OJQJhaht6OJQJhahtOJQJhah|OJQJ             ( ) + - . 0 1 3 5 6 7 8 @ H J L [ \ f                       # + 1 5 hZhOJQJmH sH h[OJQJmH sH hZh1OJQJmH sH hZhl6OJQJmH sH hZhp6OJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZhpOJQJmH sH 95 @ H J O R S [ i u w y z                        # , . 7 : ; ? ^ c j k l m n p        ӵӡӒӒӒӒӒӒӒӒӒӒhZh $%OJQJmH sH 'hZh $%5CJOJQJaJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhpOJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH 9" # - .     -P b $h`ha$gdr$a$gd[$a$gdr$a$gdgd$a$gdgd                   ӺyeQeye='hZh z~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZht5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhE&K5CJ,OJQJaJ,mH sH !h5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh z~OJQJUmHnHsH u0hZhE&K5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh $%OJQJmH sH hZhOJQJmH sH       !ԾxhXhI:hZhE&KOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhr5OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZh|5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhE&K5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH !"67GRSTUVWX_`xy{}~  z|}HJӵӵӵӵhZhbOJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZhE&KOJQJmH sH hZhOJQJmH sH G %'(*FHOQU[\^ik   *,-.23679:;\hZOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZh)5OJQJmH sH hZhbOJQJmH sH H\^pruv~9:NPln$&VXjlmoprtv-/OVgjmnhZh OJQJmH sH hZh 0OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh)5OJQJmH sH hZhrOJQJmH sH G#(,.=>jku{|}~   "hZh?<OJQJmH sH hPOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZh OJQJmH sH H"$%&')*+CDOPRSUW[\]^_c~JLtuĵĵĩh\OJQJmH sH hZh 1NOJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZh?<OJQJmH sH hZhrOJQJmH sH ALuI'M"!!! #B##$%'`''''''(gd $h^ha$gd $ & F0a$gd $h`ha$gdr !%'+,>?gituvwz}~!"$ٻٻ٬ʬʝʝʝhZh 7 OJQJmH sH hZhBOJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZhlOJQJmH sH h\OJQJmH sH h.OJQJmH sH >$,-/156JLMPRS  !%&'68NOVWhZhvOOJQJmH sH hZh[OJQJmH sH h[OJQJmH sH h.OJQJmH sH h.hr6OJQJhZhBOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZh 7 OJQJmH sH 9 4789=CDIOUVWZ[&./023MOvxĵĦĚh[OJQJmH sH hZhsOJQJmH sH hZhDtOJQJmH sH hZhBOJQJmH sH hZh 7 OJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH <  %'(689;>FGJLMOW{|  hZh# OJQJmH sH hZhHBOJQJmH sH h\OJQJmH sH hZhBOJQJmH sH hZhsOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH B02HJRTUX[]ef     - / 1 9 ; < ? @ R S X Y                  h[OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhBOJQJmH sH hZh 1NOJQJmH sH hZhHBOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH B   !!!! !"!)!.!/!1!3!9!A!B!C!D!E!G!H!I!J!K!L!M!N!O!X!Z![!^!`!a!b!c!e!m!o!p!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!""""C"E"H"^"c"h"o"p"u"ĸĸhSrOJQJmH sH hZhKOJQJmH sH hZhBOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZhHBOJQJmH sH Hu""""""""""""""""""""""""## #!#"###%#4#6#A#B#Z#[#e#k#m#o#p#q#s#t#~######################$$hZhljOJQJmH sH hZhBOJQJmH sH h[OJQJmH sH hSrOJQJmH sH hZhKOJQJmH sH hZhrOJQJmH sH D$$$)$+$U$W$`$b$$$$$$$$$$$$%% %%%%4%6%?%L%M%T%U%e%j%t%z%{%|%}%%%%%%%%%%%%%%%%&&&&q&s&&&&&&&֩hZhplOJQJmH sH hZh6OJQJmH sH hZhBOJQJmH sH h[OJQJmH sH hZhrOJQJmH sH hZhKOJQJmH sH B&&&''('*'V'['\']'^'`'~''''''''''((Ƿq]N?NhZh 1NOJQJmH sH hZhq,OJQJmH sH 'hZh 1N5CJOJQJaJmH sH 'hZh 5CJOJQJaJmH sH 'hZhq,5CJOJQJaJmH sH hZh{>OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh 6OJQJmH sH h[hr6OJQJhZhrOJQJmH sH hZhSrOJQJmH sH hZhplOJQJmH sH ((((?(@(L(M(W(X(n(o(p(v({(}((((((((((((() ) ) ).)5)8);)?)B)C)Ǹua'hZh 1N5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZhMOJQJmH sH hJ 5OJQJmH sH hZh5vOJQJmH sH hBOJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhq,OJQJmH sH hZh 1NOJQJmH sH &(((((**7+8+++++,,,,,X-m....h^hgdnh`hgdlh`hgdngd$a$gdgd 1NgdMC)H)S)T)^)`)f)g)i)j)))))))))))&*(*,*.*/*2*L*U*W*X*s*y*z*{*|*~**********************++%+,+-+5+6+8+n+⸩hZh OJQJmH sH hZh1OJQJmH sH hBOJQJmH sH hZhq,OJQJmH sH hZh#DOJQJmH sH hZh 1NOJQJmH sH An+p++++++++++++++++++++++++++Ǯ~mYEYm'hZhn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh 5CJ,OJQJaJ,mH sH !h5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh z~OJQJUmHnHsH u0hZh 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh 1NOJQJmH sH hZh#DOJQJmH sH hSrOJQJmH sH +++,,,,,,,,$,.,1,2,J,L,տufWH9H9*9HhZhSrOJQJmH sH hZh`OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh7OJQJmH sH 'hZh75CJOJQJaJmH sH !hM5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh 5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z~5CJ,OJQJaJ,mH sH L,c,d,,,,,,,,, - -------- -$-'-(---5-I-U-W-Y-a-b-j-k-t-u-z-{---------------------------.. .hZh# OJQJmH sH hZhZ OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh`OJQJmH sH B .......5.6.;.<.l.o............. / /////1/3/E/F/]/_///////000#0)0-0;0=0񵦵񵦵h[OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZh[OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhZ OJQJmH sH hZhQzOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH 2. /00111 1F1G12555555555gdn$a$gd $h^ha$gdgdigdgdM $h^ha$gd~ $ & F0a$gd~h`hgdnh^hgdl=0>0S0q0s0t0|000000000000000001111 1=1C1E1F1ʾٯlX'hZh75CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZhMOJQJmH sH hnOJQJmH sH hZh{>OJQJmH sH h[hn6OJQJhZhnOJQJmH sH hZh~OJQJmH sH h[OJQJmH sH hOJQJmH sH F1G1L1O1w1y111111111222 2 2222)21222A2L2222222222222222222222223ⴤĘĘhZh# OJQJmH sH hM"cOJQJmH sH hZh;6OJQJmH sH hZhl6OJQJmH sH hZh;OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZhiOJQJmH sH 2333333)3-33353637383T3U3_3k3s3t3u33333333333333333 4 44444=4>4C4E4L4N4T4[4c4d444444⬸⸬⎬hZhM"cOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hM"cOJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZhIFOJQJmH sH 84444444444444444555,5.505152535P5S5X5f5h5v5}5~5555555555555廢0hZh55B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hOJQJmH sH hZhlOJQJmH sH hZh5OJQJmH sH hM"cOJQJmH sH ,55555555555555İ؜pZK:&'hZhUl5CJOJQJaJmH sH !hM5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh55:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh z~5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh55CJ,OJQJaJ,mH sH !h5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh z~OJQJUmHnHsH u 55555555555555555 6 666666!66686;6A6B6C6P6U6V6X6[6\6]6^6_6`6y6{6666666666666666666666666666777777+73757h`(OJQJmH sH hZh JOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhG5OJQJmH sH N55!6C6`66666667q777798S8T8_8`8{8|8)@ & F 8h^hgdg?Qgd$a$gdn]gd`(]gdngdn]gdn5767778797:7<7>7p7q7r7s7t7u7x7y77777777777777777777777-8.8/838485878<8?8E8G8J8L8Q8R8S8T8X8ӿ'hZh55CJOJQJaJmH sH 'hZhn5CJOJQJaJmH sH 'hZh{>5CJOJQJaJmH sH hZh5OJQJmH sH hZh JOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH 7X8\8^8_8`8z8{8|888888888ôtdtdWK<-hZhOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hOJQJmH sH h5OJQJmH sH hZh J5OJQJmH sH hZhd{5OJQJmH sH hZho5OJQJmH sH hZhu5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH hZhUlOJQJmH sH 'hZhUl5CJOJQJaJmH sH 'hZh55CJOJQJaJmH sH 'hZho5CJOJQJaJmH sH 88888888888888888888889%9'9(9+9-9.93949?9A9B9F9G9H9O9Q9R9S9U9]9^9a9b9e9f9h9l9o9s9t99999 ::::!:":5:;:J:K:L:X:Y:c:k:o:p:r:s:v:w:z:h`(OJQJmH sH hZhL&OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh JOJQJmH sH Nz:{::::::::::::::::::::::::::::::::: ;;;;;;;;!;";3;5;F;J;K;M;R;T;^;b;e;f;g;r;;;;;;;;;;;;;;;;;;;< < <h`(OJQJmH sH hZh9E3OJQJmH sH hZhL&OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH N < <<<<<0<2<3<4<5<6<7<9<<<=<?<@<B<L<N<O<P<Q<R<U<Z<\<]<^<v<|<~<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<== ="=#=(=E=M=T=U=X=a=b=c=e=f=h=l=m=hd1OJQJmH sH hZhljOJQJmH sH h`(OJQJmH sH hZh9E3OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH Jm=n=p=w=x=y===========================>>>>>>/>;>>>?>@>E>G>J>K>P>Q>g>m>>>>>>>>>>>>>>>>>> ? ? ???S?Y?]?_?q?}?~???hZh OJQJmH sH hZh9E3OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH Q???????????@@&@'@(@)@*@+@-@0@1@6@9@:@ò֢jQjQjQ0hZhUl5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh 5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZh 5OJQJmH sH hZh5OJQJmH sH  hZhd{0JOJQJmH sH %jhZhd{OJQJUmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hdOJQJmH sH )@*@:@N@\@]@f@g@B^CDD0E1E2EXEYEG GGGXHhH|HHgd('gdF $a$gdnh`hgdngd$a$gdgd :@;@?@@@F@G@H@I@K@L@M@N@O@P@Q@S@[@\@]@e@խnXI5'hZh|5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh 5:CJ,OJQJaJ,mH sH $hv5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh_5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZh 5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZh{>OJQJUmHnHsH ue@f@g@v@x@y@{@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@AAAAAA;A=A@ABA_A`AbAdAxAyA{A|AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAABBBB$B&B1B6B@BAB;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;hZhM3qOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhUlOJQJmH sH 'hZhUl5CJOJQJaJmH sH KABBBDBEBJBKBMBOBUBVBWBXB[B\BeBgBhBnBoBpBqBBB CCCQCRCSCZC[C]C^CuC~CCCCCCCCCDDDDEDIDKDQDSDTDcDdDDDDDDDDh3cmhn6OJQJhZhQzOJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH h.mOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhM3qOJQJmH sH =DD/E0E1E2EOEUEWEYEbEcEdEeEEEEEEEEEEFFF%F&F,F.FNFOFhFѽrcTcTcTcTcTcTcTcTcTcTcTchZh<OJQJmH sH hZhTsGOJQJmH sH 'hZh('5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH hZhF OJQJmH sH 'hZhn5CJOJQJaJmH sH hZh{>OJQJmH sH hZh OJQJmH sH hZh 6OJQJmH sH  hFiFjFkF|FFFFFFFFFFFFFFFFFFGG%G*G+GGGGGGGG H HHHHHHWHXHYH[H^H_Hөw0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhjk5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hGXOJQJmH sH hZhF OJQJmH sH hZhTsGOJQJmH sH hZh<OJQJmH sH ._HdHgHhHiHjHkHmHnHtHuHvHwHyHzH{H|H~HHHHH緣{eOeO9*hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhjk5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhK5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs75CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhjk5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhs7OJQJUmHnHsH u0hZhjk5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH HHHHtKKKKKKK-L.LMMNN,N@NQNaNbNO3Q$a$gdgdjF $h^ha$gdk $ & F0a$gdkh`hgdngdMgdHHHHHHHHHHH I I%I-IAIFIGIKIVIXIZI[I\IfIqIuIwIxIzI{I}IIIIIIIIIIIIIIJJJJJJJJ*J-J.J3J̽hZh3SOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhkOJQJmH sH hZhUlOJQJmH sH 'hZhUl5CJOJQJaJmH sH !hM5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH 83J8J:J;J?J@JAJEJFJIJSJsJwJ}J~JJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJKKK K*K-KGKNKYK\K]KbKdKlKrKKKKKKKK⻫hZhoOJQJmH sH hZhk6OJQJmH sH hZ"?hn6OJQJhZ"?OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhkOJQJmH sH ;KKKKKKKK,L-L3L6L7L8L9L:L=L@LALHLLLMLQLSLTLWL`LbLgLLLLLƲƞqbbbbbSbbbbbbbhZhIfOJQJmH sH hZhU;OJQJmH sH hZhF OJQJmH sH hZhkOJQJmH sH hZhUlOJQJmH sH 'hZhUl5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhM5CJOJQJaJmH sH !hn5CJOJQJaJmH sH  LLLLLLLLMMMMM M/M8M:McMkMMMMMMMMMMMMMMNNNNNNNN"N⩚h0hZhjF5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhYOJQJmH sH hZhljOJQJmH sH hZhjFOJQJmH sH hZ"?OJQJmH sH hZhU;OJQJmH sH hZhkOJQJmH sH ("N#N(N+N,N-N.N/N1N2N8N9N:N;N=N>N?N@NCNPNQNη{eO9*hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZh5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhjF5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs75CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhjF5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhs7OJQJUmHnHsH u0hZh{>5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH 0hZhjF5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH QN`NaNbNNNNNNNNNNNNNOOOO2O4O=OBOEOFOGOsOuOvOwO~OOOOOOOOOOOOOOOO˼whZh% cOJQJmH sH h% cOJQJmH sH hW;OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh<OJQJmH sH hZhYOJQJmH sH 'hZhUl5CJOJQJaJmH sH !hM5CJOJQJaJmH sH .OOOOOOOOP P)P*P/P1P2P4P@PAPMPNPOPRPUP`PbPePqPsPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPQ$Q(Q2Q3Q5Q6Q7Q8Q:QHQIQJQKQMQYQ[QhZhOJQJmH sH h% cOJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZh<OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH B[QrQtQwQyQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQRR R R RRRR!R*R-R0RS@SgSiSjSlSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSST T"T#T=T>TQTRTZT[TzT{TTTTTTTTTTTTTTӸӸөhW;OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hrOJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZh^n OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH >3QR{TtV|V3WXY[9]s]]^__`/`0`````````` !gdHgd$a$gdnh`hgdnTTTTTTTTTTUUUUUUUUU-U.U6U7U9U:UEUMUOUPURUSU[U\U^U_UbUdUfUkUlUnUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU V V)V.V0V1V3V4V5V@VHVIVKVhZh~OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH hW;OJQJmH sH hZhxOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH HKVLVMVYVZVrVtVvVwVyV{V|V}VVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV WW0W2W3W4W6W7W>W?W@WBWJWUWVW^W_W`WbWƶƶ⋗hW;OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhn6OJQJmH sH hZh~6OJQJmH sH hW;6OJQJmH sH hZh~OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhxOJQJmH sH 6bWfWlWmWnWWWWWWWWWWWWWWWWWWWXXXXXX:X^?^@^A^D^E^H^J^g^h^i^j^z^^^^^^^^^^^^^^^^hG5OJQJmH sH hZh|OJQJmH sH h% cOJQJmH sH hZh1OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH J^^^^^^^^^^^^____ _ _ _%_'_5_=_?_@_A_C_D_E_W_Y_\_]_c_d_i_p____________________``.`⻫'hZh15CJOJQJaJmH sH hZh16OJQJmH sH hG5hn6OJQJhZh# OJQJmH sH hG5OJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZh1OJQJmH sH :.`0`5`6`7`8`9`>`?`A`X`[`\`_`a`b`n`q`r`s`t`w``````````````````;ܯܠ͑͑́ŕbhZh?3;>*OJQJmH sH hZh# OJQJmH sH hZhH>*OJQJmH sH hZh?3;OJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZh\OJQJmH sH 'hZhH5CJOJQJaJmH sH &`````````````````````aaa a aaaaaa a"a#a/a1a5a6a7a8aaJaKahaiasaaaⳤ⤉zhZhIfOJQJmH sH hMOJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZh?3;OJQJmH sH hZhLoOJQJmH sH hZh?3;>*OJQJmH sH hZhH>*OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZh# OJQJmH sH 0````aaaaaBcCcfdgd f ff.f9f:fDfEfffff$a$gdngdn$a$gd$a$gdgdHgd !gdHaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaóó|h|T'hZhUl5CJOJQJaJmH sH 'hZhR5CJOJQJaJmH sH 'hZhj5CJOJQJaJmH sH 'hZhH5CJOJQJaJmH sH hZhIfOJQJmH sH hZhH6OJQJmH sH hZh?3;6OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZh?3;OJQJmH sH  aaaabbbbbb b b bbbb'b.b5b9b;b?bAbBbCbDbEbGbIbKbMbNbyb{bbbbbbbbb2c4c8c9c:c5B*CJ,OJQJaJ,mH phsH hZh& OJQJmH sH hZhf(OJQJmH sH hZhU"oOJQJmH sH hOJQJmH sH hZhHOJQJmH sH hZhvHOJQJmH sH &fffff f&f'f(f)f+f,f-f.f2f8f9f:fCfDfխk\H4'hZhUl5CJOJQJaJmH sH 'hZhU"o5CJOJQJaJmH sH hZh_OJQJmH sH *hZh_5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhMF5:CJ,OJQJaJ,mH sH *hZhU"o5:CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhs75CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhn5CJ,OJQJaJ,mH sH 'hZhU"o5CJ,OJQJaJ,mH sH ,jhZhs7OJQJUmHnHsH uDfEfqfrffffffffffffffffgggggg!g&g'g)g*g-g6g8gUgWgugvgwggggggggggggghhhh)h+h9h=h@hFhHhKhMhRhShUhVhyhzhhhhӵhZh$OJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhnOJQJmH sH hZhU"oOJQJmH sH hZhUlOJQJmH sH Gfgggg8gWgwggggggg:hThUhVhzhhhhi*i9i:i;igdmgd#}gdn$a$gdnhhhhii i i ii(i)i*i-i.i0i1i8i9i:i;i?iCiEiFiGi񵩚r^NhZhUl5OJQJmH sH 'hZh& 5CJOJQJaJmH sH 'hZhUw5CJOJQJaJmH sH 'hZhU"o5CJOJQJaJmH sH hZhmOJQJmH sH hYOJQJmH sH hZhNOJQJmH sH hZh3SOJQJmH sH hZhROJQJmH sH hZhU"oOJQJmH sH hZhnOJQJmH sH ;iFiGibici p]ppqq2q:qBqCqEqFqHqIqKqLqNqOqXqYqZq &`#$gdo|gdO  & F h^hgdRgdGiaibi}iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiijj4j5j?j@jJjYjjjjjjjjjjjjjkk kkhZhljOJQJmH sH hZhjnOJQJmH sH hZh=dOJQJmH sH hZhU"oOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhU"o5OJQJmH sH hZhu5OJQJmH sH hZh95OJQJmH sH 1kkkk&k+kIkKkLkRk\kakbkqkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkll l lll*l+lGlIlJlKlglilrltlllllllllllllllllָָָָָָָָָָָָָָָָָָָָָָָָhZh#}OJQJmH sH hZh 7OJQJmH sH hZhOJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZhjnOJQJmH sH h6OJQJmH sH Blllm mmmmmFmGmHmXm`mamcmdmemfmhmimmmmmmmmmmmmmmmmmmmm n nnnnnn@nBnOnUnWnXnYn`nanbncndnfngn|n}nnnnnnnnnnnnnnnnnn oooohZh(D OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh 7OJQJmH sH Soooooooooo o-o/o[o^o_ocogoio{ooooooooooooooooooppppp p!p5pDpEpFpIp]p^phY6OJQJmHsHh26OJQJmHsHhXh26OJQJmHsHhXh2OJQJmHsH!jh3'h20JOJQJUhZhB6OJQJmH sH hZhd{OJQJmH sH hZh 7OJQJmH sH 2^pkpppppppppppppppppqqqqqqq q qqqq$q0q1q2q3q4qȽ}}q}ȽeȽZȽhSh2OJQJhkh26OJQJhCOJQJmH sH hkh2OJQJmH sH hkh2OJQJhC6OJQJh26OJQJh3'h26OJQJh2OJQJh3'h2OJQJ!jh3'h20JOJQJUh2OJQJmH sH hVh26OJQJhRh2OJQJmH sH #4q9q:q;q*B*phB^@B $ Normal (Web)dd[$\$@ @"@ 0d Pied de page  !4)@14 0dNumro de pageZC@BZ jfqRetrait corps de textedh`aJ6@R6 sEn-tte  !J@bJ 5v0Note de bas de pageCJaJJ&@qJ 5v0Appel note de bas de p.H*  O 0 CarNV@N d{Lien hypertexte suivi >*B*ph$)e7CWEyi="% yi              pqc%di}:Vد'b(Q#m#<=*=yAXX^vy-90__V`*ayi ( W      6 e     D      9 d     G r    & g     !"#AF]^_`lKLDE !9:XYmn *+78FGWXtu"23  ( ) 78V%Q2I,#-#$$%%G'H'(())**{+|+,,..\1]13}6~6g7h799;;S>T>??CCFFMINI\IkIlI|I}IIIIILOPzPPPPPQQSSSSSSS#TTTUU*V+V,V6V7ViWu?uDuEuvwxxxxxyyyz.z/z0zAzBzzzzzzzz{{3{4{L{M{{{{{||&|'|@|A|||,}-}.}8}9}6~7~ >?5*m\ڏÐĐefKL\r7Ӛ8R9abcmn|ģţ%67GHDܪ*;<߮ !"HIBC>?Oepq@"޹;ͻλϻڻۻ{| 7^_}?pqrPQ @oLB}s..\]ef Ir+TUv*Qst>X~Q!"P78V?@PXfgwx~I  7 ` a b s t        YZks 6X ""###6#7#########&)"+#+--01$2Q2R2S2d2e2j3k3332535C5K5V5W5a5}5~55#6666Q77>8?888U9999========DDEEEEEKEEFGIJKLLMVMMNzOOOOOOPPPPfQgQhQQQ>R?RrSsSSSSSSSTVqW XXYZ \c_`aa aaacccccccccccccdd$d%d&d'dMdNdddeehh5i6ijjjjjjjjjHkglWmrmmm@o8ppq:rrs!txtttttttuuvvvvvvvv xxxx)xDxExrsÉghiv{|}89:HUVWX~~ʍˍE-abctu123YZ;<=GH%&/0ΜIS ?@ŭƭ֭ ֯ׯد+Xڰ!)*UϱбQR| ;<ոCDչbͻջ$%&'5CQbc}~ABghxo56^xpq#iC<]()*PQ  ("PQGHXbpyy~s89{|\| =     8!y55]~@ A !!O#P#Q#b#l#m#n#o###A$B$%%%%&&&''('(1(B(C(S(T((Q**~+|,A--./1411.245555566777'7(7_7`7;;;;;<<<<(<B<Y<v<<<<<<===(=)=*=[=v=====>>E>F>c>>>>>?6?`????????@@E@s@@@@@(ADAaAbAxAyAzA{AAAAAPPPPPPQQQQRT}V XX,X-XXXXXXXXYYYYYNZOZPZZZ[ZZZZ [ [[[[%]]_>afagahaaa9d:d#f$f%f/f0fThUhfhrhhhhhltnop0p1pBpCppppq qrrrrrrrrrrrvvv v+v,v5v6v\v]v^vvvvvvw3wMwNwvwwwwwxBx`xaxxxxy)yKyyyyyyyyyyyRScsք,yɅʅS;{<=?@"#Iދʎˎێ܎?uΖϖopјҘӘݘޘʛ˛ۛ\klF./ݢԦ  է֧ijCD#$ͱα²òԲy]ʼ/0@q.,/01BCDE!"+,DE|m(!CDEVW67Hyf4Ywxy !QRb fv^2`IJ!"#-.-  P   bLuI'M" B`     ""7#8#####$$$$$X%m&&&& '(())) )F)G)*----------!.C.`......6/q////90S0T0_0`0{0|0)8*8:8N8\8]8f8g8:^;<<0=1=2=X=Y=? ???X@h@|@@@@@tCCCCCCC-D.DEEFF,F@FQFaFbFG3IJ{LtN|N3OPQS9UsUUVWWX/X0XXXXXXXXXXXXXYYYYYB[C[f\g\ ^ ^^.^9^:^D^E^^^^^____8_W_w_______:`T`U`V`z````a*a9a:a;aFaGabaca h]hhii2i:iBiCiEiFiHiIiKiLiNiOiXiYiZigihiiijikiliminioipiqirisitiuiviwizi000000000000000000000000000000000000000p000000000000000000000000000000000 0000000000 0 0 0 0000000000000000000p00000000p00000000 00 00 00 00(00(0000(00(00(00000000000800800800800000@00p00H00H00H000H1 0000p00P00P0P0p0P00P0p 0 0P 0 0P00P0P0P0000P0P0P0p0X0p0X0000X000X0000X0X0X00X000000`0`0`00`0000`00000`0`0p0`0p0`00`0p0`00000`0`0p0`0000000`00`00`000p00`00h0h0000h0p000000000h0h0p0000p0! 0! 0! 0p! 0! 0! 0! 0! 0! 0! 0 ! 0 ! 0 000p00p0" 0" 0" 0" 0" 0" 00000000p0p000000000x00x0p000x0p00x0x00p0000000x000000000000x0000000000x00x00x00x00000p000000000000000p000000000000000000000000000000p0000000000000000000000p000000000000000000000000000000000000 000p0000 00000000000000 000000000000000p00000p0000000000000000000000000% 0% 0% 00p0000p0p00p000p000000000 00p00p0p0000p0p0p0p0p0p0000000p00p00p0p0p0p000p000000p0p0p0p0p0p000000p0000000000 000000p00  00p 0 0 0000 00p 0p 000p00p0p0p000000000000p0 0p0p00p0p0p0000000p00p00p0p00p0p0000p00p0000 0p0 0 0p0p0p0 000p0p0p0 0p0 000(0(0p0(0(0 0(0p0000p0000000p0p0p0p0p0p000p000p0p0p0000p00000p000p0p0p0p080p080p0p0p0p0p 080p0p00@0@0@0000p00p0H000@0p0p0H0H0H0 0p00H0p0p0p00p0P0000p0P0p0P00p0p0p0p0P0p0P000P0p0p0p00p0X0X0X0p0p0p000`0&`0& 0& 0p& 0& 0& 0& 0& 0& 0`& 0`& 0 p& 0 00000X0`0p0`0p00p00p0h00h00p0p0p0h0p0p0p0h0h0p00p0h0h00p0p0p0p0p0 0p0p0p0000p0p00p0p0p0p0p0p0p0p000p000 0x0p0p0p000p0p0p00p0 00p0000p00p0' 0' 0p' 0' 00000p0( 0( 0(@0p00p0p0) 0) 0000p0p0p0p00p0p0000000p000p00p00000p0000000p000000p000000000p00000000000p0p0p000p000000000000000000000000000000000000p 00p0 0A 0A 0A 0A 0A 0A00p0p000000000p000p00* 0* 0* 0*@000000p0p00000000p00p00000000000 0 p00p0000p000000p+ 0+ 0+ 0000p00p000000000000000p000 0 p0p000p000p0, 0, 0, 0, 0,@0p00p0p0p00000000p000000p00000000000000000p 00p0p0p000p000000p00 0 p0p00p0p0p00000p00p0p00000000000000000000000000000000 0 0p00p0000000 0p0- 0- 0000p000 0p. 0. 0. 00 0 0p0p0000p0p000 00 000(0(0 0(00(0(0p0(0(00000 0 p0p000000(00p0(00000p0p00p0p0080p0000000000000000000000800000000080080800000000000000 0 00 0 008080@080000@0p000p 0@0p0p0p000H00H000H0P000H00H0p0/ 0/ 0p0000P0p000P0X0p000X0p0p000X00X0000X00X0000`00X0`0p0X00000p00p0000`0`000000`0h00000000p00p0p00p0h000p0p000h00p0000h0h0h0h0h00p00h0p00h0h00000h00p0h0h00p000000 00 0  0 0p0p0p000x0x00000x0x00x00x000000000p000000p0000000p0p00000000p00000p000000p00000p0p000p00000p00000p000p00p0000000000000p000000p000000000000000p 00p 0p 0 00p0p0p000000000000000 0000p0000000p0000000000p0p0p000p000000000000p000000000000p00 0p0p00p0000000p0p000000000 00p00p0000000000000p00p000000000000000 00p0p000000000 00p000000000000000p0p00000000000000p00000000000000000000000 0p000000p00000 0000p0p000 0 0 0000000 00 0p00 0p000 0(00p0p000(000000 0 0 0 0000000p0000(000 000p0p0p00000(000808000000080000p0p000@0800 0000p000@0000@00p0p00@00@0@0@0000H0p0H0H0@0H0P00P000p00H0p0H0p0H00H0H00p000P00000H000000p0p000P00P00000000P0P0P0P0P000000P000000000000 00 0  0 @0p@0p@0p@0@0p@0p@0p0 @0M9000@0M900@0M900@0M900@0@0@0@0@0@0M900 0000000000000M90 !"#AF]^_`lKLDE !9:XYn *+78FGWXtu"23  ( ) 78V%Q2I,#-#$$%%G'H'(())**{+|+,,..\1]13}6~6g7h799;;S>T>??CCFFMINI\IkIlI|I}IIILOPPPPQQSSSSS#TTTUU*V,V6V7ViW=XXyZ"\]]]]]]]]!^"^t^^*_____4````aaaaabbbnbobbc\cccccc dd`dxdddddddeeffhhh'h(h8h9hhj8l,nTnVn|n}nRoSotooooppppppppppppppppq qqXrYr_s{sstMtt#u$u2u>u?uDuEuvwxxxxyyyz.z0zAzBzzzzz{{3{4{L{M{{{{||&|'|@|A|||,}-}.}8}9}6~7~ >5*m\ڏĐefKL\r7Ӛ8R9acmn|ģţ%67GHDܪ*;<߮ !"HIBC>?Oepq@"޹;ͻϻڻۻ{| 7^_}?rPQ @oLBzi0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X@0X0X0X0X0X0X0X0X0X 0X 0X 0X 0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X 0X 0X 0X 0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X000000X0X0X0X0X0X0X0X0X0X0X! 0X! 0X! 0X! 0X! 0X! 0X! 0X! 0X! 0X! 0 X! 0 X! 0 X0X000" 0" 0" 0" 0" 0" 0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 00 00000 000000000000 00000@000000000000000000000000000000000% 0% 0% 00TY  &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&)C  V r` 7'!I#$3%&(*c,-/12468:[<=f? AADFH{JLNPjQQRTUWXYC[[v]6^_`a.deeLf4hijkkl!np7pqrt.v|vxxrz_{1}G} |OY>GgzӖ]9qԞv:+Gm @ ܸFoܻxR:?{}&z}Of/0@:m- v XE@@ ]   } xEr"%'*++-.23579S:j;X<C=z=?ACyEEF HIKLMMOQ TIVWfYLZv[[\v^_`Mc8eghJi]kll@npeqrrs&vwLyz|}~~>փArvR-ܙc3:. bү׵8 FgLxV<o4t.ku>f;iY~ / }  %lX!5#%&(C*o+^-./000?3569A;=a>_?@yBCC(DbFHI1LMvPSUVXXYZ]`anbbcLgei j4kjlm0nogppr:tuwAxyz{}~^~(hUOLJ~Njc !;?[Ԟ^0ˣ^w̯6.R͹պ.pV^JRg@^ 6]8fc}Ahnwm? 2  5   !\"$ u"$&(C)n++L, .=0F1345557X88z: <m=?:@e@ABDhF_HH3JKL"NQNO[QRTKVbWYZ7]^.``aac&efDfhGiklo^p4qyq    !"#$%'()*,-./012456789:;=>?@ABCDEFHIJKLMNOPQSTUVWXY[\]^_`abcdfghijklmopqrstuwxyz{|}~    !"#%&'()+,-./01345689:;<=>@ABCDEFGIJKLNOPQRSTVWXYZ[\]^_abcdeghijklmnopqstuvwyz{|}~      !#$%&'()*+,./012346789:;<=>?ABCDEGHIJKLNOPQRSTVWXYZ[]^_`abcdeghijklmnoqrstuvxz{|}~L '4\Q[eixl,vx?}9Ln*e{q@>~ +;ETs[k6qz~Ƶ*Dh<( 5%A,6CvEHXa:ly^~ޠqW" (.5)@H3Q`f;iZqyq  &+3<GRZenv  $*27?HMU`frx"-5@FMU\fpwyxq)DOD`DcDDDDDDbǹӹ%MG`t;OIb78&8yiXXXXXXXXXXXX ")!!Z\Ob$>SvG"2$ uW-2$ѭ(`/ #n2$v(z Q,rd@r9[(  \B  S Do"?\B  S Do"?\B ' S Do"?\B 0 S Do"?\B 3 S Do"?\B 9 S Do"?\B Q S Do"?\B ] S Do"?\B u S Do"?$\B  S Do"? #\B  S Do"?$ \B  S Do"?(\B  S Do"?,\B  S Do"?0\B  S Do"?4\B  S Do"?\B  S Do"? \B  S Do"? \B  S Do"?\B  S Do"?\B  S Do"?\B  S Do"? \B  S Do"? \B  S Do"?\B # S Do"? \B $ S Do"? \B % S Do"?\B & S Do"?\B ' S Do"?\B ( S Do"?\B ) S Do"? \B + S Do"?!\B , S Do"?!\B - S Do"?"\B . S Do"?$\B / S Do"?#\B 0 S Do"?#\B 1 S Do"?#\B 2 S Do"?!#\B 3 S Do"?""\B 4 S Do"?# \B 5 S Do"?% \B 6 S Do"?& \B 7 S Do"?'\B 8 S Do"?)\B 9 S Do"?*\B : S Do"?+\B ; S Do"?-\B < S Do"?.\B = S Do"?/\B > S Do"?1\B ? S Do"?2\B @ S Do"?3\B A S Do"?5\B B S Do"?6\B C S Do"?7B S  ?\I]h2u\OPk#C5DSjv֭ͻxX'(;PZfhvcԲ@Hbv#-:8h@,F^yi* !*t**t$ *X *t'!t!t0!t3!t9!t!t!t!t!t#!t$!t5!t%!tQ!t&!t'!t(!t]!t!t!t)!t+!t,!t-!t.!tu!t/!t0!t1!t!t2!t3!t4!t!t5!t6!t7!t!t8!t9!t:!t!t;!t<!t=!t!t>!t?!t@!t!tA!tB!tC!t _Hlt202502621 _Hlt202502646 _Hlt202502647 _Hlt202502619 _Hlt202502620 _Hlt202502732 _Hlt202502733 _Hlt202502736 _Hlt202502737 _Hlt202502607 _Hlt202502608 _Hlt202460388 _Hlt202460389ιιйй[[EEzi@@@@@@@@@ @ @ @ @ϹϹѹѹ\\FFzi .44;?Gr$~$\\aaaa0k:kpppppppppqs st#tt}R] EKWb !*    ##++33==,?2???MEUEfElEFFI#IIILLLLLLNNOOPPYRbRVVXX}ZZccccccccccccccppuqq|ttuuxxovHQƆ+3} W\DIJN޹  bqQ[,/HMw}6>  9?4 455==e>h>@ AlAwAHHXXXX*].]ddffhh4tYJYYY ZZ~[[W\c\{\\]]aa h"hIhKh]hchihiiCiCiEiEiFiFiHiIiKiLiNiOiiijizilnco66NCQC*R2R OUDF 22??DDSSVVjjvv׭ܭOPλлjqy{klW\Y\wyR'T'((+(--..6677;;==PPZZghihoovvq{w{di݈ղڲACIKcew{HJ6=##--;8=8<<A>E>i@k@-F/F^^ h"h\hhh iiCiCiEiEiFiFiHiIiKiLiNiOiiijizi333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333 lov3 c 8o%2&;@9IT$$%&&'(((U((**z..1//O1]11P245678|99:j;<=s>>>??OI\I}IIHJNK>LL7MMMNNhO`PyPQQzRESSSS]TTUUU*V,V7VXV~V'X;X=XcXXIYZA["\Y]]]]]]]]]]]*__`aaabb\c}cccccccccd`dvdxddddde(fMggh8llm,n.nCnTnVn}noppppppq ror(s]s_sEuutvwxxxyz.z0zzzzzM{{|.}}7~~>wnHĈ̉*m.qЎĐr/Mo;M9;Pacn|¢0ţ67Gzܪ:ԫ/_Iޯ@ٲpqdz)\8:Һ;ͻϻۻ*½G˿Y<;4B x }V?M\rQfn U@.Z1s.0y^ X} "7 UAXfx4a ` b  o  -     \ "X1^ !""#7####$%'(*Y**++,,-j//0811$2Q2S2243j33V5W5a5~5#689G:?;;<=====o?@+BBCEEaEEEFG/HbHH;JKK LMMQNNNOOOPhQQ?RRFSdSSS3TT>UVAWW[ \\]]c__````aa]aaccccccd%ddoeegh6ijjjgllWmrmoo8pppMqq:rurr?sttuvv xxxCxEx^xyez{O|,}N}~G~:ɂtiz}8:HʍˍEQĕac13Z֗;;=/0ě_=bt"9w2S G U¯د*UбR|wոDչջ??:"%'CQiI~B.iT}>e*,p46*6Q|#mI],(*)] W(~bIbpy(G#~O~\  =   d  J  483!y!S7~I"?#O#Q#m#o##B$%%%b&&&&'C((+~++|,A-f-}->//"002355577_77;;<<v==F>?6?`????E@s@bAyA{AAA6B]BB^DDECEQE1FFHKDLPQQ}QTJU XXYYNZPZ[ZZ [\].^`?afahab"bb_c#f%ffgUgghhhii`j_kkkktnopppqrrrrrrrrrt@uuv6v^v3wNwvwwwxaxxxyyyyya|c| }d}O~s,2S;{ʈ@ˎێ܎?.uϖpӘÙLʛ˛ܛ\lȜuk1ա@ݢnG joDwĬ ²IJCy >3κy1qs:/1C{!",D|&YBnm(&ea!CE@*&f 1wyIh,gv?^L* H   -  kuI[/"Ep s  "##$L$ '_''s() ))2**l++,,---../`0|0o12a5_7+8N8]8<<<2=@@SBtCCCCEQFbFFG1H3ItIJKKLM NtN|NO3OPPPQ6R~RJVVVWX0X1YYg\]9a;acch hkhhi2i:iAiCiCiEiEiFiFiHiIiKiLiNiOiiijizi hCiCiEiEiFiFiHiIiKiLiNiOiiijiziClaude1%XmZ> *+(rI| P z HZ *Y\JhGxlz\/^;t f0]:Dj7 J ";\Rq+&Aq 1 5xb8::A jn=*zg.>L9@{@nFAk"_B~0sB4RTgDɆs`/IV>l_I^i/QKCC3L$ ГkNs^~v ~N,G0yNX 2O~NYL*F]"7 1k]-i^b_ W^ ~~{U_>vd΋6,Zhݮ `kDLkkV> mlf w!\mz8Xm~ks@>zh<h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hHh88^8`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh  ^ `OJQJo(hHh  ^ `OJQJo(hHhxx^x`OJQJ^Jo(hHohHH^H`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h88^8`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh  ^ `OJQJo(hHh  ^ `OJQJo(hHhxx^x`OJQJ^Jo(hHohHH^H`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hH^`OJPJQJ^Jo( ^`OJQJ^Jo(hHopp^p`OJQJo(hH@ @ ^@ `OJQJo(hH^`OJQJ^Jo(hHo^`OJQJo(hH^`OJQJo(hH^`OJQJ^Jo(hHoPP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh ^`hH)h ^`hH.h pLp^p`LhH.h @ @ ^@ `hH.h ^`hH.h L^`LhH.h ^`hH.h ^`hH.h PLP^P`LhH.h80^8`0o(.h ^`hH.h pL^p`LhH.h @ ^@ `hH.h ^`hH.h L^`LhH.h ^`hH.h ^`hH.h PL^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hHh ^`hH.h ^`hH.h pLp^p`LhH.h @ @ ^@ `hH.h ^`hH.h L^`LhH.h ^`hH.h ^`hH.h PLP^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hH808^8`0o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h^`OJPJQJ^J.h^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hHh^`OJPJQJ^JhH.h ^`hH.h pLp^p`LhH.h @ @ ^@ `hH.h ^`hH.h L^`LhH.h ^`hH.h ^`hH.h PLP^P`LhH.808^8`0o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hHh88^8`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh  ^ `OJQJo(hHh  ^ `OJQJo(hHhxx^x`OJQJ^Jo(hHohHH^H`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh88^8`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh  ^ `OJQJo(hHh  ^ `OJQJo(hHhxx^x`OJQJ^Jo(hHohHH^H`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh88^8`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh  ^ `OJQJo(hHh  ^ `OJQJo(hHhxx^x`OJQJ^Jo(hHohHH^H`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHhpp^p`OJQJ^Jo(hHoh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHhPP^P`OJQJ^Jo(hHoh  ^ `OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH. ^`OJPJQJ^Jo(-^`OJQJ^Jo(hHopp^p`OJQJo(hH@ @ ^@ `OJQJo(hH^`OJQJ^Jo(hHo^`OJQJo(hH^`OJQJo(hH^`OJQJ^Jo(hHoPP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hH80^8`0o(. ^`hH. pL^p`LhH. @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PL^P`LhH.h^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH. ^`6OJPJQJ^Jo( ^`OJQJ^Jo(hHo^`OJQJo(hHn n ^n `OJQJo(hH> > ^> `OJQJ^Jo(hHo^`OJQJo(hH^`OJQJo(hH^`OJQJ^Jo(hHo~~^~`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohp^p`OJQJo(hHh@ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohP^P`OJQJo(hH^`o(. ^`hH. pLp^p`LhH. @ @ ^@ `hH. ^`hH. L^`LhH. ^`hH. ^`hH. PLP^P`LhH.h88^8`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohpp^p`OJQJo(hHh@ @ ^@ `OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHoh^`OJQJo(hHh^`OJQJo(hHh^`OJQJ^Jo(hHohPP^P`OJQJo(hH1gD yNmZ1k]/^; J-i^@ 5NY]:nFA>vds`/I\JmlC3Ll_IsB z W^ ks>zGx2OkNLkk~{U_F]/QKq 1v ~NZhb8 jn= `kXm"_B+(%.> " *L9@Rq+!\m11                                                                                                                              bx                          v                                                              p        @s        @s                                                                                                                   ;                 v                                   FX4                                    O yP9}w2 UIO Q*rN2Q(q0StSyP9*rNPny:0OUIStSR./` e UR./`R./`}wPny:0O1@),+w46SG?&k' L(MXY  86EM[pp(,\g`k. )FQTd`<+2OMVXao5 I@\we :h ^n  , 2 4 ! , Z  < * 7 F T f x ;)hJ[LpYuk mMk( @P%,wEEGX,Z;z9{}%'=JVa{XWeNpevOO Qe1 = >DDG+PXXgBssE2O_cv  xISg.7<>DoHPno q{U!34U;HBJJYcdpu0,1nqs`z}s Fdn~f/kQhm:#xKevv 8 pB (D OH R V Ed j /u ! !!(c!#";M"P"^"li"j"cy"#k#g,# I#\#`#$A$%.% $%e3%jQ%|%&&C&L&_j&'L'R'fb'()(u\(0)\)*O***(>*`D*!E* P*7W* +F+|{+2,:,EO,8R,q,zz,--(-,-u;-E-M- g-}-/ .{ ..1.1<.<.D.[.o./=/;/B/K/u/0 0 0#0|Z0Gn0y0*%181@1K1]m1v1z1c 2@2/k239E3W3f3j3u3~x3z3 3%44;4|B4J4EK4L4R4W4sl4J 555r"5)5G5N5T5Ud556$Z6[i6z6 7tY7:^7R`7Ec7zf7ar7 s7s7.8I8k8q8'99X;9N9S9d9::-:/:4:r9: <:,P:k:R;%;?3;5;N;;A;G;W;PY;< 5<?<[a<0j<e=F=z={=>Y>88>\>.c>l>r>v>{>>Z"?$?t:?:?D?V?@jf@ }@.,A2AQBA``ABBBB@BqBC%C-C~]C%hCiuCDiDZE'E:EMF FFUF*FBFjFrFGG+GG:GGPUGTsGH$MH-ZHvHI5I9IAIJIPYI[IpIzI{IJ JeJPJaJ}jJkJ$KE&K1KCAKAEK\KSLL" L9LlDlcHlIlUlUXlilpl_m|`m3cm]gmim[lmVmmmWn3#nI>nMn7ananinqn o ooU"o,o[o{otpp#pp?pN*pApypqqM3q5AqBq`Fqjfq3yqrr$r'r-rv%s,s{s{s4t*tDtEbtkt2uuu1@ukuF{uvv5v]vgv[hv}v wUw%w7wB9wRwP{w2x-xqxsxuxvx%JyOyeyzz8z;zyz!{{{*{?{@{V{d{8j{nj{ |*|+|3|fW|S_|o|}f}Dk}}}o~~~~~ z~~p &C)/yCwU\\n('@Pqy+?\I;WlwQz"K$`(6?iUrnOT =f>I\g.mW?^`lj-7H[${9BGms|\VgSxz@@d"{w!l-6:FjJhq!)"@d p8=f?5FqFW@Rd@rHGHy{\&Ix} ?D,q{C+ ) $4E'H zO *ReR%,?GJhdmx ;V?B2]HIoalm&AB EVW{pNX Y)s8w,AOTG]bdh{L ! 8f(NP)<bsu G5 p 5,W;q %2bT jux) ?NCsxT '&'XgJm>L`z%C/$:pC`I88YZ % *b[gdhlv# Q67H"UI.6A.GMN^ds| .("CHissajyQ}lvz$<4CHF Ji\n ! EuK[LJ8z9g2pc5;]DhI]%|Kex#$4V7SQwi<3:<R-SSQ[fyqLZ=-.eiKz~0YLa tc'u'/3MWx#}:%qW[NmC1Xt,+9oEp=xM%*;gnkd15RlXdiU'o-"W^h|v0lMv)1]dhk{P?29)<>E$.A'Hfb&,=PDaoJOnT]dd &Ok J%U09KN]mIR3SCK6)L?bg+U1CHgA 3/3QE@IY+koCTei{<;K_~ wmccgp!vxu'g-6TFK,PeojlpoH*`3qE$YZ| "<` xzg @aow4za!&@mD'CWEIF\`ljrr.89LNNUTnv#kDxb:mpq8uz|~$&X\G^v+$--/<x<FSXp*tw~O&%!-)<?LUeWAK"2bw~:->lC}e/:VHn5#$5C,R^en/3MkIwi <RYr` B#GyOv{L !NQ}~Iv z&4\j 3456e5< :V+;b@iwuw}m"1:7x>gzi_my T^Xd & 8$!:oWpc hwG 2~;>A9EE@wY,12'My.8cIRs.}!7EHKR/Y\@em0o["d? :WcU[/K!hrhjz;~ uQB%co}.:QiR 97D VjnLo~@ggggyi@@UnknownGz Times New Roman5Symbol3& z Arial[& rGarrison SansCourier New9Garamond?5 z Courier New;Wingdings"1h[ɆFˆ6"FN,&,&!4dcfcf 2QHX ?& 6JAN Kaaryn SanonClaude1                           ! " # $ % & ' ( ) * + , - . / 0 Oh+'0  8 D P \hpx6JANfJAN Kaaryn Sanonoaaraar Normal.dotnClauded451Microsoft Word 10.0@T_@A>@J@{J,՜.+,D՜.+,< hp  KSanon Designs&cfA 6JAN Titret 8@ _PID_HLINKSA,H*4!http://www.nyccah.org/CV!http://www.takebackthenight.org/k?http://www.targetearth.org/m  http://www.nieucommunities.org/_W!http://www.discovertheworld.org/$)http://www.bridgebuilders.org/r(http://www.hppc.org/pages/outreach_vwap}+ http://www.yfc.net/B@ http://www.ywam.org/BChttp://www.earthdaybags.org/BQhttp://www.earthday.net/I[http://www.earthday.gov/  !"#$%&'()*+,-./0123456789:;<=>?@ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]^_`abcdefghijklmnopqrstuvwxyz{|}~      !"#$%&'()*+,-./0123456789:;<=>?@ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]^_`abcdefghijklmnopqrstuvwxyz{|}~      !"#$%&'()*+,-./0123456789:;<=>?@ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]^_`abcdefghijklmnopqrstuvwxyz{|}~      !"#$%&'()*+,-./0123456789:;<=>?@ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]^_`abcdefghijklmnopqrstuvwxyz{|}~      !"#$%&'()*+,-./0123456789:;<=>?@ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]^_`abcdefghijklmnopqrstuvwxyz{|}~      !"#$%&'()*+,-./0123456789:;<=>?@ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]^_`abcdefghijklmnopqrstuvwxyz{|}~Root Entry F1b!JData 1Table\WordDocumentF SummaryInformation(DocumentSummaryInformation8CompObjj  FDocument Microsoft Word MSWordDocWord.Document.89q